À l'Assemblée nationale, toujours plus loin dans la censure privée