Soutenons La Quadrature du Net !

liberté d'expression

LOPPSI: Censure administrative du Net adoptée, les pédophiles sont tranquilles

Paris, 15 décembre 2010 -- L'Assemblée nationale a adopté l'article 4 de la LOPPSI mettant en place le filtrage administratif d'Internet, via le cheval de Troie de la protection de l'enfance. Un tel dispositif permettra de généraliser la censure des contenus sur Internet, tout en laissant les pédophiles et la pédopornographie prospérer. Le rejet de la supervision par le juge illustre clairement la volonté de l'exécutif de contrôler Internet.

LOPPSI: La censure du Net est le problème, pas la solution.

Paris, le 14 décembre 2010. L'examen de la LOPPSI, projet de loi défendu par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, reprend aujourd'hui en seconde lecture à l'Assemblée Nationale. Son article 4 prévoit la mise en place du filtrage administratif d'Internet au nom de la lutte contre la pédopornographie, contre laquelle elle est parfaitement inefficace. Une fois aux mains du gouvernement, ce dispositif de censure sera inévitablement élargi. Il est l'aboutissement de la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy et de son obsession de contrôler Internet, ce contre-pouvoir qui jusqu'à présent lui échappe.

LOPPSI à l'Assemblée : Rejetons la censure du Net !

Paris, 9 décembre 2010 -- La guerre lancée par les gouvernements américains et français contre WikiLeaks montre combien il est important de protéger Internet de la censure politique. Mardi prochain reprend à l'Assemblée nationale le débat sur le projet de loi LOPPSI, dont l'article 41 met en place une censure administrative du Net au prétexte de lutter contre la pédopornographie. Si l'objectif semble louable, de telles mesures se révèlent non seulement inefficaces, mais aussi contreproductives. La protection de l'enfance est en fait instrumentalisée au profit d'une mise sous contrôle d'Internet. Tous les citoyens soucieux de préserver cet espace d'expression et de partage qu'est Internet doivent alerter leurs députés et les appeler à rejeter la censure du Net.

  • 1. I. – L’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique est ainsi modifié :

    1° Après le quatrième alinéa du 7. du I, sont insérés deux alinéas ainsi rédigés :

    « Lorsque les nécessités de la lutte contre la diffusion des images ou des représentations de mineurs relevant des dispositions de l’article 227-23 du code pénal le justifient, l’autorité administrative notifie aux personnes mentionnées au 1 les adresses internet des services de communication au public en ligne entrant dans les prévisions de cet article, et auxquelles ces personnes doivent empêcher l’accès sans délai.

    « Un décret fixe les modalités d’application de l’alinéa précédent, notamment celles selon lesquelles sont compensés, s’il y a lieu, les surcoûts résultant des obligations mises à la charge des opérateurs. » ;

    [...]

WikiLeaks et la censure politique d'Internet: nous voila prévenus !

Paris, le 4 décembre 2010 - Le secrétaire d'État chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, Éric Besson, a annoncé hier son intention de faire en sorte que le site Internet WikiLeaks « ne soit plus hébergé en France ». Outre le caractère folklorique de cette tentative de « reconduite à la frontière numérique », cette déclaration révèle une volonté profonde du gouvernement de contrôler Internet, quitte à bafouer pour cela les règles de droit. Le vote prochain de la LOPPSI et de son article 41 instaurant la censure du Net, au prétexte de la protection de l'enfance, en sera l'instrument idéal.

  • 1. I. – L’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique est ainsi modifié :

    1° Après le quatrième alinéa du 7. du I, sont insérés deux alinéas ainsi rédigés :

    « Lorsque les nécessités de la lutte contre la diffusion des images ou des représentations de mineurs relevant des dispositions de l’article 227-23 du code pénal le justifient, l’autorité administrative notifie aux personnes mentionnées au 1 les adresses internet des services de communication au public en ligne entrant dans les prévisions de cet article, et auxquelles ces personnes doivent empêcher l’accès sans délai.

    « Un décret fixe les modalités d’application de l’alinéa précédent, notamment celles selon lesquelles sont compensés, s’il y a lieu, les surcoûts résultant des obligations mises à la charge des opérateurs. » ;

    [...]

Au poker de l'ACTA, on exporte la répression

Communiqué commun de l'April et de la Quadrature du Net

Paris, le 26 Juin 2010 - Les représentants de La Quadrature du Net et de l'April ont rencontré les négociateurs français de l'ACTA, à quelques jours du prochain round de négociations de cet accord anti-contrefaçon. Aucune réponse satisfaisante n'a été apportée sur les questions cruciales de l'interopérabilité et des dispositions visant à transformer les intermédiaires techniques du Net en police privée du copyright. Les négociateurs de cet accord illégitime, pris dans le jeu de la négociation et du rapport de force avec les États-Unis, ont-ils vraiment la marge de manœuvre nécessaire pour protéger nos libertés ?

L'Islande deviendrait un modèle pour la liberté de communication

Paris, 15 février 2010 – Mardi, une résolution parlementaire sera déposée en Islande afin de faire du pays un modèle pour la protection de la liberté d'expression sur le Net. À des kilomètres d'une vision rétrograde et dangereuse de gouvernements désemparés tentant de contrôler la liberté de communication sur Internet au moyen des HADOPI, LOPPSI et autres accords ACTA, il s'agit là d'un évènement historique. La Quadrature du Net s'associe à ce projet et félicite la vaste coalition de députés islandais qui en est à l'origine.

Newsletter #77

Salut à toutes et à tous !

Voici la newsletter 77 de La Quadrature du Net !

Sommaire

L'activité de La Quadrature du Net

Même si les gros dossiers de La Quadrature du Net sont aujourd'hui les dossiers européens détaillés ci-dessous, l'actualité française a repris du poil de la bête avec l'intention du Président fraîchement élu, Emmanuel Macron, et du gouvernement Philippe, de faire voter par le Parlement une nouvelle loi antiterroriste qui ferait de nouveau entrer dans la loi ordinaire certaines dispositions dérogatoires de l'état d'urgence. « Quand l'exception dérange, transformons-la en règle » : il fallait y penser.

ÉTAT D'URGENCE POUR TOUS (MAIS SANS LA QUADRATURE)

Le mercredi 24 mai 2017, après son premier conseil de Défense (réunissant quelques ministres et le Président de la République), Emmanuel Macron a annoncé son intention de proroger une sixième fois l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre 2017, après quoi il deviendrait inutile puisque ses principales dispositions seraient intégrées à la loi ordinaire grâce à un nouveau projet de loi pour lutter contre le terrorisme...

Le jour-même, La Quadrature du Net signait, avec dix autres associations de défense des droits et trois avocats membres , une lettre ouverte au Président de la République : les signataires dénoncent l'absence de concertation, qu'ils avaient pourtant proposée. L'effet d'annonce politique est-il, une fois de plus, préférable à l'analyse apaisée de l'efficacité réelle de l'état d'urgence ?

Une lettre ouverte à lire sur notre site (24 mai) : https://www.laquadrature.net/fr/lettre-macron-etat-urgence

Dans les derniers jours du mois de juin, le Président de la République a accepté de recevoir les associations signataires. En revanche, trois associations Action Droits des Musulmans et le CCIF dont La Quadrature du Net ont été exclues de cette entrevue officielle à l'Élysée : ces associations manqueraient de « dimension internationale ».

Bien entendu, la poursuite de notre action au sein du groupe des associations opposées à la prorogation de l'état d'urgence n'est pas du tout remise en cause.

Le 5 juillet, le collectif a d'ailleurs publié un nouvel appel, adressé cette fois aux députés, et cosigné par La Quadrature. Après un compte-rendu de la rencontre décevante avec le Président de la République, nous appelons les parlementaires à ne pas voter aveuglément le texte qui leur est proposé : « Entre l’état d’urgence qu’on s’apprête enfin, nous dit-on, à quitter, et l’état de soupçon permanent dans lequel il s’agirait d’entrer, il n’y a pas de différence de nature. »

Un appel à lire sur notre site (5 juillet): https://www.laquadrature.net/fr/etat_urgence_permanent

EPRIVACY : DU COMMERCE DE NOS DONNÉES PERSONNELLES

Le nouveau règlement ePrivacy, proposé par la Commission européenne et destiné à préciser les dispositions concrètes de la directive ePrivacy de 2002, est actuellement l'objet d'un travail intense au sein du Parlement européen. Il vise à encadrer l'utilisation, par les opérateurs et les entreprises, de nos données personnelles, en tant qu'utilisateurs des réseaux et des services de communications électroniques.

Les lobbies industriels aimeraient que l'Union européenne leur accorde le droit d'utiliser librement les données personnelles qu'ils récoltent en échange de leurs services en ligne. La Quadrature du Net, en chœur avec d'autres associations européennes de défense des droits fondamentaux, s'y oppose : le consentement à la collecte et à l'exploitation de nos données personnelles ne doit en aucun cas être un préalable à l'accès aux services.

Début juin 2017, les rapports intermédiaires des différentes commissions concernées contiennent des préconisations contradictoires, qui favorisent nettement les entreprises, ou défendent trop mollement les droits des citoyens.

Une analyse détaillée des positions et des enjeux, à lire sur notre site (13 juin) : https://www.laquadrature.net/fr/ePrivacy-une-%C3%A9tape-cruciale

Fin juin 2017, La Quadrature du Net, qui rencontre les parlementaires depuis plusieurs mois, publie ses propositions sur le règlement ePrivacy : une liste claire des cas où le consentement des utilisateurs n'est pas obligatoire, le respect absolu de la liberté du consentement (pas de service inaccessible sans consentement), refus du consentement automatique, etc.

Lisez le détail des propositions de La Quadrature du Net sur notre site (30 juin) : https://www.laquadrature.net/fr/ePrivacy-bon-grain-et-ivraie

PAQUET TÉLÉCOM

L'Union européenne est en train de renégocier le « paquet télécom », un ensemble de textes destinés à encadrer l'infrastructure des communications électroniques européennes. Parmi ceux-là, le code européen des communications électroniques (acronyme EECC en anglais), texte énorme et complexe, traite d'une foule de points techniques sur la régulation du secteur des télécommunications fixes et mobiles. C'est évidemment un enjeu considérable pour les lobbies industriels, qui ne ménagent pas leurs efforts pour orienter le texte en leur faveur : les amendements de compromis laissent entendre qu'ils y parviennent plutôt bien, mais juste avant leur départ en vacances, quelques eurodéputés notamment S&D (socialistes européens), ALDE (libéraux) et Verts ont réussi à atténuer les effets néfastes de ces pressions pour rééquilibrer quelque peu le texte qui sera voté en commission les 4 et 11 septembre. La campagne piPhone reprendra dès le 28 août, jour de la rentrée parlementaire.

La Quadrature du Net analyse l'état du texte et publie ses préconisations.

Une analyse détaillée à lire sur notre site (13 juin) : https://www.laquadrature.net/fr/EECC-protegeons-Internet-decentralise-in...

Autre texte faisant partie du « paquet télécom », le règlement WIFI4EU : il s'agit d'un budget de 120 millions sur 3 ans débloqué à l'initiative de Jean-Claude Juncker pour financer des dispositifs de wifi ouvert à tous dans les zones d'accès difficile à Internet. Malheureusement, l'nitiative, paraît être envisagée une fois de plus comme une façon de favoriser les grands groupes industriels. La Quadrature du Net et d'autres acteurs associatifs européens veulent mettre en avant le rôle des petits acteurs du Net et le respect des libertés des usagers.

Faire de la place pour les PME et les acteurs à but non lucratif, renoncer à l'identification des usagers pour protéger leur vie privée, exclure la publicité et la surveillance commerciale, offrir un accès gratuit et neutre pour tous, voici les principaux points développés en détail dans cette lettre ouverte aux parlementaires européens, et signée par 29 associations européennes.

Une lettre ouverte à lire sur notre site (22 mai) : https://www.laquadrature.net/fr/wifi4eu-diversite-droit-humains

DIRECTIVE COPYRIGHT

La proposition de directive sur la réforme du droit d'auteur dans l'Union européenne, que nous appellerons « directive copyright » pour plus de facilité, est également un important dossier européen. Du point de vue de La Quadrature du Net, pour qui la question du droit d'auteur est historiquement centrale et fondatrice depuis la loi Hadopi, les choses sont mal emmanchées.
Toutes les avancées réalisées en commissions au sein du Parlement européen ont été effacées par la Commission européenne, en particulier sous l'influence de la France, qui cède à toutes les revendication des ayant-droits et des industries culturelles.

Les deux points qui inquiètent plus particulièrement La Quadrature sont l'article 11 (droits voisins des éditeurs de presse) et l'article 13 (robot copyright sur les plateformes).

Nous nous adressons donc aux parlementaires européens et aux ministres français afin qu'ils acceptent d'écouter tous les acteurs pour imaginer un droit d'auteur plus favorable à la liberté de création.

Une analyse à lire sur notre site (6 juin) : https://www.laquadrature.net/fr/directive-copyright-lobbies

NEUTRALITÉ DU NET

À l'occasion du premier anniversaire du règlement européen qui régit la neutralité du Net, et au moment où l'Arcep publie son propre rapport sur l'état de l'Internet en France, La Quadrature du Net estime que le bilan dressé par le régulateur français est trop optimiste.

L'accès à l'IPv6 et à l'auto-hébergement encore très restreint, la gestion inégale des services de VoD par les opérateurs qui favorisent leurs propres services, les mesures de censure privée par les opérateurs (DNS mobile, proxys intrusifs ou portails captifs), la dépendance aux box des opérateurs, sont autant de points noirs sur le tableau que brosse l'Arcep.

Une analyse à lire sur notre site (31 mai) : https://www.laquadrature.net/fr/Neutralit%C3%A9-du-Net-bilan-gris-fonc%C...

SKYLINE ET GRAVITY

Le mardi 4 juillet dernier, un certain nombre de journaux et de médias audiovisuels français, rassemblés dans ce qu'ils appellent l'alliance Gravity, ont annoncé leur intention de mettre en commun les données personnelles qu'ils collectent sur leur audience pour avoir un poids plus important sur le marché de la publicité ciblée en ligne.

Deux jours plus tard, Le Monde et le Figaro, absents de Gravity, ont rendu public leur mariage, avec la même ambition, sous le nom de Skyline.
En somme, pour s'affranchir de sa dépendance à Google et aux autres GAFAM, qui vivent de l'exploitation des données personnelles de leurs utilisateurs, la presse française a bien l'intention d'agir exactement de la même manière.

Mais cette offensive conjointe des médias français s'inscrit dans un contexte : la renégociation à l'échelle européenne des textes qui encadrent l'utilisation des données personnelles. Que dit la loi, et dans quel sens évolue-t-elle à ce moment des travaux ? Nous vous proposons une analyse des enjeux.

Un communiqué à lire sur notre site (6 juillet) : https://www.laquadrature.net/fr/presse_vie_priv%C3%A9e

IRFM REGARDS CITOYENS

Depuis deux mois, l'association amie Regards Citoyens organise une campagne pour la transparence de l'utilisation réelle des « indemnités représentatives de frais de mandat » des députés français (https://irfm.regardscitoyens.org/). Par solidarité avec cette démarche importante, La Quadrature du Net a décidé de consacrer 200€ à l'envoi des courriers recommandés qui demandent aux député.es de rendre compte de la manière dont ils dépensent cette allocation mensuelle de 5000€.

Nous avons donc posté 38 demandes. À la date du 25 juillet, 37 des parlementaires concernés ont reçu leur lettre. Aucun n'a répondu pour l'instant. Un seul (https://irfm.regardscitoyens.org/parlementaires/518 ) n'est même pas allé chercher l'enveloppe à la poste.

Si vous le pouvez, n'hésitez pas à consacrer un peu de temps et quelques euros à cette expérience de démocratie !

https://irfm.regardscitoyens.org/

ÉQUIPE

Cet été, notre équipe opérationnelle se sépare de 3 de ses membres. Léa Caillière Falgueyrac qui travaillait avec nous depuis un an comme analyste juridique, est partie vers d'autres aventures. Son poste est maintenant occupé par Arthur Messaud. Adrienne Charmet, notre coordinatrice des campagnes ainsi que Christopher Talib, notre chargé de campagne, qui ont tous les deux travaillé 3 ans chez nous, partent vers d'autres chemins.

Nous leur souhaitons un beau voyage, des projets professionnels intéressants ainsi que des vies joyeuses et libres !

ATELIER CAMPAGNE DE SOUTIEN

Nous travaillons dès à présent sur notre prochaine campagne de soutien, qui démarrera comme chaque année au début du mois de novembre. Nous avons en particulier besoin d'éléments graphiques pour illustrer et animer la campagne sur les réseaux sociaux. Un week-end de travail est prévu les 9 et 10 septembre à Paris : si vous êtes graphiste, venez !! :)
Infos : contact@laquadrature.net


Participer

Il existe de nombreuses façons de participer à l'action menée par La Quadrature du Net. Vous pouvez aider La Quadrature en parlant de ses publications autour de vous, et en les diffusant sur vos blogs, Mastodon, Twitter,Diaspora*, vos réseaux sociaux, listes de discussion… Bref, en « buzzant ».

Vous pouvez également participer à nos listes de discussion ou échanger sur notre chat (ou directement sur notre canal IRC : #laquadrature sur irc.freenode.net).

La Quadrature du Net a aussi besoin d'aide pour un grand nombre de tâches quotidiennes, par exemple pour l'édition de sa revue de presse, des traductions, la mise à jour de son wiki, des créations graphiques ou sonores… Si vous en avez la capacité, vous pouvez contribuer à améliorer les outils comme Memopol, Respect My Net, ou le Piphone,ContrôleTes Données, ou bien nous proposer de nouveaux projets sur notre GitLab. N'hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d'information à ce sujet.

Enfin, si vous en avez les moyens, vous pouvez également nous souteniren effectuant un don.

ePrivacy : la faible proposition de la Commission annonce un âpre combat législatif

Paris, 11 janvier 2017 — La Commission européenne a détaillé ce mardi 10 janvier une série de nouveaux textes relatifs à la protection des données personnelles dans l'Union européenne. Parmi eux figure le futur règlement ePrivacy qui encadre, entre autres, la confidentialité et la sécurité de nos communications électroniques ainsi que les fameux cookies sur internet. Avant même que le processus législatif ne commence, les lobbys de l'industrie du numérique et les opérateurs télécoms ont marché main dans la main pour affaiblir au maximum le projet de réforme censé apporter plus de sécurité et de confidentialité lors de toutes nos communications en ligne mais également censer redonner aux utilisateurs le contrôle de leurs données. Mais la société civile et les organisations de défense des libertés n'ont pas dit leur dernier mot. Les mois à venir promettent un âpre combat législatif pour qu'ePrivacy deviennent un règlement réellement ambitieux protecteur de nos droits et libertés.

Tel que proposé, le délit d'entrave numérique à l'IVG est une proposition dangereuse

Paris, le 1er décembre 2016 — La Quadrature du Net a choisi de publier l'état de ses réflexions sur le délit d'entrave numérique à l'interruption volontaire de grossesse, dont la discussion législative est prévue à l'Assemblée nationale à partir du jeudi 1er décembre 2016. Sur ce dossier complexe où interfèrent plusieurs droits fondamentaux, il est important de prendre le temps de mesurer l'impact d'une création d'un nouveau délit tel que proposé par le gouvernement et les parlementaires de la majorité présidentielle.

Sale (prin)temps pour les libertés

Paris, le 27 mai 2016 — La Quadrature du Net publie ici un communiqué du Syndicat de la magistrature, du Syndicat des Avocats de France, de La Quadrature du Net, du Cecil et de Creis-Terminal, membres de l'Observatoire des libertés et du numérique (OLN).

Censure et liberté d'expression

Censure et liberté d'expression

La Loi pour la Confiance en l'Économie Numérique (LCEN) votée en 2004 et constamment modifiée depuis lors, fixe en France les dispositions concernant la censure et le retrait de contenus sur Internet.

La Quadrature du Net s'oppose régulièrement à l'extension des champs d'application de la LCEN ou à certaines dispositions qui y sont inscrites, et propose donc les modifications suivantes :

Les recours au Conseil d'État et au Conseil constitutionnel

Mise à jour le 19 décembre 2016 : Cette page est transférée sur le wiki de La Quadrature.

Paris, le 3 août 2015 — Depuis le mois de janvier 2015, La Quadrature du Net, FDN et la Fédération FDN ont entamé une série de recours auprès du Conseil d'État et du Conseil constitutionnel contre les lois et décrets d'application que ces associations considèrent liberticides. Afin d'aider les citoyens à suivre dans le temps les différentes étapes des procédures en cours, cette page explique en quelques lignes chacun des recours et son état d'avancement.

Petit déjeuner de presse « Loi Renseignement »

Paris, le 24 mars 2015 — Un petit déjeuner presse sera organisé le 26 mars 2015 par différentes organisations ayant exprimé leur inquiétude face au projet de loi sur le Renseignement présenté par le gouvernement :

Loi sur le terrorisme : un gouvernement hors sujet

Tribune de Jean Cattan, membre du collège d’orientation stratégique de La Quadrature du Net, publiée initialement le 12 septembre 2014 dans Next INpact

Voici un rapport qui arrive à point nommé. Quelques jours avant l'examen du projet de loi « terrorisme » en première lecture à l'Assemblée nationale, le Conseil d’État publie une étude extensive sur « Le numérique et les droits fondamentaux ». Droits fondamentaux a-t-on dit ? Oui, dans les grands titres au moins, le rapport entend contribuer à la définition et à la réalité de ces droits. Si certaines des mesures proposées risquent d'aggraver la répression, la démarche d'ensemble reste claire : le numérique fait évoluer nos droits fondamentaux, aux pouvoirs publics d'en assurer une protection plus efficace.

Syndiquer le contenu