La Quadrature lance sa campagne de soutien pour 2023

Posted on


Déjà novembre et la fin de l’année ! Les illuminations de Noël qui scintillent ! Les factures d’électricité qui crépitent ! Enfin la course aux cadeaux de dernière minute ! Le vin chaud en plein air, tandis qu’il fait vingt-cinq degrés dehors ! Bref, c’est la saison des fêtes et de la fin du monde, et comme les joies n’arrivent jamais seules, c’est aussi la saison des campagnes de dons.

Vous êtes déjà énormément sollicité·es, on le sait bien, parce qu’on est comme vous et qu’on donne déjà aux associations qu’on aime (n’oubliez pas Framasoft, Nos Oignons ou Wikipédia par exemple et parmi tant d’autres !). Alors, pourquoi consacrer un peu de temps et d’argent à soutenir La Quadrature du Net ?

Pourquoi des dons ?

La Quadrature a besoin d’argent pour fonctionner : l’association compte 7 salarié·es, elle a un local à Paris, elle doit payer des billets de train et imprimer des affiches, tout cela a un coût. Et nous avons deux boulets aux pieds : d’un côté nous refusons de toucher des subventions publiques, pour des raisons d’indépendance évidentes (notre travail nous amène à critiquer et même à attaquer en justice les pouvoirs publics, tandis que la loi Séparatisme implique pour les associations subventionnées une forme de soumission croissante à l’État) ; de l’autre côté, le ministère des Finances nous a refusé le rescrit fiscal qui vous permettrait de déduire vos dons de vos impôts.
Nous touchons quelques subventions de deux fondations philanthropiques, pour moins de 20 % de nos ressources annuelles. Mais tout le reste vient de vous (c’est expliqué en détail ici).
Chaque année, nous devons donc convaincre assez de donateurs et de donatrices pour vivre une année de plus.

Des dons pour quoi faire ?

Si vous ne connaissez pas l’association et ses missions, vous tombez bien : venez par là, on vous a préparé des vidéos pour expliquer en quelques minutes ce qu’on fait. Vous verrez comment la criminalisation du partage, au moment de la loi Hadopi, a donné naissance à l’association en 2008. Vous comprendrez très vite pourquoi la « neutralité du net » est essentielle pour la fiabilité et la créativité du réseau Internet, et vous prendrez rapidement la mesure des problèmes posés par l’exploitation marchande de nos données personnelles. Ensuite, on vous racontera comment le numérique met, de façon concertée, sa formidable puissance au service de la censure, de la surveillance, du renseignement, et du contrôle de la population. De ce point de vue, la répression des joyeux partageurs de 2008 était un avant-goût de ce qui se déploie aujourd’hui partout, depuis le traçage de nos activités sur le web jusqu’à la surveillance serrée de nos déplacements dans les villes).

Quoi de neuf en 2023 ?

En mars prochain, La Quadrature du Net aura 15 ans. C’est jeune, mais c’est déjà assez pour regarder l’histoire : plusieurs de nos membres ont écrit un livre pour raconter ces quinze années d’engagement et montrer l’évolution naturelle de l’association dans ses moyens et dans ses sujets. Le livre est présenté ici et vous pouvez le commander en ligne. La suite de l’histoire, il nous revient de l’écrire ensemble.

Alors, en 2023, on fait quoi ?

On continue bien sûr de lutter contre Hadopi (ce machin est coriace). On reste sur le qui-vive pour défendre le principe de la neutralité des réseaux partout où l’industrie cherche à le contourner. On continue les actions juridiques, politiques et pratiques contre l’exploitation commerciale des données personnelles par les grands groupes privés qui mettent le web en silos, orientent nos navigations et les transforment en visite guidée publicitaire. Et plus que jamais, on se mobilise contre la transformation des outils numériques en engins de surveillance totale.

C’est sans doute notre dossier le plus important aujourd’hui, rassemblé sous la bannière de notre campagne Technopolice : comme le montrent le livre blanc de la sécurité intérieure de 2020 et le rapport publié en 2022 en annexe de la LOPMI, le ministre de l’Intérieur et le gouvernement sont bien décidés à transformer la police et les autres forces de sécurité, publiques et privées, en « cyberflics » du futur : capteurs, caméras portées, écran intégré au casque, fichiers et flux de données consultés à distance, vidéosurveillance automatisée par des algorithmes, reconnaissance faciale, micros « intelligents » dans les rues, drones… L’arsenal de la surveillance numérique est délirant, mais il attire les investissements par millions, et même la Coupe du Monde de Rugby de 2023 et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris sont envisagés comme des vitrines et des laboratoires d’expérimentation pour l’industrie de la surveillance technologique totale « à la française ».

Mais la surveillance numérique, aussi diffuse et généralisée que la souplesse de l’outil le permet, prend aujourd’hui bien d’autres formes que la seule surveillance policière. Nous sommes en particulier très attentifs, depuis plusieurs mois, à la question des algorithmes que l’État utilise pour prendre des décisions administratives. Après une première approche des algorithmes de contrôle de la CAF, nous travaillerons cette année sur les autres applications de ces outils, qui sont l’application de politiques publiques discriminatoires et arbitraires, jamais débattues en public, et dont la place prééminente dans les services publics doit être combattue.

Parce que le monde numérisé grandit chaque jour en étendue et en complexité, parce que les dispositifs de contrôle et de surveillance entrent chaque année plus loin dans l’intimité de nos vies, soutenez l’association qui défend « nos droits et nos libertés à l’ère du numérique » : faites un don à La Quadrature du Net !

Merci et datalove <3