Zwiebelfreunde, la police allemande s'en prend à nos oignons

Tribune de Taziden, membre de La Quadrature du Net

Le 20 juin, des perquisitions ont été menées1 chez plusieurs dirigeants de l'association allemande « Zwiebelfreunde ». Tous leurs ordinateurs et supports de stockage (disques durs, clés usb) ont été saisis par la police allemande.

Le motif invoqué ? Ces trois personnes seraient des « témoins » dans le cadre d'une enquête en cours sur un blog appelant à des manifestations anti-fascistes à Augsbourg, toujours en Allemagne. La police considère que ce blog appelle à des actions violentes.

Le lien entre ce blog et Zwiebelfreunde ? Il faut s'accrocher. L'adresse e-mail associée au blog est hébergée par l'organisation américaine Riseup. Et Zwiebelfreunde recueille des dons pour le compte de Riseup. On imagine difficilement une saisie du même acabit chez Google si les personnes à l'origine du blog avaient choisi Gmail.
Un peu comme si le local de La Quadrature du Net ainsi que les domiciles de ses dirigeants avaient été perquisitionnés à cause d'un compte créé sur mamot.fr, l'instance Mastodon de l'association.
Ça n'a aucun sens.

Il s'agit donc d'une attaque claire contre Zwiebelfreunde qui, depuis des années, promeut et facilite l'utilisation d'outils de protection de la vie privée, comme ceux du projet Tor. Elle œuvre à collecter des fonds pour ces projets, Riseup dans le cas présent.
L'argent recueilli par Zwiebelfreunde sert notamment à développer les outils et services fournis par Riseup, à rembourser des frais de déplacement et à maintenir l'infrastructure Tor de Riseup.

Des perquisitions ont également eu lieu au siège de l'association, se trouvant être le bureau d'un avocat, ainsi qu'au domicile d'un ancien dirigeant.
On peine à comprendre un tel déploiement policier et une telle intrusion dans la vie privée de personnes considérées comme « témoins ».

Ne se contentant pas de ces descentes, la police a d'elle-même choisi d'étendre ses recherches au hackerspace d'Augsbourg, OpenLab2. Interprétant le contenu d'un tableau blanc comme décrivant l'élaboration d'une bombe (sic), trois personnes présentes au hackerspace ont été arrêtées et une fouille du local s'en est suivie.
La police a saisi du matériel et forcé les cadenas des armoires du lieu contenant des informations personnelles sur les membres du hackerspace. Il ne fait aucun doute que ces données ont été copiées par la police.
L'accusation de « préparation d'un attentat à l'aide d'explosifs » semble tout aussi ridicule que le motif de « témoin » invoqué dans le cas des dirigeants de Zwiebelfreunde.

Tout comme ces derniers mois avec Bure3, la police allemande semble faire peu de cas des libertés individuelles au profit d'une répression féroce contre les mouvements sociaux et toutes les personnes et organisations pouvant les soutenir, ou fournir une infrastructure indépendante leur permettant de s'organiser.

Cette tendance est inquiétante et elle montre qu'il est plus que jamais important de soutenir les initiatives fournissant des outils et services informatiques permettant de s'organiser en autonomie. Nous pensons notamment à Riseup, Tor, Tails, Nos Oignons mais également à Mastodon, Funkwhale, Peertube, Pixelfed et toute cette vague d'outils décentralisés et fédérés qui ne manqueront pas d'être les prochains à être inquiétés par la police, que ça soit par incompétence ou malice.




Vous avez encore quelques heures pour soutenir le développement de PeerTube, le réseau de streaming vidéo génial et non-centralisé de nos amis de chez Framasoft.

Vous pouvez aussi revoir la vidéo de Lunar, membre du projet Tor et de La Quadrature du Net, qui nous explique pourquoi utiliser Tor.