Après la décision Chambord, comment sortir d’un domaine public « résiduel » ?