[Libération] L’allié français du paranoïaque Kadhafi

Des archives prouvent que l’ex-régime libyen s’est servi d’un système développé par l’entreprise Amesys pour réprimer et torturer des opposants. [...] Le témoignage de Fonaas est un nouvel élément-clé. « Son récit montre que le système de surveillance n’a pas été utilisé seulement pendant le soulèvement de 2011, mais bien avant, pour la répression quotidienne », relève l’avocate Clémence Bectarte, de la FIDH. [...]

Tout, c’est justement ce que proposait de collecter le système de l’entreprise française Amesys. La plaquette de présentation vante un « système massif […] conçu pour répondre aux besoins d’interception et de surveillance à l’échelle d’un pays, capable d’agréger tout type d’informations [et] d’analyser, en temps réel, un flux de données à l’échelle nationale ». [...]

De qui le régime de Kadhafi se méfiait-il ? De tout le monde. Les motifs justifiant les mises sous surveillance sont ainsi très flous. Quant aux conversations échangées, peu semblent émaner de militants complotant pour la chute du régime. Un sentiment renforcé par les notes manuscrites laissées par les services de sécurité, qui parsèment ces fiches. [...]

Pour Alsanosi Fonaas, qui l’a dit lors de son audition, le système est encore en place et fonctionne, il a simplement changé de mains, passant de Kadhafi aux milices de Benghazi, constituées notamment de cadres de l’ancien régime. L’hypothèse n’est pas encore confirmée mais les juges doivent entendre, vendredi matin, le témoignage d’Aguila.

http://www.liberation.fr/france/2016/03/15/l-allie-francais-du-paranoiaq...