Revue de presse

Le flux RSS de la revue de presse

La revue de presse recense les articles de presse relatifs aux sujets de la Quadrature, compilés par ses bénévoles.
Voir aussi notre revue de presse internationale.

[20Minutes] Loi sur le renseignement : Pourquoi les Français se moquent d’être placés sous surveillance?

Une caméra dans le salon. Une balise sous la voiture. Et un mouchard sur l’ordinateur. « Big Brother will be watching you ! » Et les Français s’en moquent. Alors que débute, ce lundi à l’Assemblée nationale, l’examen du projet de loi sur le renseignement censé doter les services de police de moyens de surveillance élargis, les défenseurs des libertés individuelles ont bien du mal à mobiliser l’opinion publique sur les risques de dérives. [...]

« Les Français se disent "Je ne suis pas un terroriste donc je n’ai rien à craindre", résume Michel Tubiana. Mais ils ne se rendent pas compte qu’ils peuvent tout de même être surveillés pour bien d’autres raisons. » [...]

Depuis des semaines, la Quadrature du Net, association qui défend les droits des citoyens sur Internet, tente donc de les alerter. « Mais c’est très difficile, avoue Adrienne Charmet, la porte-parole de ce mouvement. Dans la classe politique, on n’entend personne défendre véritablement le texte. Du coup, on donne l’impression de crier dans le désert et de se débattre tout seul. Notre message paraît inaudible. » [...]

http://www.20minutes.fr/societe/1582771-20150413-loi-renseignement-pourq...

[LeMonde] Pourquoi la loi sur le renseignement cristallise les critiques

Des « pigeons » entrepreneurs du Web français aux multinationales, des journalistes aux ONG en passant par les associations : la fronde ne cesse de s'amplifier contre le projet de loi sur le renseignement examiné ces jours-ci à l'Assemblée. Affichée comme une réponse aux attentats de janvier 2015, cette loi pose en effet de sérieuses questions sur le respect des libertés et de la vie privée face à l'espionnage opéré par les services secrets français dans le cadre de leurs missions. […]

Dès le 7 janvier, des voix avaient appelé à un « Patriot Act à la française », du nom des lois adoptées aux Etats-Unis dans le sillage du 11-Septembre, qui généralisaient la surveillance et en étendaient grandement les moyens. Mais des députés ont aussi déploré que le contexte des attentats de janvier écrase toute possibilité de débats. Le recours par le gouvernement à la procédure accélérée, qui limite le nombre de fois où le texte est examiné par le Sénat et l'Assemblée nationale, a également été critiqué. […]

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/04/15/pourquoi-la-loi-sur-le-r...

[20Minutes] Loi sur le renseignement : Le mouvement de contestation prend de l’ampleur

Difficile de les imaginer en train de manifester ensemble. Et pourtant, quelques militants de La Manif pour tous et d’autres de l’association Act Up se sont retrouvés devant l’Assemblée nationale pour protester contre le projet de loi sur le renseignement. Alors que le texte est débattu par les députés en « procédure accélérée » jusqu’à jeudi, le mouvement de contestation prend de l’ampleur dans la société civile. [...]

Adrienne Charmet n’a pu s’empêcher de sourire en découvrant ce site. Porte-parole de la Quadrature du net, association de défense des libertés sur Internet, elle regrettait d’avoir prêché seule dans le désert pendant des semaines sur le sujet. « Depuis lundi, nous voyons plein d’associations rejoindre notre combat, s’exclame-t-elle auprès de 20 Minutes. Même au sein de la classe politique, cela commence à bouger. » [...]

Illustration avec l’initiative « Sous surveillance ». Affichant les coordonnées de tous les députés de France sur ce site, la Quadrature du net a demandé à ses militants de les appeler un par un pour tenter de les convaincre de voter contre le projet de loi. « On les harcèle, reconnaît Adrienne Charmet. Mais cela marche. Certains changent d’avis. » [...]

http://www.20minutes.fr/societe/1586831-20150414-loi-renseignement-mouve...

[Rue89] Loi sur le renseignement : nos libertés se négocient dans une Assemblée vide

A la tribune, Manuel Valls n’attend pas une minute pour planter le décor : le projet de loi sur le renseignement s’inscrit dans un contexte de guerre. Dans les rues parisiennes, comme sur Internet.

Nous sommes le 13 avril 2015, il est un peu plus de 16 heures, et la discussion sur le texte vient tout juste de s’ouvrir dans un hémicycle quasiment vide. [...] Peut-être conscient d’être ainsi scruté sur les réseaux, à défaut de l’être dans l’hémicycle, le Premier ministre défend ce texte bec et ongles. Tape fort sur ceux qui s’y opposent ; les tenants des « malentendus disproportionnés », des « contresens », des « fantasmes », et autres « critiques excessives et absurdes ». Devant lui, rien de moins que trois ministres régaliens : Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice) et Bernard Cazeneuve (Intérieur). « Ce n’est pas si courant », notera quelques heures plus tard le rapporteur du texte, Jean-Jacques Urvoas. [...] L’affluence sera peut-être davantage au rendez-vous ces prochains jours, à en croire les habitués des couloirs de l’Assemblée. Il est près d’une heure du matin ; la séance est levée. Reprise des discussions ce mardi, après 16 heures.

http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/14/loi-renseignement-libertes-negocie...

[LeTemps] Jérémie Zimmermann : « Nous exigeons un débat démocratique »

Jérémie Zimmermann, 37 ans, fait partie des soutiens d’Edward Snowden. Cofondateur de La Quadrature du Net, l’association très en pointe sur la défense des libertés sur Internet, il dénonce « la dérive hypersécuritaire » de la France.

Le projet de loi est un inventaire à la Prévert de mesures liberticides. Rien ne prouve qu’elles seront efficaces pour lutter contre le terrorisme. Le viol des libertés individuelles conduit nécessairement à des abus. Il faut interdire celles qui violent massivement nos libertés, mais nous n’avons pas le choix de la direction. [...]

Le recours à la procédure d’urgence est devenu la norme en France. Il réduit considérablement les délais de consultation et la capacité d’amendement des parlementaires. [...]

Dans ce contexte, il est difficile de mener un débat serein autour d’une loi ficelée d’avance et dont les discussions ont démarré en quatrième vitesse. Le projet attire plusieurs oppositions parmi les grands acteurs d’Internet et des fournisseurs d’accès. [...]

Au sein de La Quadrature du Net, nous allons consigner tous les noms des parlementaires en faveur du texte. Nous les tiendrons pour responsables en cas d’abus lorsque la loi sera votée.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ea7e445a-e2cf-11e4-94b8-e7cac4d21567/J%C...

[LeMonde] Loi renseignement : on a vérifié le « vrai/faux » du gouvernement

L'examen du projet de loi sur le renseignement a débuté lundi 13 avril à l'Assemblée. Rarement un texte n'aura été l'objet d'autant de critiques de la part de la société civile. A la tribune du Palais-Bourbon, le premier ministre, Manuel Valls, a eu l'air agacé par la récurrence de certaines critiques, « dont certaines confinent à la caricature », selon ses dires.

Prenant exemple sur les pratiques de vérification factuelle qui prennent de l'ampleur dans les médias, le service de communication du gouvernement a publié sur son site une liste d'arguments vrais et faux pour tenter de distinguer « l'info de l'intox ». Problème : il se prend parfois les pieds dans le tapis. Vérification de la vérification.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/14/loi-renseignement...

[Mediapart] Pierre Rosanvallon « étonné et inquiété » par la loi renseignement

Extrait de l'émission « En direct de Mediapart », diffusée le 15 avril 2015, avec Pierre Rosanvallon, historien, sociologue, professeur au collège de France, interrogé sur le projet de loi sur le renseignement actuellement en discussion à l'Assemblée nationale.

Pour lui, « on ne peut pas confondre la question du terrorisme avec la question de l'action sociale, avec l'ensemble des problèmes qui sont internes au débat, aux différends à l'intérieur de la société ». « Dans la démocratie aujourd'hui, il y a une sorte de déséquilibre entre la capacité d'intervention des pouvoirs en général et la faiblesse des contre-pouvoirs. Au fond, que veut ce projet, sinon rendre la société transparente au pouvoir par l'écoute généralisée ? », s'est-il interrogé. Il y a une « dimension de confusion très grande » dans ce texte, a-t-il ajouté, déplorant que cette « discussion est en train de se mener de façon bâclée au parlement en quelques jours actuellement, c'est dommageable et déplorable ».

https://www.mediapart.fr/journal/france/150415/pierre-rosanvallon-etonne...

[LeMonde] Loi sur le renseignement : un débat escamoté

L’image en elle-même vaut bien des discours. A peine une trentaine de députés étaient présents dans l’hémicycle, lundi 13 avril, pour le début de l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi sur le renseignement. Alors même que le futur dispositif fait l’objet d’une procédure parlementaire accélérée, et que les moyens qu’il alloue aux services secrets français sont « une petite révolution », selon les propres mots du premier ministre, Manuel Valls, qui s’est chargé en personne de sa présentation. [...]

Lundi après-midi, quelque 200 personnes ont manifesté devant l’Assemblée, à l’appel de l’Observatoire des libertés et du numérique, qui regroupe différents syndicats et associations comme le Syndicat de la magistrature, Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme, le Syndicat national des journalistes ou la Quadrature du Net. Autant d’acteurs qui se heurtent à une certaine indifférence. [...]

« On constate une apathie générale de la part des députés, notamment à gauche », regrette Pierre Tartakowsky, le président de la Ligue des droits de l’homme. « Que Nicolas Sarkozy ne nous écoute pas en 2008 lorsque nous dénoncions les abus du fichier de renseignement Edvige ne nous avait pas vraiment étonnés. Mais qu’en revanche, un gouvernement de gauche campe à ce point sur des positions sécuritaires est plus qu’inquiétant », ajoute M. Tartakowsky. [...]

Résultat, le projet de loi n’a fait l’objet d’aucune discussion ces dernières semaines au sein du PS. Pas plus qu’il ne figure dans les quatre motions en lice pour le congrès du parti à Poitiers en juin. Les socialistes dans leur ensemble approuvent au contraire la volonté d’encadrer un certain nombre de pratiques des services jusqu’à présent clandestines, et louent « un texte plutôt équilibré », selon leur premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis. « Ça gueule très peu en interne, chacun se disant en somme que la fin justifie les moyens », résume un dirigeant du PS. Il ajoute cependant, inquiet : « On espère toutefois que demain, un tel arsenal ne tombera pas entre les mains d’un pouvoir politique plus autoritaire. »

http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2015/04/14/loi-sur-le-rensei...

[LeMonde] Un projet de loi qui porte gravement atteinte aux libertés individuelles

En matière de lutte antiterroriste, la hâte est mauvaise conseillère. En témoigne le texte proposé au Parlement par le gouvernement. [...]

Premièrement, parce qu’il autorise le recours à des méthodes de surveillance qui font peser une menace sérieuse sur le droit au respect de la vie privée. La pose de micros et de balises de géolocalisation, ainsi que l’utilisation d’outils permettant d’intercepter les communications risquent notamment de porter atteinte au secret des correspondances, à la confidentialité des sources journalistiques, ou encore au secret professionnel des avocats et d’autres métiers. La menace est d’autant plus sérieuse que les moyens que ce projet de loi entend légaliser vont conduire à des intrusions arbitraires dans la vie privée non seulement des personnes suspectées, mais également de celles qui communiquent avec elles, vivent ou travaillent dans les mêmes lieux, voire se trouvent à proximité de ces personnes.

Deuxièmement, parce qu’il permettrait la mise en œuvre de ces mesures intrusives sans un contrôle préalable indépendant. Le droit au respect de la vie privée est fondamental. La jouissance de ce droit, qui protège l’individu des intrusions de l’Etat, ne doit pas être limitée sans que l’autorité judiciaire ne vérifie préalablement la légalité, la nécessité et la proportionnalité d’une mesure de surveillance. [...]

Ce qui est en jeu à travers la loi n’est pas seulement la lutte contre le terrorisme, que nous souhaitons la plus efficace possible, mais aussi la société dans laquelle nous voulons vivre.

Nils Muižnieks est commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe.
Michel Forst est rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme.
Ben Emmerson est rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme et la lutte contre le terrorisme.

https://www.laquadrature.net/files/20150414%20_%20Le%20Monde%20_%20Une%2...

[OuestFrance] Renseignement. Manifestation contre le projet de loi

"Non à la surveillance de masse", "Protégez nos libertés": plusieurs dizaines de personnes ont manifesté lundi midi contre le projet de loi sur le Renseignement.

Plusieurs associations, regroupées dans « l'Observatoire des libertés et du numérique » avaient appelé à protester contre ce projet de loi, parmi lesquelles le syndicat de la magistrature, le syndicat des avocats de France, Amnesty International, Attac, la ligue des droits de l'Homme, la SNJ-CGT, SNJ, Solidaires, la Quadrature du net ou Droit au Logement. [...]

« Nous sommes aujourd'hui du bon côté de la démocratie. Notre courage est le même que celui des Assange et des Manning » a fait valoir Jérémie Zimmermann, cofondateur de la Quadrature du net, en référence à ces lanceurs d'alerte. « Cette loi est faite pour qu'il n'y ait plus d'affaire des fadettes, pour qu'on ne puisse plus prendre les services (de renseignement) les doigts dans le pot de confiture quand ils font quelque chose d'illégal ». [...]

http://www.ouest-france.fr/terrorisme-manifestation-contre-le-projet-de-...

Syndiquer le contenu