[Libération] Les oreilles françaises du régime syrien

Posted on


Soupçonnée avec deux autres groupes européens d’avoir fourni à Damas des moyens de flicage, l’entreprise Qosmos est confrontée à de nouveaux témoignages gênants. […]

Depuis plus de trois ans, la justice cherche à déterminer le rôle exact de Qosmos, une ancienne start-up, fondée en 2000 par des chercheurs en informatique du laboratoire Lip6, de l’université Paris-VI. […] Cette entreprise, stratégique pour l’Etat, est aujourd’hui au cœur d’une enquête pour « complicité d’actes de tortures », ouverte après une plainte de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH). […]

Cet été, des victimes de sévices infligés par les services de sécurité syriens se sont portées partie civile. Le Monde a raconté comment Wassim (un prénom d’emprunt) a été battu avec des câbles métalliques par un officier qui a fini par lui présenter «1 200 lignes de conversations qu’[il] avait eues sur Skype». Le juge David De Pas doit établir si c’est bien la technologie de Qosmos qui a permis aux services syriens d’obtenir ces conversations et, in fine, de précipiter Wassim dans les geôles de Bachar. […]

« Le projet n’a jamais été opérationnel », tonne l’avocat de Qosmos, Benoît Chabert. C’est la ligne de défense de l’entreprise depuis le déclenchement de l’affaire : les produits livrés n’ont jamais été pleinement fonctionnels. « Je ne vois pas ce qu’on peut reprocher à Qosmos, il n’y a que des hypothèses, des romans », poursuit l’avocat. S’il reconnaît l’existence de livraisons et d’un séjour d’un salarié de Qosmos en Syrie en janvier 2011, comme l’avait révélé WikiLeaks, il nie tout emploi effectif de la technologie par le régime syrien. […]

http://www.liberation.fr/economie/2015/10/05/les-oreilles-francaises-du-regime-syrien_1397837