Revue de presse

Le flux RSS de la revue de presse

La revue de presse recense les articles de presse relatifs aux sujets de la Quadrature, compilés par ses bénévoles.
Voir aussi notre revue de presse internationale.

[Heise.de] Europaweite Kampagne gegen Überwachungspläne im EU-Telecom-Paket Meldung

Bürgerrechtler und Blogger rufen zu Protesten gegen jüngste Änderungsanträge zur geplanten Novelle des EU-Gesetzespakets zur Regulierung des Telekommunikationsmarktes auf.

In den umstrittenen Vorschlägen konservativer Abgeordneter geht es vor allem um die Einführung einer Regelung, wonach Internetzugänge bei wiederholten Urheberrechtsverletzungen gekappt werden sollen ("Three-Strikes"-Bestimmung). Generell soll die Nutzung illegaler Inhalte durch ein staatlich lizenziertes Überwachungssystem verhindert werden. Die Änderungsanträge würden aber noch weit darüber hinausgehen, heißt es in einer gemeinsamen Erklärung der Bürgerrechtsorganisationen La Quadrature du Net aus Frankreich und der britischen Open Rights Group mit dem Blog netzpolitik.org. Es würde auch das Prinzip der Freiheit und Offenheit des Internet in Form der Netzneutralität gefährdet.

...

Die Internetnutzer rufen die Bürgerrechtler auf, sich noch im Lauf der Woche vor den entscheidenden Ausschussabstimmungen am Montag an ihre Volksvertreter in Brüssel zu wenden und sie auf die verheerenden "Torpedo-Ergänzungen" hinzuweisen. Sie haben dazu eine Wiki-Seite eingerichtet mit ganz konkreten Anleitungen auf Deutsch, Englisch und Französisch, wie konkret welche Abgeordnete per E-Mail und Telefon kontaktiert werden sollten. Die Hinweise reichen bis hin zu detaillierten Gesprächsvorgaben für Anrufe. Ziel ist es den Parlamentariern nahe zu legen, gegen die Änderungsanträge zu votieren. (Stefan Krempl)

http://www.heise.de/newsticker/Europaweite-Kampagne-gegen-Ueberwachungsp...

[InternetActu] Eben Moglen : “Je ne les qualifierai pas de voleurs, sauf s’ils me traitent de pirate”

... Eben Moglen est considéré comme l’un des penseurs les plus radicaux, mais aussi les plus pertinents, de la société de l’information.

C’est à ce titre qu’il avait été invité par la Fing et la Quadrature du Net, un collectif de défense des libertés à l’ère du numérique, à venir parler, le 5 juin dernier à la Cantine, des liens entre culture et internet (vidéo)...

“Porter plainte contre vos clients, ce n’est pas un business model”

37 000 personnes ont été poursuivies aux Etats-Unis pour partage de fichiers musicaux par les groupes d’intérêts représentant les majors musicales. 77 millions de dollars ont ainsi été gagnés par ces industriels, mais ils n’ont pas versé un centime aux musiciens.

Et comme nous l’avions prévu, ces actions coercitives n’ont en rien empêché la reprise en main de la distribution culturelle par les jeunes du monde entier.

“Porter plainte contre vos clients, ce n’est pas un business model”, avait déclaré Michael Dell. Ca témoigne aussi du mépris avec lequel l’industrie du disque traite ses clients. L’objectif est de leur faire peur, afin de pouvoir leur vendre de l’air, et faire des profits sur des biens qui ne coûtent rien...

http://www.internetactu.net/2008/07/01/je-ne-les-qualifierai-pas-de-vole...

[Ecrans] Tribune Philippe Aigrain : L’erreur de perspective de Christine Albanel

Dans sa justification de la riposte graduée, Madame Albanel omet de préciser qu’elle ne remplace aucun des dispositifs de sanctions qui se sont empilés depuis plus de 10 ans. Les 3 ans de prison et les 300 000 € d’amende pour contrefaçon sont toujours là. Rien dans le projet de loi n’en protège un internaute si un ayant-droit ou une société professionnelle décidait de ne pas se contenter de son bannissement. Il serait à vrai dire impossible d’en ôter la possibilité, puisque le Conseil constitutionnel a jugé toute mesure en ce sens « contraire à l’égalité devant la loi pénale ». Les 3 750 € d’amende pour un internaute qui contournerait des mesures techniques de protection fut-ce pour un usage légal, les 6 mois de prison et 30 000 € d’amende pour ceux qui auraient produit, importé ou distribué un logiciel utilisé à cet effet sont toujours là. Cela tombe bien : après avoir affirmé abandonner le modèle des DRM, les majors musicales refusent maintenant de s’y engager. Et voilà qu’on ajoute donc un nouvel alinéa à l’article 336 du code de la propriété intellectuelle pour y compléter un amendement proposé en 2005 par Vivendi-Universal. Il crée un nouveau motif de sanction : le manquement pour le titulaire d’une connexion internet à l’obligation de veiller à ce qu’elle ne fasse pas l’objet d’une utilisation ... qui constituerait une contrefaçon.

http://www.ecrans.fr/L-erreur-de-perspective-de,4523.html

[Ecrans] Filtrage d’Internet : inefficace, risqué et coûteux ?

Christophe Espern, de La Quadrature du Net, a voulu vérifié la « faisabilité technique » des systèmes que le gouvernement souhaiterait voir déployer par les fournisseurs d’accès français pour bloquer l’accès des internautes français aux contenus pédo-pornographiques hébergés à l’étranger. Principalement le filtrage hybride sur les adresses IP, avancé par les pouvoirs publics. A partir d’échanges avec des spécialistes réseaux (notamment la liste FrnOG) et de travaux de chercheurs en sécurité informatique, il a ainsi rédigé une note (PDF), qu’il a remis la semaine dernière au ministère de l’Intérieur et publié hier sur le site de La Quadrature. Il y décrit ainsi les principes, risques et intérêts des différentes du filtrage hybride, puis, plus succinctement des autres techniques de filtrage susceptibles d’être mises en œuvre.

http://www.ecrans.fr/Filtage-d-Internet-inefficace,4424.html

[Rue89] Internet: la loi sur le piratage expliquée aux nuls (2/3)

1 Combattre ou s'adapter ?

Face à cette remise en cause, deux attitudes sont possibles : tenter de combattre l’évolution de fond (la transformation de l’œuvre culturelle en bien public) ou s’y adapter. Problème : l’adaptation représente une menace importante pour de nombreux intermédiaires, ceux qui ont la plus grosse part du gâteau aujourd’hui. Dès lors, les maisons de disques et producteurs vont s’attacher essentiellement à tenter de combattre ce nouvel usage, par plusieurs moyens, assez simples mais efficaces, dans une stratégie d’attentisme, visant à préserver aussi longtemps que possible une évolution inéluctable. [...]

2 Raccourcis, assimilations et partialité

Ensuite, on bourrine : raccourcis ("la gratuité, c’est le vol"), assimilations (le chiffre d’affaires du disque équivaudrait à celui de la musique), études et sondages très partiaux pour fournir du carburant à l’argumentaire. Une bonne vieille stratégie de lobbying de l’opinion (je m’y connais, c’est mon domaine), qui obtient des effets ahurissants : ça marche. [...]

3 Les habituelles logiques d’arrière-cour

Vient l’aboutissement de cette logique. Le gouvernement confie une mission sur ce sujet complexe, sérieux, qui partage, alors même que les débats sur la loi DADVSI ont fait naître de profonds clivages, à… une partie prenante : Denis Olivennes, qui vient de sortir un livre maniant en permanence les raccourcis de langage. Il monte un accord, sur une base simple : il faut aboutir à une nouvelle donne de la "lutte contre le piratage", essentiellement, avec quelques engagements conditionnels sur une amélioration de l’offre. [...]

http://rue89.com/explicateur/internet-la-loi-sur-le-piratage-expliquee-a...

[CitizenJazz] Riposte graduée, je ne le dirai pas deux fois !

Vincent Frèrebeau (à la tête de l’Union des producteurs phonographiques français indépendants et pdg du label Tôt ou Tard), a répondu aux questions de Maud Philippe-Bert dans Musique Info Hebdo
Je ne lui en veux pas particulièrement, mais comme notre ministre de la culture vient aussi d‘en parler, tout sourire, je me suis mis en tête de réagir et de lui adresser cette lettre ouverte en forme de réponse.

[...]

En conclusion, en ce qui concerne la défense des artistes, nous sommes bien d’accord sur l’essentiel : qualité et diffusion. Et nous sommes nombreux à le faire. Citizen Jazz est, sur ce secteur, largement en avance. Défense des petits producteurs, défense des artistes, défense du spectacle vivant… tout ça gratuitement, qui dit mieux !
Mais cette nouvelle loi est stupide.

Elle l’est d’autant plus qu’elle est quasi inapplicable. Qui va envoyer des mails et des lettres recommandées ? Combien de millions de lettres cela représentet-t-il ? Comment distinguer entre téléchargement illégal et légal ? Quid des sites qui proposent des enregistrements live (non produits) (Dimeadozen, par exemple). Que dire des milliers de disques épuisés, jamais réédités, introuvables ailleurs que sur l’Internet ?

Elle l’est aussi parce qu’elle ne règle rien : cela ne sauvera pas l’industrie du disque, qui ne veut ni changer de modèle économique ni renoncer à ses super-bénéfices. Cela ne profitera pas aux artistes qui ; soit touchent déjà et des millions car ils sont "télévisuels", soit survivent en se produisant dans les rares festivals qui reçoivent encore les quelques subsides qui ont échappé aux coupes budgétaires du secteur culturel. Cela n’empêchera pas le téléchargement, qui saura, lui, s’adapter techniquement pour contourner les obstacles.

Cette loi servira surtout de prétexte pour banaliser la surveillance des internautes, de leurs connexions et du contenu de leurs disques durs. On nous exposera quelques pirates "pris la main dans le sac" pour l’exemple au journal de 20h, et ils seront privés de dessert.
Bref, une loi aussi stupide qu’inutile.

Monsieur Frèrebeau, ne vous trompez pas de cible. Comme vous le dites en conclusion de votre entretien : « Le milieu de la musique doit jouer l’unité face à une argumentation qui frôle souvent le populisme ».
Personne n’a intérêt à tuer les producteurs indépendants. Personne ne le souhaite. Mais il y a tant d’autres moyens de partager notre passion commune que de tirer à vue !

Matthieu Jouan

http://www.citizenjazz.com/article3461352.html

[Clubic] L'actualité hebdo revisitée en 1 BD et 2 dessins

Voici venu le temps... des rires et des dessins ! Comme chaque semaine, l'actualité informatique de la semaine est revisitée et caricaturée sous le crayon de Flock, le dessinateur de Clubic.

Clubic semble bien au courant de l'actualité sur Hadopi :

http://www.clubic.com/actualite-145056-actualite-hebdo-revisitee-bd-dess...

[France2] Projet de loi contre le piratage, JT de 20h

Jusqu'à la suspension de l'abonnement. Explications Patrice P., Frédéric F.

1 milliard d'oeuvres musicales sont piratées tous les an dans l'hexagone.

Les recettes des producteurs de musique ont baissées de 50% entre 2002 et 2007. Leur chiffre d'affaire est passé de plus d'un milliard d'euros à seulement 776 millions. Cette après-midi, au Forum des Droits sur l'Internet, on a bien sûr discuté du projet de loi baptisé "Création et Internet" par le gouvernement.

Objectif : s'attaquer directement aux fraudeurs en surveillant les lignes : des agences privées seront chargées de ce contrôle, et ça ne plaît pas à tout le monde.

Christophe Espern, APRIL : "C'est un projet de loi qui ne prends absolument pas en compte la réalité de la technique et des usages. Il y a un abaissement de la vie privée, on va pouvoir donner des moyens à des sociétés privées de balayer le réseau Internet à la place de la police."

Voici ce qui est prévu pour les fraudeurs : premier avertissement par email, le deuxième par lettre recommandée, ensuite, suspension de la ligne pour 6 mois, et cela peut aller jusqu'à un an. Un an, c'est trop long affirment certains pour qui Internet est devenu indispensable.

Julien Dourgnon, UFC Que Choisir : "Suspendre l'accès à Internet en 2008, alors qu'il y a 15 millions de foyers connectés et que cela sert pour chercher un emploi, pour de la correspondance personnelle privée, c'est complètement aberrent, d'ailleurs le haut-débit et un service universel, au même titre que l'électricité."

Il n'y a aucune raison qu'Internet soit une zone de non-droit, à déclaré hier Nicolas Sarkozy. Si rien n'est fait un jour ou l'autre, il n'y aura plus de création, à estimé le chef de l'Etat. Le projet de loi sera présenté au Sénat en octobre.

[Rue89] La loi Création et Internet, un texte coupé de toute réalité

Jugeant le système pénal actuel inadapté à une fraude de masse, le gouvernement prétend avec la loi "Création et Internet" lui substituer un dispositif pédagogique et préventif de "riposte graduée". Le projet comporte deux groupes de dispositions : Il transforme l’Autorité de régulation des mesures techniques par une Haute autorité de la diffusion des œuvres et de la protection des droits sur Internet (Hadopi), en lui transférant des pouvoirs très importants, qui relevaient auparavant du juge judiciaire et de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL).

Un projet disproportionné beaucoup plus répressif que la simple "riposte graduée" revendiquée

Un projet qui ne repose pas sur un modèle économique réaliste

Un projet élaboré en contradiction avec les orientations juridiques et politiques européennes

La nécessité d'une remise à plat fondée sur le dialogue avec les différents acteurs nationaux et internationaux pour développer un modèle économique de la culture sur Internet

http://www.rue89.com/2008/06/20/la-loi-creation-et-internet-un-texte-cou...

[Silicon] Assises du Numérique : que sera le 'Conseil National du Numérique'?

Quelle gouvernance pour internet ? Quel profil pour le Conseil national du numérique, proposé par Eric Besson ? Aux Assises du Numérique, un atelier a dessiné des pistes

Concertation d’abord

Les associations, Action Innocence, et, plus encore, l’April ont insisté sur l’important de la concertation. "La loi Dadvsi est morte née, car elle n’était pas acceptable", en l’absence de concertation préalable a asséné Christophe Espern, représentant de l’April.

Cela tombe bien, le législateur, en la personne de Martin Lalande, est d’accord. "Le travail du législateur a beaucoup évolué. Il faut une concertation très importante. On nous demande de légiférer à chaud, mais sans entraver ce qui se développe. Nous sommes preneurs de mesures de régulation ou de co régulation, qui ne relève pas obligatoirement de la loi. Et il faut favoriser un lieu où se fasse cette concertation, et qu’un organisme comme le forum fasse ce travail".

Les propositions d'Eric Besson

Créer un Conseil National du Numérique, regroupant les attributions du Comité de la Télématique Anonyme (CTA), du Conseil Supérieur de la Télématique (CST) du Forum des Droits de l’Internet (FDI), du Conseil Consultatif de l’Internet (CCI), du Conseil Stratégique desTechnologies de l’Information (CSTI), du Comité de Coordination des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (CCSTIC), etc.
Ce Conseil National du Numérique reprendrait les trois fonctions essentielles de ces différentes Instances :
- une fonction d’orientation stratégique de l’économie numérique organisant une concertation de haut niveau (responsables des principales entreprises du secteur et des PME innovantes)
- la concertation avec les acteurs du numérique, l’élaboration de chartes d’engagements et de codes de déontologie et de bonne conduite. Cette fonction serait assurée par une assemblée large et représentative des différentes composantes de l’économie numérique, avec le travail de commissions thématiques (protection de l’enfance, protection des données personnelles, contrefaçon, etc…)
- la vérification du respect des engagements. Cette fonction serait assurée par un comité plus restreint, présidé, par exemple, par un magistrat
- la fusion de la Commission consultative des radiocommunications (CCR) et e la Commission consultative des réseaux et services de communications électroniques (CCRSCE).

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/06/20/assises_du_numerique_que_sera_l...

Syndicate content