Revue de presse

Le flux RSS de la revue de presse

La revue de presse recense les articles de presse relatifs aux sujets de la Quadrature, compilés par ses bénévoles.
Voir aussi notre revue de presse internationale.

[Ecrans] P2P : Les détenteurs d'accés Wi-Fi présumés innocents (au Danemark)

La lutte contre le piratage et la technique ne font pas bon ménage. A l'heure du Wi-Fi, le fait d'accuser le détenteur d'un point d'accès de connexion Internet de contrefaçon et/ou de piratage est au coeur de nombreux procés intentés par les ayants droit travers le monde. La semaine dernière, la justice danoise a relaxé deux femmes accusées d'avoir mis à disposition sur Internet des fichiers de musique protgés par le droit d'auteur. Leur défense ? Leur connexion Internet a été utilisée par des inconnus.

[...]

Pour éviter une telle situation, le projet de loi Cration et Internet voulu par le gouvernement français prévoit de porter plainte contre le détenteur d'une adresse IP non pas pour avoir avoir téléchargé des fichiers illgaux, mais pour ne pas avoir assez scurisé sa ligne. Ils veulent transformer la France en pays de geeks avertis, où tout le monde serait capable de remonter des adresses ou d'empêcher des contrevenants d'utiliser son trafic. C'est ridicule , nous indiquait Jean-Bernard Magescas, président de FON France.

Cependant de nombreux détails techniques, encore flous, restent à préciser. Par exemple, le texte prévoit que ce soit à l'abonné qui a reçu un avertissement de produire la preuve de son bon comportement devant la Haute Autorité. Et on se souvient qu'Olivier Henrad, le conseiller juridique de Christine Albanel au Ministre de la Culture et de la Communication expliquait récemment qu'il suffirait pour cela de fournir son disque dur au juge, qui pourra alors vérifier si vous êtes coupable ou innocent .

http://www.ecrans.fr/Danish-File-Sharers-Not,5042.html

[Le Point] Free dénonce le "filtrage d'Internet" en France

Lepoint.fr : Le gouvernement souhaite que la loi Hadopi (dite aussi loi Olivennes) soit adoptée au plus vite. Elle permettrait de surveiller les internautes très facilement, sans intervention d'un juge, pour lutter contre le piratage. Vous semblez être le seul dirigeant de FAI à vous opposer à cette loi.

Xavier Niel : Aujourd'hui on veut appliquer aux pirates des règles que l'on n'oserait pas appliquer aux terroristes et aux pédophiles. On va vous filtrer, on va regarder ce que vous faites sur Internet, si vous téléchargez une chanson pour laquelle vous avez acheté les droits ou non. Par contre si vous faites du terrorisme ou de la pédophilie, on n'a pas le droit de regarder ce que vous faites. On est en train de donner des droits dérogatoires pour le piratage, qu'on n'oserait pas donner pour la pédophilie, pour le terrorisme, pour n'importe quel autre type de délit, que je considère, mais je peux me tromper, comme beaucoup plus grave.

[...]

Ce n'est pas une position vendeuse pour nous. On a intérêt à accepter Hadopi pour mieux négocier la quatrième licence mobile [ voir notre article , NDLR]. Faire du filtrage, ça nous coûte moins cher en bande passante. Supprimer des abonnés qui sont de gros consommateurs, c'est un vrai bonheur, ça nous évite des réquisitions. Aller dans le sens de l'État, ça n'a que des avantages ; aller contre, ça n'a que des inconvénients. C'est vraiment un point de vue éthique que nous avons adopté, aussi bizarre que cela puisse paraître dans le monde des entreprises.

http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/free-denonce-le-fi...

[PCINpact] Filtrage : les prévisions de Nadine Morano démontées par Free

Les discussions autour du thème très sensible et épineux du filtrage des sites et contenus pédopornographiques devraient reprendre, a confié cette semaine Nadine Morano. Dans une interview au Figaro.fr, la secrétaire d’État à la Famille indique que tout sera prêt dès 2009. Faisant fi des problèmes techniques ou juridiques, elle développe avec un argument de plomb : « Cela se fait déjà en Norvège, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas en France ». Argument choc ou chic autour d’une lutte éminemment fédératrice ?

Nous avons à ce titre contacté Free, puisque sur les questions de filtrage, cet acteur sera aux premières lignes tout comme Orange ou Neuf. Le FAI n’y va pas par quatre chemins : « Cela témoigne une mauvaise réponse à une très bonne question », explique la direction. « Au regard de la configuration des réseaux et du cadre réglementaire, ce n’est pas une bonne idée. Lorsque l’État veut influer sur la sécurité routière, il se tourne plutôt vers les constructeurs, non les cabines de péages. On s’étonne que ces demandes n’aillent pas du côté de Microsoft, Apple ou Mandrake, d’autant que les dernières versions [de leur OS] intègrent du contrôle parental et que ces éditeurs sont demandeurs de coordination ».

Et Free de remettre en lumière « l’architecture bien particulière » des réseaux français qui ne correspond en rien de comparable avec le cas norvégien pris en exemple par Nadine Morano : des abonnés qui sont NATés, un réseau alternatif quasi désert, très peu d’abonnés, de la centralisation, etc. « Le gestionnaire d’un intranet, qui n’est pas un réseau ouvert au public, est fondé à analyser le trafic. Nous, non. »

[...]

En résumé, « ces propos [sur le filtrage effectif dès 2009] préjugent un peu de ce qui est faisable ou non. À ce stade, c'est non pour Free. Qui plus que jamais se tient à la disposition des conseillers pour leur montrer comment ça marche. S'ils savent se rendre en Norvège, c'est signe qu'ils savent franchir le périphérique ». Free constate pour l'heure n’avoir « jamais vu des gens de la famille ou de conseiller ministériel de la Culture chez nous ».

http://www.pcinpact.com/actu/news/45747-Free-filtrage-nadine-morano-rese...

[PCINpact] Paquet Télécom : un rapport officiel torpille la riposte graduée

Alors que ce jour marque la reprise des débats au sein du Parlement européen, autour du thème du Paquet Télécom, un ensemble de directives touchant le cadre des communications électroniques, un acteur de poids vient jouer les trublions.

Le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD) a tout juste rendu son avis sur une partie des mesures et amendements soutenus dans ce Paquet Télécom, et spécialement au regard du Service Universel (directive 2002/22/EC) et de la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques (directive 2002/58/EC). Son rapport est à la fois un échec, pour les partisans d’un contrôle serré du Web, et une victoire pour la Quadrature du Net, qui retrouve dans ses lignes nombre de ses critiques combattues par certains parlementaires. En 13 pages (télécharger le PDF en anglais), cette autorité européenne pointe plusieurs amendements « préoccupants ».

[...]

« Afin d’éviter les effets non désirables, et s’assurer d’une correcte protection de la vie privée et de la protection des données des utilisateurs d’Internet », le Contrôleur aux données personnelles demande ouvertement aux autorités européennes de faire preuve de discernement et de ne surtout pas voter cette série d’amendements sans tenir compte de ces intérêts supérieurs.

http://www.pcinpact.com/actu/news/45702-controleur-donnees-personnelles-...

Fichier attachéTaille
pcinpact-45702_small.png53.57 Ko

[Ecrans] La « police internationale de la Toile » de Nadine Morano

« Je suis pour la liberté mais aussi pour un “Code de la route” sur le Net » a annoncé aujourd’hui Nadine Morano, dans une interview au Figaro. « À titre personnel, et au vu de la multiplication des affaires qui portent atteinte à la dignité des personnes, je pense qu’il faudrait instaurer une police internationale de la Toile » a lancé la secrétaire d’État à la Famille, relançant par ailleurs l’idée d’un filtrage des contenus pédo-pornographiques sur le net. De quelle multiplication d’affaires s’agit-il ? On n’aura pas plus de détails. Mais cela inquiète Nadine Morano, qui annonce avoir organisé une rencontre avec ses homologues français le 18 septembre prochain « afin de réfléchir à une organisation commune de la sécurité sur Internet ».

[...]

On se souvient qu’en juin dernier la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, présentait un plan « pour protéger les enfants et leurs familles contre les pédophiles ». Il prévoit notamment que les fournisseurs d’accès français bloquent une liste noire de sites et de forums de discussion. Un projet qui n’a pas été validé par les Fournisseurs d’Accès à Internet, même si la Fédération française des télécoms s’est dit favorable sur le principe. « Le dispositif sera simple, expliquait Michèle Alliot-Marie. La plateforme, par le biais d’une liste noire, transmettra aux FAI la liste des sites à bloquer. » Nadine Morano a annoncé que les discussions à ce sujet alliaient reprendre. « Ce système pourrait être mis en place dès 2009. Cela se fait déjà en Norvège, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas en France », a-t-elle ainsi indiqué à nos confrères.

On se souvient que, testant sa faisabilité technique, Christophe Espern, de La Quadrature du Net, jugeait la mise en place d’un tel filtrage inefficace, risqué et coûteux : « Les spécialistes réseaux interrogés sont consternés que cette technique soit envisagée, vus ses failles et les risques qu’elle présente pour le réseau tout entier. Sa mise en œuvre constituerait pour eux une régression ».

http://www.ecrans.fr/La-police-internationale-de-la,4995.html

[Ecrans] L'Europe remet le Paquet Télécom

Comme on l'annonçait mi-juillet, les débats autour du Paquet Télécom ont repris aujourd'hui à Bruxelles, avec la lecture des rapports Trautamm puis Harbour. Un dossier particulièrement sensible, car déterminant pour le passage de la loi Création et Internet voulue par le gouvernement français.

A l'origine, ce Paquet visait à moderniser le secteur des communications électroniques (internet, téléphonie fixe et mobile). Mais petit à petit, on a vu s'y greffer des amendements relatifs aux « contenus licites » présents sur Internet. Derrière, s'est développé le principe d'une « autorité administrative » qui veillerait à la coopération entre les prestataires techniques, alors chargés de la surveillance et du filtrage des réseaux, et les responsables de « la protection et la promotion des contenus licites ». Mais aussi l'idée d'envoyer des messages d'avertissement et de pouvoir déconnecter les auteurs de téléchargements illégaux. Un ensemble de mesures qui rappelle bien sûr le projet de loi Création et Internet et sa haute autorité Hadopi, et qui a provoqué une levée de boucliers chez une partie des euro-députés. « Certaines propositions visent à mettre en place une architecture de contrôle administratif du réseau internet, nous indiquait récemment Guy Bono. Les intermédiaires techniques seront transformés en véritables auxiliaires de police privée et les autorités administratives pourront restreindre les droits fondamentaux des citoyens à la place de l'autorité judiciaire. C'est la porte ouverte à la mise en oeuvre de la "riposte graduée" voulue par le président français Nicolas Sarkozy. »

A côté de la surveillance et du filtrage du net, la question de la neutralité du net est également en jeu. En effet, certaines propositions touchent de plein fouet le principe fondamental selon lequel tous les contenus et applications doivent être traités de manière égale dans les tuyaux, en permettant de brider le débit d'une connexion Internet en fonction des applications utilisées. Un texte qui permettrait par exemple aux opérateurs de limiter la bande passante aux utilisateurs du protocole peer to peer. Pas grand chose par contre sur la protection des données et la vie privée des internautes, un sujet que Guy Bono nous disait vouloir réintégrer dans le débat.

En juillet, à l'occasion du vote en Commissions, les internautes étaient invités à participer au débat en envoyant un mail à leur député européen les informant des enjeux de ce vote. Largement suivie, la campagne visait également à contrecarrer le lobbying exercé par les industries du divertissement dans la bataille d'information et de communication. Il y a quelques jours, interviewé par la Quadrature du net, le député suédois Christofer Fjellner relançait la mobilisation en appelant les citoyens européens à prendre contact avec leur élu. Le passage du texte en assemblée plénière est prévu la semaine du 23 septembre.

http://www.ecrans.fr/Le-Paquet-Telecom,4993.html

[Ecrans] Le mirage d’un Internet sous contrôle

[...]
Elle semble loin l’époque où Internet était vu comme un lieu pour « des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, ou leur haine, ou leurs obsessions. » (1). Pourtant, ces derniers temps, les accusations se succèdent. Des annonces sensationnelles, traitées le plus souvent sans analyse et avec des raccourcis regrettables. Elles génèrent un amalgame qui pousse à voir Internet comme un Far-West où tout est permis (et perverti). Petit à petit, ce genre d’annonces vient alimenter le dossier à charge contre le net, qui pourrait se traduire un jour par la mise en place de systèmes de surveillance et de filtrage pour un Internet « sain et propre ».

Car il existe déjà un cadre juridique. Internet est bien loin d’être un « Far-West », et encore moins une « zone de non-droit » comme le déclarait Nicolas Sarkozy en novembre dernier.
[...]
On semble aussi oublier qu’Internet n’est pas un repère d’anonymes et qu’il est possible de poursuivre et de faire condamner les auteurs de tels actes, le plus souvent simplement en les identifiant par leur adresse IP. Mais le pli a été pris d’accuser les tuyaux et les serveurs. Un peu comme si on accusait HP de permettre la photocopie de contenus racistes ou Peugeot d’être responsable des accidents de voiture sous l’emprise d’alcool.

Depuis quelques mois, le ton a changé. On entend de plus en plus souvent des mots tels que « modérer », « filtrer », « surveiller », « contrôler », « bloquer ».... Derrière on trouve pêle-mêle cités les sites de partage de vidéos en ligne, l’encyclopédie en ligne Wikipédia, les échanges sur les réseaux p2p, les sites d’enchères, les forums Usenet, accusés l’un par exemple de permettre le piratage de Bienvenue chez les ch’tis, l’autre de mettre à disposition des images à caractère pédo-pornographique. L’amalgame et la confusion sont de mise. Leur point commun : ils concourent à l’idée qu’il faut davantage de contrôle et de sécurité.

Il n’est bien sûr pas question de défendre le fait qu’on puisse trouver de telles manifestations de haine sur Internet. Mais dans son architecture et son essence, Internet a été pensé et développé comme un système de circulation neutre de l’information. Comme un bien commun où chacun peut s’exprimer, échanger et innover. Vinton Cerf, un des inventeurs d’Internet, explique : « Internet a été conçu sans le moindre gardien sur ses nouveaux contenus et services. Internet est basé sur un modèle qui permet aux personnes, à chaque niveau du réseau, d’innover sans le moindre contrôle central. En préférant placer l’intelligence aux extrémités, plutôt que de contrôler le cœur du réseau, Internet a créé une plateforme pour l’innovation. Cela a abouti à une explosion de l’offre — de la voix par IP au Wifi 802.11x en passant par les blogs— qui n’aurait jamais pu voir le jour si le contrôle central du réseau avait été imposé à la conception. »

Attenter à ce principe de neutralité, ce serait remettre en cause les fondements même du réseau, ce pour quoi aujourd’hui il fonctionne, et il est devenu aussi important et vivant. Ce principe est fondamental pour l’innovation, la création et la liberté d’expression. C’est grâce à lui qu’il est possible de tenir un blog, contribuer à Wikipédia, utiliser Skype, ou même de développer un nouveau logiciel. On ne peut pas y faire n’importe quoi, et il n’échappe pas à la loi. Mais il ne peut pas exister dans un système qui privilégierait la surveillance, le contrôle et le filtrage.

http://www.ecrans.fr/Le-mirage-d-un-Internet-sous,4888.html

[Non-Fiction] commente l'étude de l'ALPA sur les téléchargements de films

Non-Fiction portail en ligne des livres et des idées a consacré un article au communiqué de presse de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA), qui affirme que le nombre de téléchargements de films français égale celui des entrées en salle en France. L'article de Non-Fiction cite Philippe Aigrain, conseiller pour la stratégie de La Quadrature du Net : "la sortie de cette étude est un non-évènement. Outre le fait qu’il faille prendre ce genre de statistiques avec des pincettes, compte tenu de leur origine, elle n’apprend rien de nouveau : on sait depuis longtemps que le téléchargement est un phénomène majeur. Surtout, cette étude ne permet aucune conclusion concernant les solutions à apporter. Son seul intérêt serait d’amener à une réflexion sur la nécessité de nouveaux mécanismes de financement de la création et de rémunération sur Internet. La question est bien là, mais les majors cinématographiques s’y opposent, de peur de perdre le contrôle de l’offre."

[vnunet.fr] La riposte graduée partiellement rejetée au Parlement européen

Les eurodéputés ont rejeté, une nouvelle fois, l'idée de couper l'accès Internet en réponse au téléchargement illégal. Pour l'instant.

"Le projet de la présidence française de légaliser la riposte graduée a du plomb dans l'aile." C'est en ces termes que le député européen (PSE) Guy Bono (circonscription Sud Est et membre de la commission Culture et Sport) qualifie dans un communiqué le rejet, lundi 7 juillet, au Parlement, de nombre d'amendements visant à instaurer un système de riposte graduée dans le cadre des nouvelles directives Paquet Télécom qui doivent être votées en session plénière à la rentrée.

http://www.vnunet.fr/fr/news/2008/07/08/la_riposte_graduee_partiellement...

[Numerama] Le vote du paquet télécom reporté à la fin septembre

Alors que le vote était programmé au 2 septembre, dès la rentrée parlementaire de Bruxelles, les eurodéputés auront finalement au moins trois semaines pour étudier un dossier qui promet d'être bouillant. Selon PC Inpact, le vote en assemblée plénière du paquet télécom aurait été reporté à la semaine du 22-25 septembre, conformément à ce qu'avaient demandé les députés en commission après avoir réalisé la complexité des enjeux véhiculés par la révision de cinq directives européennes relatives aux télécommunications.

"Il y a une prise de conscience chez beaucoup de députés qui ne comprenaient pas jusque là les problèmes soulevés par le texte", nous expliquait le porte-parole de la Quadrature du Net, Christophe Espern, après que les eurodéputés des commissions chargées de préparer les débats sur le paquet télécom ont voté des amendements favorables au filtrage et à la mise en place de la riposte graduée au niveau européen.

http://www.numerama.com/magazine/10264-Le-vote-du-paquet-telecom-reporte...

Syndiquer le contenu