Revue de presse

Le flux RSS de la revue de presse

La revue de presse recense les articles de presse relatifs aux sujets de la Quadrature, compilés par ses bénévoles.
Voir aussi notre revue de presse internationale.

[NouvelObs] Turquie: la guerre déclarée par Erdogan à internet provoque l'indignation

Le blocage du réseau Twitter décrété par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan en Turquie à huit jours d'un scrutin municipal crucial pour son régime a suscité un concert mondial de protestations contre la "censure", y compris de la part du président turc. [...]

Au milieu d'une avalanche de critiques venues de Turquie comme de nombreuses capitales étrangères, le chef de l'Etat turc Abdullah Gül a dénoncé explicitement la mesure prise par le chef du gouvernement. [...]

Amnesty International a également critiqué Ankara, l'appelant à "immédiatement" revenir sur sa décision jugée comme "une attaque sans précédent contre la liberté d'expression et d'internet en Turquie".

Eclaboussé depuis la mi-décembre par un scandale de corruption sans précédent, M. Erdogan a riposté par de vaste purges dans la police et la justice. Et il a fait voter une série de lois très controversées, dont un texte renforçant le contrôle d'internet en février. [...]

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20140321.AFP2840/turquie-erdogan-...

[PCInpact] Coûts du blocage des sites : la justice européenne tranchera jeudi

Une affaire d’importance sera rendue jeudi 27 mars par la Cour de Justice de l’Union Européenne : l’affaire Kino en matière de téléchargement illégal. Celle-ci va irriguer l’ensemble des pays européens, et spécialement la France où les ayants droit misent de grands espoirs sur la question de la prise en charge des coûts du blocage. [...]

Dans tous les cas, cette affaire va impacter directement le dossier Allostreaming désormais en rampe d’appel. Les ayants droit ont certes obtenu une victoire, le blocage de plusieurs sites de streaming, cependant, le TGI de Paris a considéré que les mesures devaient être exclusivement à la charge des demandeurs. Jean-Yves Mirski, le délégué général du Syndicat de l’Édition Vidéo Numérique, réfute une telle analyse : « On considère que les coûts n'ont pas à être à la charge des ayants droit. C'est pour nous une question de principe, les coûts doivent être pris en charge par les opérateurs. »

http://www.pcinpact.com/news/86622-couts-blocage-sites-justice-europeenn...

[LeMonde] La France suspectée de cyberespionnage

La posture de victime affichée par la France depuis les révélations sur les activités de la NSA à son encontre risque d'être de moins en moins crédible. Les autorités françaises, qui aiment alerter l'opinion sur les dangers qui menacent sans cesse nos secrets d'Etat ou ceux de nos secteurs stratégiques, ont été prises la main dans le sac d'un espionnage tous azimuts visant des pays aussi bien amis que jugés dangereux. [...]

La chasse a débuté, d'après le CSEC, en novembre 2009, lorsque les experts canadiens ont détecté la présence d'un implant suspect dont le profil n'a cessé de se sophistiquer au fil des années. Les services secrets français se seraient intéressés, en priorité, à des cibles iraniennes intervenant à des niveaux divers dans le processus d'obtention de la technologie nucléaire par Téhéran. Aux côtés du ministère des affaires étrangères iranien, apparaissent quatre institutions : l'université de science et de technologie d'Iran, l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran, l'Organisation pour la recherche iranienne pour les sciences technologiques (université Imam-Hossein, Téhéran) et l'université Malek-Ashtar (Téhéran). Ces établissements sont sous le contrôle strict des services de sécurité iraniens. [...]

Désormais, selon le même expert, la France serait donc à même de rentrer dans une forme de troc avec ses alliés. « Après avoir collecté assez d'informations sensibles, on peut alors commencer à échanger avec nos amis américains, britanniques, allemands ou israéliens, en se gardant de dévoiler les moyens qui nous ont permis de les trouver car, alliés ou pas, s'ils comprennent nos techniques, ils prennent des contre-mesures pour se protéger, ce qui nous contraint à développer de nouveaux outils informatiques, ce qui coûte de l'argent. » [...]

http://www.lemonde.fr/international/article/2014/03/21/la-france-suspect...

[LeMonde] Quand les Canadiens partent en chasse de « Babar »

C'est une véritable traque qu'ont menée les services secrets techniques canadiens du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CSEC). Elle est relatée dans le document fourni au Monde par Edward Snowden, dans lequel ils présentent leurs trouvailles. Avare en détails, ce document permet néanmoins de retracer l'enquête qui a permis de pointer la France du doigt. […]

Dès les premières pages, le document explique que les experts « sentent » que ce qu'ils ont sous les yeux est destiné à la « collecte de renseignements étrangers ».

Plus loin, ils assurent que la nature et la localisation de ses cibles « ne correspondent pas à de la cybercriminalité » traditionnelle. Le mémo ajoute enfin qu'en désossant le programme, les ingénieurs du CSEC ont conclu que cet objet informatique, une fois implanté sur sa cible, « collecte des courriels provenant de comptes spécifiques et ciblés ». […]

La présentation du CSEC s'achève sur un aveu. Le logiciel espion a muté. Selon les experts canadiens, une version améliorée, plus « sophistiquée » de « Snowglobe », découverte mi-2010, et surnommée, cette fois-ci, « Snowman » (bonhomme de neige), leur résistait encore au moment était rédigé ce document.

http://www.lemonde.fr/international/article/2014/03/21/quand-les-canadie...

[PCINpact] ACTA : deux hauts fonctionnaires de Bercy attaquent une internaute

Vendredi dernier, un procès s’est tenu à Paris opposant une internaute, Émilie Colin, à MM. Patrice Guyot et Jean-Philippe Muller, deux hauts fonctionnaires qu’elle avait présentés sous des termes acidulés comme négociateurs français du projet de l’accord anticontrefaçon, ACTA, désormais rejeté par le Parlement européen. […]

Dans le crépitement d’ACTA, les noms de ces deux personnes n’étaient pourtant pas inconnus puisque le porte-parole de La Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann, les avait cités sur son fil Twitter dès le 26 février 2010. On les retrouvait également à l’honneur sur le site de La Quadrature par exemple ce communiqué de mars 2010 annonçant une rencontre entre ces deux personnes, le collectif et Act Up ou celui-ci, sans évoquer plusieurs articles de presse. […]

Venue témoigner vendredi, l’eurodéputée Sandrine Bélier considère pour sa part que « ce procès fait peser une menace sur les lanceurs d’alerte en France » et « si l’on se concentre uniquement sur le fond de l’affaire, que reproche-t-on en effet vraiment à Émilie Colin et Thibault Lesage ? D’avoir réussi à rendre public [des noms] jusque-là tenus secrets, et de s’être inquiétés des positions que ceux-ci étaient susceptibles de défendre, là où nul, pas même le Parlement européen, n’était tenu informé par les États parties à l’accord tant du contenu du texte en préparation que de l’identité de ses négociateurs ? » […]

http://www.pcinpact.com/news/86523-acta-deux-hauts-fonctionnaires-bercy-...

[20Minutes] Turquie: Un service de secours par SMS mis en place après la censure de Twitter par Erdogan

Le premier ministre turc espère étouffer la contestation mais son geste pourrait bien avoir l'effet inverse... [...]

Il avait promis «d'éradiquer» Twitter. Embourbé dans un scandale de corruption, Recep Tayyip Erdogan a mis sa menace à exécution, dans la nuit de jeudi à vendredi, en bloquant l'accès au réseau social en Turquie via un décret du ministère des Télécommunications. [...]

Si certains internautes turcs arrivent à contourner le blocage via des serveurs proxy et des réseaux VPN, Twitter a rapidement mis en place un service de secours pour tweeter par SMS. Les clients des opérateurs Avea et Vodafone doivent envoyer «START» au 2444 et ceux de Turkcell au 2555 pour l'activer.

http://www.20minutes.fr/web/twitter/1329410-20140321-bloque-turquie-erdo...

[PCINpact] La NSA confirme que les géants du web savaient pour le programme Prism

Alors que les grandes firmes américaines du web s’acharnent depuis des mois à soigner leur communication autour de Prism, la NSA a clairement indiqué hier au Sénat américain qu’elles étaient parfaitement au courant de la collecte qui était pratiquée. Une double confirmation qui envoie une nouvelle onde de choc, bien plus forte, dans le monde de l’informatique et du respect de la vie privée. […]

Rajesh De explique toutefois que la « collecte sous ce programme était un processus obligatoire et légal que toute entreprise concernée pouvait recevoir ». Il s’agit ici de la fameuse Section 702 de la loi FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act) qui autorise les agences de renseignement à puiser directement dans les données personnelles sous deux conditions : qu’elles appartiennent à des utilisateurs étrangers, et qu’elles soient stockées sur des serveurs américains, donc situés physiquement au sein des frontières du pays. En d’autres termes, les entreprises impliquées dans le programme n’avaient pas le choix puisqu’elles étaient soumises à la loi. […]

http://www.pcinpact.com/news/86591-la-nsa-confirme-que-geants-web-savaie...

[Mediapart] La Parisienne Libérée et Jérémie Zimmermann : « Genèse du Net »

[…] La commission industrie du parlement européen a adopté mardi 18 mars un texte important sur le marché des télécommunications, qui va servir de base au vote en plénière qui aura lieu le 3 avril prochain. La Quadrature du Net dénonce un texte qui « démontre l'influence colossale qu'exerce le lobby des télécoms sur le processus législatif européen ». Elle s'inquiète en particulier du fait que des « services spécialisés » pourraient permettre aux opérateurs de contourner la neutralité du Net.

Le concept de Net neutre est à plusieurs titres discutable et il est souvent utilisé dans des contextes (en particulier institutionnels et marketing) où les préoccupations réelles pour la liberté d'internet ne sont pas au premier plan. Pour évoquer ces questions, il vaut sans doute mieux parler d'un Net universel, d'un Net libre et d'un Net ouvert, tant la neutralité n'est ni une réalité technique, ni un principe réellement mobilisateur.

Jérémie Zimmermann l'explique clairement dans la partie de l'entretien de documentation consacrée à ce problème (voir la vidéo de l'entretien ici, premier chapitre). Mais derrière la diversité de ces expressions, les intérêts économiques cherchant à s'approprier les bénéfices du réseau sont bien réels. Et ils méritent qu'on reste attentif aux dispositifs législatifs nationaux et européens qui limitent (ou pas) l'appétit financier des grandes entreprises de télécommunications.

Le premier volet du projet Datalove est ici.

http://www.mediapart.fr/journal/france/200314/la-parisienne-liberee-et-j...

[citation de Jérémie Zimmermann]
En réalité la neutralité du net c’est l’universalité du net.
Ça veut dire que tout le monde connecté à internet a accès à tout internet et peut participer à tout internet.

Au commencement, l’Homme créa les 0 et les 1
Et il vit que cela était bien.
Alors pour les mettre en commun
Il fit une grande fête et créa : Internet

Comme l’Homme était infiniment sage
Il voulut qu’Internet soit ce lieu de partage
Dans lequel les humanités
Puissent s’entraider, s’exprimer
Sans distinction de sexe, de religion, ou d’âge

Mais un jour où il était sûrement d’une humeur moins bonne
Il créa l’État et les Géants Télécoms

Quelques jours plus tard, les Géants assemblés
Vinrent lui rendre visite au petit matin et lui tinrent ce prêche :
« Homme, certains de tes amis sont fort bien dotés
Mais d’autres sont clairement dans la dèche !
Désormais, nous livrerons les paquets prioritairement
À ceux qui donneront le plus d’argent »

Puis vers midi, l’homme reçut un courrier de l’État
– Qu’il avait créé pour rien, jusque-là –
Dans lequel un certain nombre de mots listés
Étaient suivis de la mention :
« Prière de censurer tous les paquets
Contenant au moins l’un de ces mots-clés »

Alors que le soir tombait
L’homme réfléchissait.

Il eut soudain une idée.
Il convoqua l’État, et lui dit :
“État, j’ai décidé de créer la Loi
et c’est toi qui t’en occuperas,
Alors grave ceci, dans la cire de ta plus belle tablette :

« Plus jamais il ne sera porté atteinte à l’universalité du net.
Plus jamais aucun paquet ne sera discriminé.
Plus jamais un Zéro ou un Un ne sera filtré ou priorisé
Par rapport à son Zéro ou à son Un voisin.
Déclaration des droits de l’homme et du citoyen connecté,
Article premier. »

[citation de Jérémie Zimmermann]
Le problème aujourd’hui c’est que des intérêts industriels d’une part et politique d’autre part rêvent de porter atteinte à cette universalité. Il faut un net neutre, il faut un net universel.
Il y a déjà un certain nombre de pays au monde qui ont fait le choix d'imposer cette neutralité du net (...) qui ont donc inscrit dans la loi qu'Internet doit être neutre et que les opérateurs n'ont pas le droit de violer cette universalité.

Net neutrality
Сетевой нейтралитет
Netzneutralität
Neutralidad de red
(ad lib.)

☙❦❧

[VentsContraires] Jérémie Zimmermann : La naissance de La Quadrature du Net

Jérémie Zimmermann est le porte-parole et co-fondateur de La Quadrature du Net, une organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur le web, qui promeut une adaptation de la législation française et européenne en faveur de l'accès à un Internet libre et ouvert, le partage de la culture et des connaissances. À ce titre il intervient dans les débats concernant la liberté d'expression, le droit d'auteur, la régulation du secteur des télécommunications ou encore le respect de la vie privée. La Quadrature du Net fournit aux citoyens intéressés des outils leur permettant de mieux comprendre les processus législatifs afin d'intervenir efficacement dans le débat public.

Enregistré le 1er février 2014 dans la salle Roland Topor Théâtre du Rond-Point.

Enregistrement audio complet

http://www.ventscontraires.net/article.cfm/12792_jeremie_zimmermann_:_la...

[LeMonde] Espionnage : comment Orange et les services secrets coopèrent

[…] Selon un document interne des services secrets techniques britanniques (GCHQ), l'équivalent de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine, la DGSE entretient une coopération étroite avec « un opérateur de télécommunication français ». L'ancienneté de leurs liens, la description des savoir-faire spécifiques de l'entreprise ainsi que l'enquête du Monde permettent de conclure qu'il s'agit bien de France Télécom-Orange.

Selon le GCHQ, la DGSE et l'opérateur historique français travaillent ensemble pour améliorer les capacités nationales d'interception sur les réseaux de communication et collaborent pour casser les cryptages de données qui circulent dans les réseaux. France Télécom est un acteur important du système de surveillance en France. […]

http://www.lemonde.fr/international/article/2014/03/20/dgse-orange-des-l...

Syndiquer le contenu
Soutenez La Quadrature du Net!