Michel Rocard répond à Christine Albanel