Pas de chasse aux internautes par des sociétés privées en Italie