Revue de presse

Le flux RSS de la revue de presse

La revue de presse recense les articles de presse relatifs aux sujets de la Quadrature, compilés par ses bénévoles.
Voir aussi notre revue de presse internationale.

[TF1] Vous trouvez internet lent ? Celà pourrait être pire sans la neutralité du net

INTERVIEW. Le régulateur américain des télécoms a adopté jeudi un texte consacrant la neutralité du net. Mais de quoi s'agit-il ? D'un principe qui pourrait nous éviter de payer internet plus cher ou de voir son débit ralenti selon Adrienne Charmet de la Quadrature du net. […]

MYTF1News : Qu'est-ce qu'une décision telle que celle prise aux États-Unis changerait en France ?

A.C. : Si la neutralité du net est garantie, ça ne changera pas grand-chose. Par contre, dans le cas inverse, les Français devront choisir au milieu d'une multitude de forfaits. Par exemple, ils devront choisir s'ils veulent voir leurs vidéos sur Youtube ou Dailymotion. Ou alors, on leur proposera un forfait à 5 euros mais uniquement pour consulter ses mails et Wikipédia. Ce sont des pratiques qui peuvent modifier profondément la question du prix d'internet ou la manière que l'on a d'accéder à internet. Aujourd'hui, on a accès à tout. Sans la neutralité du net, certains services seraient hyper ralentis et on ne pourrait plus y aller.

http://lci.tf1.fr/high-tech/vous-trouvez-internet-lent-ca-pourrait-etre-...

[LeCanardEnchainé] La loi sur le renseignement reste sur l'estomac du Conseil d'État

L'espionnage en open bar ne passe pas...

Les conseillers d'État digèrent mal le projet de loi qui doit donner aux services de renseignements de nouveaux moyens pour traquer les terroristes. Le Conseil d'État doit rendre son avis sur le texte le 19 mars. D'ores et déjà, plusieurs articles ne passent pas. Notamment ceux qui facilitent le recours - en dehors de tout cadre judiciaire - aux écoutes téléphoniques et à d'autres systèmes de surveillance électronique.

Le projet introduit quand même dans la loi quelques contraintes pour nos barbouzes. Les agents de la DGSE, qui, jusqu'à présent, travaillaient à l'étranger sans aucun cadre légal, devront, en principe, respecter certaines règles. De, même les mesures de surveillance devront tenir compte du « principe de proportionnalité au regard des risques d'atteinte au respect de la vie privée ». En clair, pas question de sortir le marteau-pillon pour choper un moustique ou de mobiliser les grandes oreilles au moindre cancan.

Matchs de catchers

En revanche, d'autres parties du projet de loi se révèlent moins comestibles. Ainsi, le projet transmis pour avis au Conseil d'État donne le droit aux agents de la DGSI, des douanes ou du renseignement militaire de pénétrer, sur autorisation écrite du Premier ministre, dans des domiciles privés ou professionnels pour y poser caméras et micros. Ou d'installer des balises de géolocalisation sur des véhicules.

Poulets et barbouzes auront également le droit d'utiliser des Imsi-catchers, ces engins qui permettent de capter toutes les communications de portables dans un périmètre donné. Les services pourront donc, à l'occasion de la mise sur écoute d'un suspect, intercepter -sans laisser de traces - les conversations de ses voisins. Fussent-ils avocats, journalistes ou politiques...

Jusqu'à présent, ces techniques, beaucoup plus intrusives que les traditionnelles écoutes, ne pouvaient être mises en œuvre que dans un cadre judiciaire et sous le contrôle d'un juge des libertés. Leur usage par des fonctionnaires, sous le seul contrôle du pouvoir politique, inquiète le Conseil d'État.

Pour tenter de le rassurer, le gouvernement a annoncé la création d'une autorité administrative indépendante, composée de cinq hauts magistrats et de quatre parlementaires. Baptisée Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), elle remplacera l'actuelle commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, dont les trois membres ne disposent aujourd'hui que de moyens ridicules.

La nouvelle commission devra rendre, sauf dans « certains cas d'urgence », un avis préalable et consultatif sur toutes les demandes d'écoute administrative ou de piégeage des domiciles privés. Elle sera également chargée d'assurer un contrôle a posteriori des opérations.

Tribunal secret

Mais, la plus belle trouvaille du gouvernement, celle qui fait dresser les cheveux sur la tête des juristes, c'est la création d'une « juridiction spécialisée ». Saisi par un citoyen faisant l'objet d'une surveillance, ce tribunal aura le pouvoir d'annuler les autorisations délivrées par le Premier ministre quand celles-ci auront été prises « en méconnaissance de la loi ».

Mais -au nom du secret-défense - ses audiences ne seront pas publique et les avocats n'auront pas le droit de consulter et, donc, de contester les pièces fournies au tribunal par le gouvernement. Mieux : le détail des jugements (voire leur intégralité) restera secret. Le Conseil d'État a tellement de mal à avaler cette farce, qui ne respecte ni le « principe du contradictoire » ni celui de la publicité des débats, qu'il a décidé de proposer une nouvelle version de son cru. Sans doute plus conforme... à la Constitution.

H. L.

http://www.laquadrature.net/files/Canard%20enchain%C3%A9%20_%2020150304%...

[NextINpact] GrayFish : un malware capable de s'implanter dans le firmware des disques durs

Kaspersky a publié hier soir un long document exposant comment un groupe, nommé Equation, est parvenu à implanter des firmwares modifiés dans de nombreux disques durs afin d’y inclure des malwares. L’éditeur russe de solutions de sécurité lie l’opération à Stuxnet, un virus utilisé par les États-Unis pour attaquer le programme nucléaire iranien, et donc à la NSA. [...]

Equation serait à ce jour le groupe le plus avancé et le plus sophistiqué dans la conception des cybermenaces, du moins parmi ceux qui sont remontés à la surface. L’expérience et les succès accumulés auraient permis l’avènement de plusieurs programmes de surveillances, baptisés entre autres EquationLaser, EquationDrug et GrayFish, formant une vaste toile d’espionnage alimentée par des moyens très diversifiés. [...]

Mais l’élément le plus troublant du lot est GrayFish, un malware capable de résider dans des versions modifiées de firmwares de disques durs. Western Digital, Seagate, Samsung et les autres constructeurs de périphériques de stockage sont concernés, posant la question de leur implication directe dans un tel programme. Dans le point 10 de son rapport, Kaspersky indique que les chercheurs ont pu mettre la main sur deux modules de reprogrammation des firmwares issus d'EquationDrug et de GrayFish, dont une version compilée en 2013 (estampillée 4.2.0).[...]

http://www.nextinpact.com/news/93094-grayfish-malware-capable-simplanter...

[NextINpact] Fleur Pellerin ne compte pas supprimer la Hadopi

La suppression de la Hadopi n’est toujours pas à l’ordre du jour de la nouvelle ministre de la Culture, Fleur Pellerin. Alors que cette dernière est censée déposer un projet de loi sur la Création dans les prochains mois, la délicate question des compétences de la Haute autorité devrait soigneusement y être évitée.

Interrogée il y a plusieurs mois par les députés Lionel Tardy et Marc Le Fur quant à l’avenir de la Haute autorité, Fleur Pellerin vient de confirmer que « la question du transfert des missions de la Hadopi au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) n'est plus l'axe prioritaire du gouvernement ». Cette proposition du rapport Lescure, qui avait été reprise par Aurélie Filippetti sans jamais être concrétisée, avait été enterrée par l’ancienne ministre déléguée à l’Économie numérique suite à son arrivée Rue de Valois, en septembre dernier. [...]

http://www.nextinpact.com/news/93128-fleur-pellerin-ne-compte-pas-suppri...

[PublicSénat] Les Etats-Unis consacrent Internet comme un « bien public »

Pour les défenseurs de la « neutralité du net », « c’est une grande nouvelle pour défendre l’égalité d’accès à Internet pour tous », commente Benjamin Sonntag, co-fondateur de la Quadrature du net. « Le risque, c’était la création d’un Internet à deux vitesses », insiste-il, qui remette en cause le droit des utilisateurs : « Ce n’est pas aux opérateurs qui fournissent les tuyaux de décider ce qui passe par leurs tuyaux. C’est aux citoyens de décider ce qu’ils veulent y faire passer puisque eux sont les utilisateurs finaux ». [...]

En France et en Europe, cette décision n’aura pas techniquement d’impact direct. Mais ce débat sur la « neutralité du net » existe. Au niveau national, cela relève du ressort de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), l’équivalent français de la FCC. Mais, « c’est surtout au niveau européen que cela se décidera », précise Benjamin Sonntag. D’ailleurs, se tient, en ce moment, un dialogue, au niveau européen, entre la Commission, le Parlement et le Conseil sur le futur règlement de l’Union européenne en matière de neutralité du net. Assurément, l’exemple américain pourrait avoir un impact politique.

http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/etats-unis-consacrent-internet-c...

[NextINpact] Net et terrorisme : quand Bernard Cazeneuve bascule à 100 %

Selon Bernard Cazeneuve, 90 % de ceux qui auraient basculé dans le terrorisme l’auraient fait via Internet. Il faudrait avoir été en vacances sur une autre planète (lointaine) pour ne pas avoir entendu en boucle la petite phrase répétée ad nauseam. [...]

Mais d’où vient ce fameux chiffre ? Comme l’a finalement confié à Libération le ministère de l’Intérieur, le « 90 % de ceux qui basculent » a été repris dans un rapport d’études du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam. Dans ce document dédié à l’islam radical (PDF), le CPDSI est simplement parti d’un échantillon de … 160 familles qui l’ont contacté. Ce centre admet d’ailleurs clairement que « ces dernières ne sont pas forcément représentatives de l’ensemble des familles dont les enfants sont impactés par le discours de l’islam radical ». [...]

http://www.nextinpact.com/news/93139-net-et-terrorisme-quand-bernard-caz...

[Slate] Le chinois Lenovo installe un logiciel espion qui permet une faille dans vos connexions sécurisées

Certains ordinateurs du constructeur contiennent un publiciel par défaut. Non seulement il insère de la publicité lors de vos navigations Internet, mais en plus il crée ses propres certificats de sécurité, ce qui met votre connexion sécurisée en péril. [...]

Comme l'explique le site spécialisé myce, de nombreux utilisateurs de machines Lenovo se plaignent que le constructeur aurait «pré-installé l'adware Superfish sur leurs ordinateurs. Superfish se cache dans Internet Explorer et Google Chrome et injecte des publicités sur les pages Web. Superfish est actif par défaut en arrière-plan sur les systèmes touchés. Il est probable que Lenovo installe l'adware depuis déjà plusieurs mois sur ses appareils». [...]

Mais ce n'est pas le plus gros problème, comme le soulève The Next Web: selon plusieurs utilisateurs le publiciel installe ses propres certificats de sécurité, «ce qui lui permet d'autoriser le logiciel à jeter un œil à vos connexions sécurisées, comme lorsque vous vous rendez sur le site de votre banque». [...]

http://www.slate.fr/story/98133/lenovo-superfish

[NextINpact] Au Parlement européen, un soupçon d'ACTA dans le rapport Svoboda

Le rapport de Julia Reda, c’est peu de le dire, déplait aux ayants droit et notamment aux autorités françaises. Qu'à cela ne tienne, un autre rapport est dans la boucle, avec des propositions nettement plus compatibles avec leurs prétentions, visant cette fois à lutter contre la contrefaçon à l'échelle commerciale, un thème cher à l'ACTA. [...]

Au Parlement européen, le rapport préparé par Pavel Svoboda (PPE-CZ), pointé par la Quadrature du Net, veut épauler cette communication par une résolution à voter en séance plénière. Un texte sans valeur juridique, mais un signal politique fort. [...]

Du côté de la Quadrature du Net, on fustige la tentation extrajudiciaire ici prônée : « Il est temps de tourner la page d'une conception du droit d'auteur comme machine à interdire et réprimer, qui aura nuit ces dernières années autant aux artistes qu'au public, au nom de la préservation d'intérêts privés. Le rapport Svoboda en est toujours l'expression, mais les citoyens européens peuvent agir pour peser sur le cours des choses, notamment en soutenant les propositions du rapport Reda » tambourine l’un des porte-paroles de l’initiative, Lionel Maurel (@Calimaq).[...]

http://www.nextinpact.com/news/93235-au-parlement-europeen-soupcon-dacta...

[LeMonde] Oui, Internet est un « bien public »

lemonde internet bien public

Editorial du « Monde » Au-delà de ses arcanes techniques et de ses enjeux financiers colossaux, c’est une décision éminemment politique que vient de prendre la Federal Communications Commission (FCC), l’organisme de régulation des télécommunications – et donc de l’Internet – aux Etats-Unis. En outre, compte tenu du poids des géants américains de l’économie numérique, c’est une décision qui va directement influencer, en Europe et dans le monde, les règles du jeu entre fournisseurs d’accès, fournisseurs de contenus et de services, et citoyens-consommateurs du Net. […]

Cette décision va dans le bon sens. Première intervention de l’Etat américain dans l’histoire de l’Internet, elle témoigne que la puissance publique ne peut laisser l’omniprésente révolution numérique s’autoréguler en dehors d’un minimum de règles communes, équitables et démocratiques. Toutefois, la FCC s’est défendue de vouloir réguler Internet. De fait, chacun sait que sa décision va devoir affronter de multiples procédures de recours et de contestation de la part de ses adversaires.

Elle n’en aura pas moins une portée hautement symbolique. Elle démontre que l’Etat fédéral américain ne peut plus rester à l’écart de l’Internet : comme le premier amendement de la Constitution américaine défend la liberté d’expression, la neutralité du Net avait besoin d’une consécration juridique. Il faut espérer que l’Europe, enlisée dans les divergences entre Etats membres et freinée par le lobbying des opérateurs de télécommunications, saura s’en inspirer.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/02/27/oui-internet-est-un-bien-...

[Mediapart] Traité avec les États-Unis : Paris accusé de double discours

Une note des services français a « fuité », qui défend l'une des clauses les plus controversées du traité de libre-échange avec les États-Unis. Joint par Mediapart, Matthias Fekl, le secrétaire d'État au commerce, assure que cette note n'a été « ni vue ni validée », et met en cause des fonctionnaires « dans la technostructure ». L'affaire pose la question des vraies marges de manœuvre politiques dans ce dossier très sensible. […]

Mais dans le cas présent, le contenu des quatre pages est plutôt surprenant. Il détonne même par endroits avec les discours officiels. Un point, en particulier, n'a pas manqué d'attirer l'attention : le mécanisme d'arbitrage entre État et investisseur (ISDS, dans le jargon), l'une des dispositions les plus contestées du traité en négociation, parce qu'elle autorise des entreprises à attaquer des États en justice (lire notre enquête). Cette clause est si controversée qu'elle menace même d'engloutir l'ensemble des négociations. […]

Pour sortir l'épine ISDS du traité en chantier, le gouvernement français s'est rapproché, depuis janvier, de ses partenaires sociaux-démocrates. Fekl s'est rendu à Berlin en janvier pour sceller une position commune avec Sigmar Gabriel (ministre de l'économie) et Matthias Machnig (secrétaire d'État aux affaires économiques), deux figures du SPD. Des réunions au format élargi – avec des ministres suédois, néerlandais, luxembourgeois et danois – se sont déroulées dans la foulée, à Paris puis Bruxelles. Dernière étape en date : samedi dernier à Madrid, lors d'un sommet du Parti socialiste européen, les sociaux-démocrates se sont entendus sur une approche commune opposée à l'actuel ISDS, si l'on en croit les déclarations officielles. Cette dynamique, inédite depuis le début des négociations sur le TTIP à l'été 2013, pourrait obliger la commission européenne à intégrer certaines de leurs propositions dans le nouveau texte sur ISDS, qu'elle prépare. […]

http://www.mediapart.fr/journal/international/270215/traite-avec-les-eta...

Syndiquer le contenu
Soutenez La Quadrature du Net!