Soutenons La Quadrature du Net !

[Blogs Mediapart] Du déséquilibre dans la lutte anti-terroriste

Discuté lundi 15 septembre à l'Assemblée nationale, le projet de loi anti-terroriste du gouvernement, « placé sous le sceau de l’urgence, (...) réduit à portion congrue le débat démocratique ». Françoise Martres, présidente du Syndicat de la magistrature, et Laurence Blisson, secrétaire nationale, relèvent point par point l'« érosion continue des libertés » liée à une lutte anti-terroriste qui « contamine le droit pénal ». […]

Aujourd’hui comme hier, le projet de loi anti-terroriste est placé sous le sceau de l’urgence. Il réduit à portion congrue le débat démocratique déjà suspendu symboliquement par l’invocation de la menace terroriste. Menace d’autant plus insidieuse qu’elle est insaisissable, qui fonctionne tel un argument d’autorité suprême forçant en douceur le consentement de la société civile et des parlementaires. Voilà qu’il suffit de dénombrer les djihadistes en puissance surveillés par les services de renseignement, de convoquer la figure de parents – réellement – désemparés par le départ à l’étranger d’un des leurs et de relayer l’appel des professionnels à l’ajout de nouveaux outils à l’arsenal pénal et administratif pour emporter l’adhésion. […]

Ces techniques de surveillance de la population dans son ensemble deviennent permanentes et irréversibles. Cet effet de cliquet est d’autant plus préoccupant que nombre de ces mesures servent en réalité d’autres fins : l’extension des possibilités de contrôle (contrôles d’identité aux frontières, fouilles de véhicules…), votées au nom de la protection de la société contre le terrorisme, a plus contribué à la poursuite de délits mineurs et la reconduite à la frontière de pères de famille qu’à la découverte de desseins criminels ! […]

http://blogs.mediapart.fr/edition/libres-enfants-du-numerique/article/10...