Soutenons La Quadrature du Net !

[LePoint] Surveillance : la Cnil dénonce l'argument "simpliste" de Valls et Sarkozy

La présentation du rapport d'activité 2013 de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), ce lundi, a été l'occasion pour sa présidente au mandat fraîchement renouvelé de sonner une charge sans merci contre la surveillance massive dans les démocraties. […]

"Il faut combattre farouchement l'argument sans cesse ressassé du rien à se reprocher, rien à cacher", explique-t-elle en introduction du rapport d'activité 2013, disponible en ligne. "Ce raisonnement simpliste est précisément celui qui était utilisé par les régimes totalitaires pour justifier la surveillance généralisée. Il associe le droit à l'intimité à la culpabilité, plutôt que de l'associer à une liberté fondamentale non négociable", assène [la présidente de la Cnil] […]

En France comme ailleurs, "la norme devient donc la surveillance généralisée par défaut des personnes, en dehors de tout cadre légal, ce qui n'est pas acceptable dans un État de droit", ajoute-t-elle. "Avec Prism, un pas vers la surveillance massive et généralisée de l'ensemble de la population par des acteurs privés pour le compte d'acteurs publics est allégrement franchi", et "c'est le coeur du pacte social et démocratique qui est menacé, dans une grande indifférence, voire une certaine résignation", poursuit-elle. […]

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/guerric-poncet/surveillance-...