Surveillance généralisée des citoyens : La Quadrature du Net attaque les opérateurs mobiles

Posted on


Quatre bénévoles de la Quadrature du Net ont demandé à leur opérateur de téléphonie mobile français (Free Mobile, Orange, Bouygues Telecom, SFR) d’accéder aux données personnelles que ces derniers conservent sur eux. N’ayant pas reçu de réponse satisfaisante au bout de 3 mois, nous venons de déposer 4 plaintes contre ces opérateurs auprès de la CNIL.

Les opérateurs mobiles doivent conserver pendant 1 an les données de localisation de tous leurs abonnés. Le code des postes communications électroniques, dans son article L34-1 et R10-13, leur impose de conserver pendant 1 an un ensemble d’informations sur l’utilisateur, informations qui permettent d’identifier l’utilisateur de la ligne, l’horaire et la durée de ses communications, mais surtout l’origine et la localisation de celles-ci ! Ces données très personnelles n’ont, à notre connaissance, jamais été fournies aux titulaires de ligne.

En octobre dernier, 4 bénévoles de La Quadrature du Net ont demandé, conformément à l’article 39 de la loi 78-18 du 6 janvier 1978, d’obtenir les données personnelles les concernant conservées par leur opérateur mobile. Ainsi, Free Mobile, Bouygues Telecom, SFR et Orange ont chacun reçu un courrier recommandé et disposaient de 2 mois pour y répondre. Dans ces courriers, nous leur rappelions leurs obligations légales en terme de droits d’accès direct aux informations personnelles.

Depuis, nous avons reçu une réponse incomplète de SFR, et une fin de non recevoir de Free, qui prétend que ces informations personnelles ne sont pas communicables aux personnes concernées1Dans sa réponse, Free indique « En application de la législation en vigueur, celles-ci (les informations personnelles, ndlr) ne peuvent être transmises que sur réquisition des autorités judiciaires uniquement » ! Orange et Bouygues Telecom, eux, n’ont jamais répondu. Nous avons donc, depuis, déposé 4 plaintes auprès de la CNIL contre les 4 opérateurs mobiles, afin de faire valoir nos droits d’accès à ces informations personnelles.

De plus, lorsque notre action aura révélé que ces opérateurs conservent bien les informations visées par le code des postes et des télécommunications, ceux-ci se trouveraient (tout comme le droit français) en violation de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et pourront être attaqués à ce titre. Ce texte fondamental, hiérarchiquement supérieur au droit français, a été interprété par la Cour de justice de l’Union européenne, dans sa décision Tele2 du 21 décembre 20162L’arrêt Tele2 Sverige AB (C-203/15) rendu le 21 décembre 2016 par la Cour de justice de l’Union européenne conclut fermement que le droit de l’Union « s’oppose à une réglementation nationale prévoyant, à des fins de lutte contre la criminalité, une conservation généralisée et indifférenciée de l’ensemble des données relatives au trafic et des données de localisation de tous les abonnés et utilisateurs »., comme interdisant toute conservation généralisée de données de connexion.

La Quadrature du Net entend amener ce débat sur la place publique, à travers les opérateurs, la CNIL, la justice française et la pugnacité de ses bénévoles. Les Exégètes amateurs ont également une affaire pendante devant le Conseil d’État pour demander la mise en conformité de la loi française à la jurisprudence européenne.

« Nous nous attendions à ces réponses désinvoltes de la part d’Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free, aussi avons-nous saisi la CNIL de ces 4 plaintes, et si besoin attaquerons en justice pour obtenir des informations complètes. Par la suite, nous attaquerons devant les tribunaux le non-respect du droit européen par les opérateurs, et cette loi illicite portant atteinte à la vie privée de tous » annonce Benjamin Sonntag, cofondateur de La Quadrature du Net.

PS: un exemple de ce que sait votre opérateur mobile sur votre localisation

References   [ + ]

1. Dans sa réponse, Free indique « En application de la législation en vigueur, celles-ci (les informations personnelles, ndlr) ne peuvent être transmises que sur réquisition des autorités judiciaires uniquement »
2. L’arrêt Tele2 Sverige AB (C-203/15) rendu le 21 décembre 2016 par la Cour de justice de l’Union européenne conclut fermement que le droit de l’Union « s’oppose à une réglementation nationale prévoyant, à des fins de lutte contre la criminalité, une conservation généralisée et indifférenciée de l’ensemble des données relatives au trafic et des données de localisation de tous les abonnés et utilisateurs ».