Économie numérique : la tête ou la queue ?