[SudOuest] Pour Hadopi, ça sent vraiment le roussi

Chargée de traquer le téléchargement illégal et de promouvoir le développement de l'offre légale des œuvres sur Internet, l'Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet) s'achemine vers une réduction de sa voilure. C'est Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, qui s'est exprimée en ce sens sur le site Internet du « Nouvel Observateur ». « Je vais demander que les crédits de fonctionnement de l'Hadopi soient largement réduits pour l'année 2012. Je préfère réduire le financement de choses dont l'utilité n'est pas avérée », a-t-elle dit sans s'embarrasser de précautions diplomatiques. [...]

Cofondateur de La Quadrature du Net, un collectif de défense des internautes qui pourfend l'Hadopi depuis ses débuts, Philippe Aigrain reste méfiant. « C'est un signal positif, alors que les premières déclarations du nouveau gouvernement laissaient craindre une vraie continuité avec le pouvoir précédent. Mais il ne garantit en rien une véritable réorientation politique », note-t-il.

Selon lui, s'interroger sur l'efficacité de la dissuasion est vain puisque celle-ci est par nature « illégitime ». La Quadrature du Net milite pour la reconnaissance légale du partage non marchand et pour un système de rémunération des artistes qui n'alimente pas la rente des détenteurs de droits. Dans son collimateur : des monstres de l'offre légale tels qu'Amazon et iTunes.

http://www.sudouest.fr/2012/08/03/pour-hadopi-ca-sent-vraiment-le-roussi...