Soutenons La Quadrature du Net !

[Parlement Européen] Téléchargement illégaux : criminaliser les consommateurs n'est pas la solution

Chaque année, les téléchargements illégaux sur internet couteraient plusieurs milliards d’euros aux industries musicales et cinématographiques. Pour mieux lutter contre les pirates du net, plusieurs gouvernements européens comme la France ou l’Allemagne ont adopté des législations répressives. Criminaliser les internautes est-il la solution ? Non, ont répondu les députés européens dans un rapport adopté la semaine dernière. Nous en avons rencontré l’auteur, le socialiste français Guy Bono.

Guy Bono : « La riposte graduée -que veut notamment imposer le parlement français- va à l’encontre du respect des libertés et des droits de l’homme : pour couper la connexion internet aux personnes qui téléchargent illégalement, il faut accéder à leur ordinateur, filtrer leur données et c’est une atteinte à la vie privée.

Par ailleurs, le téléchargement concerne à 80% les jeunes, qui n’ont pas le sentiment d’être dans une faute grave : ce n’est pas parce qu’ils auront été avertis une fois ou deux qu’ils ne le feront pas. Et puis, il est aussi normal que les gens exploitent un outil comme internet. A mon époque, le problème était le même avec les bandes magnétiques : un copain nous passait un disque et on l’enregistrait sur une bande magnétique. Ca n’a pas tué le disque !

La mesure est trop sévère par rapport à l’acte du téléchargement. Si on supprime aux jeunes un outil comme internet, c’est une catastrophe : qui peut chercher un travail aujourd’hui sans internet ? Bien sûr, lorsqu’une personne fait un bénéfice financier, la sanction doit tomber. Mais il n’y a pas besoin de chercher ses données pour savoir qu’il le fait.

Aujourd'hui, 13% de la population télécharge : ce n’est pas aussi catastrophique qu’on le dit. Il y a une crise du disque, c’est vrai, le téléchargement y contribue mais ce n’est pas la seule cause. Pénaliser les internautes ne résoudra pas la crise du disque. »

Il faut vivre avec son temps. Notre temps nous permet internet ; pourquoi en bloquer l’accès ? A quoi ça va servir de couper l’abonnement à un jeune ? L’interdiction n’a jamais rien réglé. »

http://www.europarl.europa.eu/news/public/story_page/058-26635-168-06-25...