Instrumentaliser la terreur pour contrôler les communications chiffrées : une dérive dangereuse et anti-démocratique