Directive Copyright : combattons le filtrage automatisé... et la centralisation du Web !

12 juin 2018 - Le 20 juin prochain, le Parlement européen arrêtera sa décision sur la directive Copyright, symbole d'une nouvelle période de régulation de l'Internet. La Quadrature du Net vous invite à appeler les eurodéputés pour exiger qu'ils agissent contre l'automatisation de la censure au nom de la protection du droit d'auteur et, plus largement, contre la centralisation du Web.

Pour comprendre la décision complexe qui se jouera le 20 juin, il faut d'abord revenir sur les base de la régulation des contenus diffusés sur Internet.

Un équilibre incertain

La directive « eCommerce » adoptée en 2000 par l'Union européenne a posé les fondements de la régulation des contenus diffusés sur Internet. Elle crée le principe suivant : si vous hébergez et diffusez du texte, des images ou des vidéos fournis par des tiers et que ces contenus sont illicites (car portant atteinte au droit d'auteur, étant sexistes ou racistes, faisant l'apologie du terrorisme, etc.), vous n'en êtes pas responsable. Cette absence de responsabilité exige toutefois deux choses : que vous n'ayez pas eu un rôle actif dans la diffusion des contenus (en les hiérarchisant pour en promouvoir certains, par exemple) et que, si on vous signale un contenu « illicite », vous le retiriez « promptement ». Si vous échouez à respecter ces conditions, vous pouvez être considéré comme ayant vous-même publié le contenu.

Cet équilibre, particulièrement incertain (l'évaluation de « illicite » et de « promptement » étant bien difficile), s'est appliqué indistinctement pendant vingt ans à tous les hébergeurs. Ceux qui nous louent les serveurs où diffuser nos sites Internet (l'entreprise française OVH en est un bon exemple) ; les forums et les wiki où nous partageons nos expériences et nos savoirs ; les réseaux non-centralisés tels que Mastodon ou PeerTube ; et, bien sûr, les géants du Web - Facebook et autres YouTube, qui semblent avoir enfermé entre leurs mains la plus grande partie de nos échanges publics.

Cet équilibre s'est rompu au fur et à mesure que ces géants ont abandonné toute idée de rester neutres : assumant aujourd'hui leur rôle actif, ils hiérarchisent tous les contenus qu'ils diffusent selon des critères économiques (mettant en avant les publicités de ceux qui les paient ainsi que les contenus qui nous feront rester chez eux le plus longtemps) ou politiques (Facebook ayant par exemple une lourde politique de censure de la nudité).

En théorie, comme on l'a vu, le filtrage généralisé du débat public, qui repose souvent sur l'application automatique de ces critères économiques et politiques, devrait les rendre responsables de tous les contenus qu'ils diffusent. En pratique, toutefois, on comprend pourquoi ce principe n'est pas vraiment appliqué : il inciterait ces géants à censurer tout discours potentiellement illicite, limitant drastiquement les capacités d'expression des millions de personnes qui les utilisent encore pour participer au débat public, bon gré mal gré. Le droit semble donc imparfait, car étant trop strict en théorie pour s'appliquer en pratique.

Filtrage automatique

En septembre 2016, pour répondre à une partie de ce problème, la Commission européenne a proposé une « directive Copyright ».

L'article 13 de ce texte entend créer de nouvelles règles pour les gros hébergeurs - qui diffusent un « grand nombre d'œuvres ». Ceux-ci devraient passer des accords avec les ayants droit des œuvres qu'ils diffusent, afin de définir les modes de répartition des revenus (publicitaires ou d'abonnement) avec ceux-ci ou de prendre des mesures pour empêcher la diffusion de contenus signalés par ces derniers.

Le texte mentionne des « techniques efficaces de reconnaissance des contenus », faisant clairement référence au Content ID déployé sur YouTube depuis dix ans - outil qui permet à Google de détecter automatiquement les œuvres publiées sur son site afin de permettre à leurs ayants droit d'empêcher ou de permettre leur diffusion (auquel cas contre rémunération).

Les propositions de la Commission doivent connaître les mêmes critiques que celles portées depuis des années contre YouTube : elles reportent tous les équilibres de la régulation sur des outils automatisés, présentés en solution miracle. Ignorant toutes les subtilités des comportements humains, ces outils censurent un peu tout et n'importe quoi au gré des bugs techniques, de critères mal calibrés et de logiques absurdes, et neutralisent au passage l'exercice légitime des exceptions au droit d'auteur (droit de citation, de parodie...).

Pour saisir l'importance de ce débat, il faut bien comprendre que ces filtrages automatisés sont déjà largement déployés et vantés par Facebook ou Google, au-delà de la question du droit d'auteur, pour prétendre lutter contre tout type de contenus illicites. Nombre de gouvernements semblent ici aussi tentés de leur emboîter le pas.

La directive Copyright ne doit pas légitimer et généraliser ce solutionnisme technologique, automatisant nos relations sociales et traitant les humains comme de quelconques machines laissées aux mains de quelques entreprises privées. Au contraire, le débat d'aujourd'hui doit être l'opportunité de limiter le recours qu'en font les géants du Web et de contester l'emprise qu'ils exercent sur notre monde.

Une nouvelle distinction

Le 25 mai dernier, les États membres de l'Union européenne ont arrêté leur position sur la directive Copyright. Cette position comporte un ajout décisif en créant clairement une nouvelle catégorie d'acteurs : toute personne qui, hébergeant et diffusant un large nombre d'œuvres, organise et promeut celles-ci à des fins lucratives - qui a un « rôle actif » dans leur présentation.

Cette nouvelle catégorie est instaurée pour échapper à la protection offerte par le directive « eCommerce » de 2000, sans toutefois être soumise à un régime de responsabilité systématique. Il s'agit donc d'une catégorie intermédiaire, entre « tout » et « rien », qui pourrait résoudre nombre des problèmes apparus ces vingts dernières années. Appelons « plateformes » cette nouvelle catégorie d'acteurs car, même si le terme est aussi générique que vague, il semble être celui que la pratique et les discours officiels commencent à consacrer.

Selon la position des États membres, ces plateformes devraient être responsables des œuvres qu'elles diffusent sans l'autorisation des ayants droit si elles n'ont pas mis en place de système qui, dans la mesure de leurs moyens, aurait pu empêcher leur mise en ligne. L'idée d'un filtrage automatique tel que le « Content ID » n'est pas écartée, mais son recours y est moins explicitement visé.

De son côté, le Parlement européen arrêtera sa position le 20 juin prochain, au sein de sa commission « Affaires juridiques » (JURI). Au terme de longs débats, le rapporteur du texte, Axel Voss (PPE, Allemagne), semble vouloir reprendre les ajouts proposés par les États membres (voir ses dernières propositions publiées), ainsi qu'ajouter une précision nouvelle : la censure opérée par les plateformes ne doit pas conduire au filtrage de contenus qui ne contreviennent pas à un droit d'auteur, ni au déploiement d'une surveillance généralisée des contenus mis en ligne. La distance mise avec le filtrage automatique généralisé se dessine un peu plus. Il est cependant crucial qu'elle figure de manière explicite dans le texte final de même qu'un seuil clair soit fixé (de contenus diffusés, d'utilisateurs inscrits, etc.) de manière à avoir la certitude que le dispositif concernera surtout le problème de la centralisation.

Enfin, les propositions d'Axel Voss précisent certaines garanties contre des censures arbitraires ou abusives : un mécanisme de contestation rapide auprès de la plateforme, ainsi que la possibilité de saisir un juge afin de faire valoir des exceptions au droit d'auteur qui rendraient le filtrage injustifié. Il faudrait néanmoins aller bien plus loin, car faire peser sur les internautes la charge de saisir le juge pour faire valoir leurs droits est encore trop lourd, vu le déséquilibre des parties en présence. Mieux vaudrait inverser les règles en cas de contestation d'une demande de retrait : les contenus censurés doivent revenir en ligne quand un utilisateur estime être dans son bon droit, et c'est aux ayants droit de saisir la justice pour obtenir le retrait définitif, sous le contrôle d'un juge.

Un compromis décevant

Ces différentes propositions, au lieu de légitimer clairement le modèle de régulation automatisée qui fonde la puissance de géants du Web, pourraient au contraire commencer à l'encadrer et à en limiter les effets. Mais ne nous réjouissons pas : la régulation automatisée, plutôt que d'être mollement encadrée à la marge comme ici, devrait être entièrement déconstruite et bannie - il n'en est rien pour l'instant. De plus, la position du Parlement européen reste à faire, et celui-ci pourrait très bien retomber dans le solutionnisme technologique qui a animé tant de décisions récentes.

Jusqu'au 20 juin, La Quadrature du Net vous invite donc à appeler les eurodéputés pour exiger :

  1. que les nouvelles obligations en matière de droit d'auteur ne concernent que des hébergeurs qui hiérarchisent les contenus à des fins lucratives et qui atteignent un certain seuil fixé de manière claire ;
  2. que ces obligations ne se transforment jamais en filtrage automatisé, qui doit être clairement interdit ;
  3. que la charge de saisir la justice pour faire valoir ses droits en cas de demande de retrait pèse sur les ayants droit et non sur les internautes.

Si le texte s'arrête sur ce compromis, le pire sera peut-être évité, mais cette directive Copyright n'en restera pas moins un échec, car le débat s'est encore une fois focalisé sur des mesures répressives et régressives, alors qu'il s'agissait à la base de réfléchir les équilibres du droit d'auteur à l'heure du numérique. Cette ambition a été abandonnée avec le rejet par le Parlement européen des propositions du Rapport Reda, qui étaient elles-mêmes déjà en retrait par rapport aux propositions de la Quadrature du Net sur la réforme du droit d'auteur.

Un nouvel équilibre

Comme on l'a dit, ce débat dépasse largement celui du droit d'auteur. Il concerne la régulation des hébergeurs dans son ensemble, en matière de lutte contre les « fake news », contre la diffusion de la haine, contre la propagande terroriste, etc., tel qu'on le voit de plus en plus vivement discuté. Il concerne la façon dont chacun et chacune peut accéder au débat public, pour s'y exprimer comme s'y informer.

Tous ces enjeux connaissent un ennemi commun : la centralisation du Web, qui a enfermé la très grande majorité des internautes dans des règles uniques et rigides, qui n'ont que faire de la qualité, de la sérénité ou de la pertinence de nos échanges, n'existant que pour la plus simple recherche du profit de quelques entreprises.

L'une des principales causes de cette centralisation est le frein que le droit a longtemps posé contre l'apparition de son remède - le développement d'hébergeurs non-centralisés qui, ne se finançant pas par la surveillance et la régulation de masse, ne peuvent pas prendre le risque de lourds procès pour avoir échoué à retirer « promptement » chaque contenu « illicite » qui leur serait signalé. Des hébergeurs qui, souvent, peuvent à peine prendre le risque d'exister.

La condition du développement de tels services est que, enfin, le droit ne leur impose plus des règles qui depuis vingt ans ne sont presque plus pensées que pour quelques géants. Prévoir une nouvelle catégorie intermédiaire dédiée à ces derniers offre l'espoir de libérer l'Internet non-centralisé du cadre absurde dans lequel juges et législateurs l'ont peu à peu enfermé.