Réponse à l'entretien de Christine Albanel avec Libération