Soutenons La Quadrature du Net !

[Liberation] Francis Delon trop près de ses sources

L’ex-secrétaire général de la défense nationale, qui a contribué dès 2008 à l’avènement de la surveillance de masse, a été nommé à la tête de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, créée par la nouvelle loi. [...]

[L']homme connaît très bien les services de renseignement pour avoir occupé pendant dix ans un poste clé, celui de secrétaire général de la défense nationale (SGDN), entre 2004 et 2014. C’est dans ce service très opaque du Premier ministre que Francis Delon a contribué à l’avènement d’un dispositif majeur : à partir de 2008, la DGSE se branche directement sur les câbles sous-marins pour intercepter le trafic internet qui y transite. De « ciblée », la surveillance devient « massive ». [...]

Un haut fonctionnaire chargé de la lutte antiterroriste s’interroge : « C’est un curieux message envoyé. Demander à des gens qui ont été à la manœuvre pour créer un système de venir ensuite le contrôler est éthiquement discutable. » [...]

Sauf exception, la CNCTR donnera un avis, favorable ou défavorable, à chaque demande de placement sous surveillance formulée par les services de renseignement. Avis que le Premier ministre peut suivre ou non. Tendance inquiétante, pendant les quatre premiers mois de 2015, le gouvernement est passé outre l’avis de l’actuelle commission à plusieurs reprises, plus que sur l’ensemble de l’année 2014. Jean-Marie Delarue, actuel gendarme des écoutes, l’a relevé dans son dernier rapport d’activité, parlant d’un « sujet de préoccupation majeure » [...].

http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/15/francis-delon-trop-pres-d...