Appelons les députés pour rejeter la loi « haine »

Le 20 janvier 2020, l’Assemblée nationale examinera la proposition de loi « contre la haine ». Il est urgent que nous appelions l’ensemble des députés pour leur demander de rejeter ce texte.

Au hasard parmi les députés de
et de


()



Député suivant >

Merci de décrire vos échanges avec les députés sur ce document participatif !

Avec la loi « haine », les grandes plateformes devront censurer en 24h les contenus « manifestement illicites » qui leur seront signalés, sous peine de sanctions allant jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaire.

  1. Ce délai implique une censure automatisée par des algorithmes, qui conduit dès aujourd’hui à la censure de propos légitimes tout en violant le RGPD1L’article 22 du RGPD interdit les décisions individuelles fondées sur le traitement automatisé de données personnelles, ce qu’implique tout outil de censure automatisée..
  2. Cette censure contourne le juge, transférant le pouvoir de la justice à une poignée d’entreprises.
  3. Cette censure pourra être facilement instrumentalisée par le gouvernement pour censurer ses adversaires politiques (tel qu’il le fait déjà, lire notre analyse).
  4. Cette nouvelle censure est vaine car les grandes plateformes sont déjà bien trop grande pour que la haine puisse y être modérée, comme elles le démontrent systématiquement2Facebook a expliqué que la vidéo de la tuerie de Christchurch a été dupliquée 1,5 millions de fois sur sa plateforme dans les 24h suivant l’attentat, au cour desquelles 300 000 copies auraient entièrement échappé à ses outils de modération automatisés. Cet événement a démontré l’incapacité structurelle des outils de modération automatisés à faire face en 24h aux menaces, même les plus graves. – la solution est ailleurs.
  5. Plus grave, ce délai de 24h est contre-productif car les plateformes ne pourront plus prioriser leurs actions contre les contenus les plus graves, étant obligées d’examiner dans la même urgence les contenus les moins graves.

D’autre part, la loi confie les pleins pouvoirs au CSA. Il décidera seul et sans débat démocratique des règles à imposer aux grandes plateformes. Il choisira seul quelles plateformes sanctionner, pour quels motifs et à quels montants. Un autre risque de dévoiement de la censure à des fins politiques.

Enfin, la censure imposée par cette nouvelle loi risque de conduire à l’identification massive des personnes accédant à des contenus pornographiques, sous le prétexte de protéger les mineurs – alors que les enfants doivent être protégés par des humains et non par des machines. Sera aussi censurée l’assistance et l’intermédiation entre travailleuses du sexe, qui seront chassées du Web et exposées à davantage de violence dans la rue.

Mais alors, faut-il ne rien faire contre la haine ?

Certainement pas. Au contraire, c’est un sujet à prendre avec gravité et non par « affichage », tel que le fait cette loi qui ne propose rien de sérieux mais risque uniquement d’empirer la situation. Contre la haine, la solution est humaine, culturelle, et ne sera jamais le résultat magique des intelligences artificielles fantasmées par Facebook et Google. En attendant ces changements culturels, nous demandons au législateur qu’il force les grandes plateformes à devenir interopérables : leur taille immense et leur économie de l’attention sont des causes importantes du problème. Il est urgent de pouvoir nous en libérer.

Annuaire des députés en CSV, ODS ou JSON

Derniers articles

Le Sénat vient d’adopter la loi « contre les contenus haineux sur internet ». Après ce qui semblait être une première victoire la semaine dernière en commission des lois, le Sénat a finalement renoncé à lutter contre…

Après une victoire en demi-teinte la semaine dernière en commission des lois, l’ensemble du Sénat examinera demain la proposition de loi « contre la haine ». Nous venons d’envoyer le message ci-dessous à l’ensemble des sénateurs pour…

La commission des lois du Sénat vient de rejeter le délai de 24h que Mme Avia souhaitait imposer aux grandes plateformes pour censurer les contenus illicites sur Internet. Cette première victoire pourrait entraîner l’effondrement d’un…

La proposition de loi de Mme Avia s’apprête à être examinée en commission des lois du Sénat le 11 décembre. Elle fait l’unanimité contre elle. L’ensemble de ses détracteurs, tout en partageant son objectif de…

L’Assemblée Nationale a adopté aujourd’hui la loi « haine », débattue mercredi et jeudi derniers. Le texte n’a pas été amélioré mais au contraire aggravé, avec des ajouts absurdes et dangereux.
Sur les dangers de ce texte…

L’Assemblée nationale discutera demain et après-demain la proposition de loi « contre la haine en ligne ». Débattue en procédure accélérée, il pourrait s’agir du dernier passage de ce texte devant les députés. Leur dernier occasion pour…

La proposition de loi portée par Laetitia Avia prétend vouloir faire du CSA « l’accompagnateur des plateformes » dans la lutte « contre la haine en ligne ». En réalité, la loi va beaucoup plus loin. Comme cela est…

Le 3 juillet, l’Assemblée nationale examinera la proposition de Laetitia Avia « contre la haine sur Internet », déjà adoptée sans grand changement en commission des lois le 19 juin (lire notre réaction).
La Quadrature du Net…

La loi « contre la haine » vient d’être adoptée en commission des lois de l’Assemblée. Les députés n’ont rien corrigé. Toujours aussi inutile, la loi se contentera de renforcer la censure politique (lire notre analyse juridique,…

Mise à jour : l’amendement n°CL206 ayant été déclaré irrecevable par les services de la commission des lois, il n’est plus accessible en ligne. Vous pouvez consulter notre proposition à l’origine de cet amendement, qui le…

Nous republions l’article de Stéphane Bortzmeyer publié le 12 juin 2019 sur Framablog, qui traduit en langage clair et compréhensible la notion technique d’« interopérabilité », centrale dans nos combats en cours.

Ces dix dernières années, Internet s’est métamorphosé, laissant entrevoir pour La Quadrature de nouveaux combats à mener. Les quelques gros acteurs qui se sont emparés du Web ont fait émerger un nouveau problème : celui de…

La Quadrature du Net, avec 75 organisations de défense des libertés, organisations professionnelles, hébergeurs et FAI associatifs, demandent au gouvernement et au législateur d’agir pour que les grandes plateformes (Facebook, Youtube, Twitter…) deviennent interopérables avec…

Tribune d’Arthur.
Emmanuel Macron et Jacinda Ardern, première ministre néo-zélandaise, ont lancé aujourd’hui l’ « appel de Christchurch ». Suite à l’attentat survenu il y a deux mois, cet appel est lancé en réaction au fait que…

Il y a 6 semaines, la députée En Marche Laetitia Avia déposait une proposition de loi « contre la haine sur Internet ». Sa mesure phare est d’exiger des grandes plateformes qu’elles suppriment en 24 heures les…

References   [ + ]

1. L’article 22 du RGPD interdit les décisions individuelles fondées sur le traitement automatisé de données personnelles, ce qu’implique tout outil de censure automatisée.
2. Facebook a expliqué que la vidéo de la tuerie de Christchurch a été dupliquée 1,5 millions de fois sur sa plateforme dans les 24h suivant l’attentat, au cour desquelles 300 000 copies auraient entièrement échappé à ses outils de modération automatisés. Cet événement a démontré l’incapacité structurelle des outils de modération automatisés à faire face en 24h aux menaces, même les plus graves.