Press Review

[NewYorkTimes] France Rejects Plan to Curb Internet Piracy

[...] It is also a major embarrassment for Mr. Sarkozy, who has rallied sufficient legislative support for other measures popular with French media companies, like phasing out advertising on public television. [...]

Jérémie Zimmermann, director of La Quadrature du Net, an Internet advocacy group in Paris, described the outcome as “a huge political blow” for Mr. Sarkozy and Ms. Albanel. “It’s a victory for the citizens and the civil liberties over the corporate interests,” Mr. Zimmermann added.

http://www.nytimes.com/2009/04/10/technology/internet/10net.html?_r=1&bl...

[Ars Technica] French "3 strikes" law suffers shocking defeat

The French certainly have a flair for the dramatic, what with the recent kidnapping of bosses and the near-constant succession of transport and farmers' strikes. Even last night's "graduated response" vote featured its share of parliamentary theatrics, as the controversial Création et Internet law went down to a shocking 21-15 defeat.

That's right—"three strikes" has struck out in France. At least for now.

[...]

La Quadrature du Net, which has long opposed the plan, was ecstatic. "This is a formidable victory for all citizens," said Jérémie Zimmermann, one of the group's cofounders. "This vote shows that it is still possible to make oneself heard. It is a fantastic example of how to use the Net to fight against those who are trying to control it. Individual liberties, in the end, have not been sacrificed to try to preserve the corporate interests of some obsolete industries. The HADOPI law has been interred earlier than expected."

http://arstechnica.com/tech-policy/news/2009/04/french-3-strikes-law-suf...

[PCWorldEnEspañol.com]Ley antipiratería francesa de « tres strikes » aprobada en su segunda presentacion

La Asamblea Nacional francesa aprobó una ley antipiratería bajo la cual los usuarios acusados tres veces de compartir archivos ilegalmente perderían su acceso a internet.

[...]

Los grupos de libertades civiles y software libre actuaron inmediatamente.

Aunque algunos diputados, incluyendo algunos miembros de UMP, buscaron enmendar la propuesta, “Ninguna de las aberraciones técnicas, molestias económicas o ataques serios a nuestros derechos fue removido, aunque todos fueron expuestos en detalle”, escribió en un e-mail Jérémie Zimmermann, vocero de La Quadrature du Net.

[...]

Sin embargo, la ley no hace ninguna provisión para la interoperabilidad con sistemas como Linux o el uso de programas de filtraje libres y de código abierto que servirían al mismo propósito: es un ataque al software libre, dijo April, una asociación para la promoción y defensa del software libre.

Mientras que tiene una industria fuerte de software libre, “Francia se burla de ella misma al sabotear una de sus mayores ventajas competitivas”, escribió en un correo electrónico el vocero de April, Frédéric Couchet.

http://www.pcwla.com/pcwla2.nsf/articulos/A18DD5D16467549A85257592000E79CC

[New York Times] Plan to Curb Internet Piracy Advances in France


[...]
Nonetheless, Internet advocates call the French proposal legally unsound on the ground that there are inadequate the provisions for challenging an action, and because it gives industry groups the power to police the Internet. Others question whether the law would unfairly penalize those whose wireless broadband accounts are misused by others. The French law tries to anticipate this by making it a civil infraction for citizens to fail to “secure” their broadband accounts by using approved filtering technology.
[...]
Other critics say the law will not stop illegal downloads.

Jérémie Zimmermann, director of La Quadrature du Net, an Internet advocacy group based in Paris, said some computer users would turn to encrypted downloads and other methods to avoid detection. On Wednesday, a Swedish company, the Pirate Bay, began a service called Ipredator, which lets users use its virtual private network to make anonymous downloads for 5 euros a month.

The French law will only drive people further underground,” Mr. Zimmermann said. “It will make the situation worse.

http://www.nytimes.com/2009/04/09/business/global/09net.html

[Times Online] France may ban illegal downloaders from internet

Anyone who downloads films and music in France without paying will face up to a year's ban from the internet under a disputed law that is to be approved by the French parliament today.

[...]

Critics, who include internet and civil liberties groups and some artists, are denouncing it as a breach of freedom that will not work. One internet campaign group called Quadrature du Net said that the law amounted to “imposing a social death sentence”.

They said that it would punish citizens whose internet access is used by their children, employees or people hooking into their wi-fi.

A group of French directors and actors, including Catherine Deneuve and Victoria Abril, published a protest on Tuesday. They urged film lovers to fight a law that was “demagogic, inapplicable and stupidly ignorant of new ways of downloading” creative work.

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/europe/article6062558.ece

[Challenges] Camouflet pour la majorité sur le piratage

Du côté des associations opposées au texte, l'heure était évidemment à la joie. L'UFC-Que Choisir s'est ainsi déclarée "très contente du triomphe de la démocratie", tandis que la Quadrature du Net a vanté "une formidable victoire pour les citoyens".

http://www.challenges.fr/actualites/high_tech/20090408.CHA2810/rejet_par...

[LaNacion] Francia le cortaría Internet a quienes descarguen archivos sin permiso

"Cualquier adolescente de 12 ó 14 años puede romper el sistema de seguridad de una red inalámbrica y el titular de la línea sería castigado sin razón", indicó el portavoz de la plataforma de internautas "La quadrature du net", Jérémie Zimmermann, en entrevista con BBC Mundo.

Otro argumento en contra del proyecto de ley es la supuesta intromisión en la vida privada y en las libertades de los internautas.

Las empresas que suministran el acceso a Internet deberán proporcionar a la HADOPI los datos personales (nombre, dirección electrónica, dirección postal) de sus clientes a partir de las direcciones IP.

http://www.lanacion.com.ar/nota.asp?nota_id=1116158

[ZeroPaid] France Passes “Three-Strikes” Law

La Quadrature du Net, an Internet freedom organization, also denounced the bills passage.

The vote … is a symbol of the technological ignorance of a government and a majority in the service of a blind corporatism, ” said group representative Jeremie Zimmermann. “The industries that required the Hadopi are not close to being saved (by this law).

http://www.zeropaid.com/news/85940/france-passes-three-strikes-law/

[l'Humanite] Hadopi mode d'emploi

Le ministère de la Culture estime le nombre de suspensions Internet à 500 par jour dans un premier temps. Avant qu’à plein régime l’Hadopi n’envoie 10 000 courriels d’avertissement et ne prononce 1 000 coupures par jour ! Une sanction que le collectif la Quadrature du Net qualifie de « mort sociale », tant Internet est désormais devenu un outil indispensable dans la vie quotidienne.

http://www.humanite.fr/2009-04-07_Medias_Hadopi-mode-d-emploi

[Ecrans] Tir à vue sur l’amendement anti-Hadopi à Bruxelles

Depuis son vote massif (88%) par le Parlement Européen en septembre dernier, l’amendement 138 témoigne du rejet, par l’Europe, d’un système de riposte graduée, comme prévu par le gouvernement français dans son projet de loi Création et Internet. [...] Tout d’abord, le passage en deuxième séance du Paquet Télécom a été repoussé à la fin du mois, 21-24 avril. Et encore plus vraisemblablement au 4-7 mai. Donc longtemps après le vote du projet de loi Création et Internet par l’Assemblée Nationale, qui pourrait se produire dès ce soir.

[...] les administrateurs des 27 Etats membres chargés de préparer les décisions du Conseil de l’UE (regroupés sous le terme de Coreper) sont tombés sur un accord à propos du fameux 138/46. Cette nouvelle version dit : « aucune restriction ne peut être imposée sur les droits fondamentaux des utilisateurs, sans une décision préalable d’autorités légalement compétentes. » En remplaçant « autorité judiciaire » par « autorités légalement compétentes », elle évacue l’essence même du texte, rend légal, au niveau européen, le système de riposte graduée à la française. De plus, ils ont modifié le statut de l’amendement. Il ne s’agit plus d’un article, mais d’un considérant, c’est à dire une opinion qui n’a pas à être imposée en droit national.

« Le Conseil tente de légaliser la riposte graduée française, ouvrant ainsi la porte à des justices administratives parallèles en Europe, critique Jérémie Zimmermann, de La Quadrature du Net. Des restrictions administratives sur les droits fondamentaux ne sont pas tolérables dans les démocraties européennes. »

« L’amendement 138 voté par 90% des députés européens doit être défendu jusqu’au bout !, réagit Guy Bono. Il en va de l’avenir de la démocratie européenne : comment Sarkozy compte t-il faire pour convaincre les français d’aller voter aux prochaines élections européennes s’il piétine à ce point l’avis du Parlement européen ? »

http://ecrans.fr/Tir-a-vue-sur-l-Amendement-138,6838.html

[Le Monde Informatique] Hadopi : des réactions divergentes aprés le plébiscite des députés

Fer de lance de l'opposition, la Quadrature du Net décrit la loi comme un « monstre » enfanté par des députés « aux ordres ». L'association ne se fait guère d'illusion sur le texte de compromis que rendra, le 9 avril, la commission mixte paritaire et reporte ses espoirs sur l'examen qu'en fera le Conseil constitutionnel. Il s'agira de « l'épreuve du feu pour un texte imprécis, absurde, dangereux et totalement inapplicable ». Par ailleurs, la Quadrature ne se prive pas d'égratigner la majorité et de mettre en lumière son « ignorance technologique » ainsi que sa dévotion à « un corporatisme aveugle ».

L'inapplicabilité de la loi est un reproche souvent formulé par les députés de l'opposition et également repris par l'April. L'association de défense du Libre déplore l'instauration « de nouvelles discriminations contre le logiciel libre » par le texte voté hier. Notamment parce qu'il refuse « tout encadrement des mouchards filtrants que les abonnés devront installer pour garantir leur sécurité juridique ». Rappelons que les internautes pourront être sanctionnés pour le manquement à l'obligation de sécurisation de leur accès Internet. S'ils veulent se mettre à l'abri de cette infraction, ils pourront installer un pare-feu labellisé par l'Hadopi. L'April dénonce, à ce propos, l'absence dans la loi de « toute mesure favorable à l'interopérabilité et à la libre concurrence ». Au final, les défenseurs du Libre sont consternés face à Création et Internet « qui contient des dispositions qu'il était impensable de voir écrites un jour noir sur blanc tant elles sont extrémistes ».

[...] la Fédération française des télécoms s'emporte également contre le texte, [...] « Si une telle disposition était maintenue dans la loi, cela signifierait tout simplement la fin du modèle économique des offres composites qui a permis le succès du haut débit en France »[...]

[...] l'April et la Quadrature ont adressé leurs louanges aux députés Billard, Bloche, Brad, Dionis du Séjour, Paul et Tardy - contempteurs du projet de loi -, [...]

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-hadopi-des-reactions-d...

[radiobfm] Le loi anti-piratage adoptée à l'Assemblée

Le collectif citoyen la "Quadrature du net" juge toutefois ce dispositif "inapplicable, inefficace et dangereux". Il souligne notamment que l'adresse IP n'est pas un indice assez fiable et craint que des innocents ne soient condamnés. Leur conclusion : cette loi consiste à "vider la mer avec une épuisette". Les partisants du texte, eux, insistent sur son côté pédagogique. Christine Albanel a déjà avancé des chiffres : 10 000 mails envoyés et 1 000 coupures par jour.

http://www.radiobfm.com/edito/home/27522/le-loi-anti-piratage-adoptee-a-...

[Numerama] Hadopi : la Quadrature veut soulever au moins 50 points anticonstitutionnels

Contacté dans l'après-midi, le député socialiste Christian Paul nous a ainsi confirmé la détermination du Parti Socialiste à saisir le Conseil des sages, qui devra vérifier la conformité du projet de loi avec les principes posés par le bloc de constitutionnalité (qui ne se limite pas seulement à la Constitution, mais également au préambule de la constitution de 1946, à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, et à différents principes fondamentaux dégagés dans sa jurisprudence).

Le PS pourra s'appuyer dans son recours sur le travail de la Quadrature du Net. "Il faut lister tous les dispositifs qui permettront de contourner la Haute autorité pour démontrer au Conseil que la loi n'est décemment pas applicable. L'objectif c'est de mettre entre ses mains une cinquantaine de points anticonstitutionnels susceptibles de faire tomber le dispositif inopérant de l'Hadopi", explique Jérémie Zimmermann, le porte-parole du collectif, sur L'Express. Selon lui, "il y a de grandes chances pour que le Conseil constitutionnel dégomme le dispositif. Il suffit qu'il détricote l'un des nombreux points inapplicables de la loi pour rendre l'ensemble du dispositif obsolète".

http://www.numerama.com/magazine/12535-Hadopi-la-Quadrature-veut-souleve...

[PC INpact] Hadopi : réaction de la Quadrature du net et du monde du Libre

Nous avons reçu dans la journée d'autres réactions après le vote du projet Création et Internet. Cette fois, celles de la Quadrature du Net et de l'APRIL, fameuse association défendant les intérêts du libre

Quadrature du net : « Pénible accouchement du monstre à l'Assemblée » :

La Quadrature estime qu’après les discussions et ce vote, « La démocratie n'en sort pas grandie, mais tout est dit pour l'après HADOPI. Rendez-vous au Conseil Constitutionnel... ». Le collectif pointe un examen à sens unique, qui va déboucher sur une commission mixte paritaire déjà « aux ordres ».

« Le monstre HADOPI est né à l'Assemblée nationale, au terme d'un pénible accouchement. Aucune des aberrations techniques, des nuisances économiques ou des atteintes graves aux droits n'a été levée, bien que chacune ait été exposée de façon détaillée. Le rapporteur et la ministre n'y ont répondu que par la répétition mécanique de contrevérités ou de slogans creux. Hormis quelques rares amendements portant sur des points mineurs, les députés ont voté seulement deux fois contre l'avis du gouvernement, les députés n'ont rien ajouté ou retranché de significatif à la loi HADOPI. Une inquiétante porte au filtrage des contenus sur le Net a même été ouverte. [...]

http://www.pcinpact.com/actu/news/50172-april-quadrature-net-reactions-h...

[L'Express] Quadrature du Net : On prépare l'après-Hadopi

Jérémie Zimmermann, de la Quadrature du Net, réagit à l'adoption du projet de loi Création et Internet par les députés. Il nous parle aussi de l'avenir de l'Hadopi...

Quelle est votre réaction à suite de l'adoption du projet de loi Création et Internet?

Ce n'est pas une surprise, on savait la majorité verrouillée. Ce qui est encourageant c'est que 90% des interventions publiques étaient consacrés à dénoncer le texte. Et les arguments repris par les différents acteurs étaient les nôtres. Le discours de la Quadrature du Net a donc été entendu.

Et maintenant, qu'allez-vous faire?

Nous allons [NDLQDN: La journaliste a mal repris nos propos. Des citoyens ne peuvent saisir le Conseil, seul 60 députés le peuvent] saisir le Conseil constitutionnel en suivant une procédure d'urgence. Nous allons aussi décortiquer les débats qui ont eu lieu dans l'hémicycle pour préparer "l'après Hadopi". Il faut lister tous les dispositifs qui permettront de contourner la Haute autorité pour démontrer au Conseil que la loi n'est décemment pas applicable. L'objectif c'est de mettre entre ses mains une cinquantaine de points anticonstitutionnels susceptibles de faire tomber le dispositif inopérant de l'Hadopi.

Comment se présente l'avenir du projet Hadopi d'après vous?

Il y a de grandes chances pour que le Conseil constitutionnel dégomme le dispositif. Il suffit qu'il détricote l'un des nombreux points inapplicables de la loi pour rendre l'ensemble du dispositif obsolète.

http://www.lexpress.fr/actualite/high-tech/quadrature-du-net-on-prepare-...

[Generationcyb.net] La "riposte graduée" inefficace et inapplicable selon La Quadrature du Net

Depuis plusieurs mois déjà, la Quadrature du Net aide à éclaircir des enjeux législatifs importants concernant l’accès aux nouvelles technologies. Le site produit en particulier de l’info permanente sur le projet de loi Olivennes visant à instaurer la riposte graduée (projet de loi HADOPI), les directives européennes du "paquet telecom", le projet d’extension des pouvoirs du CSA à internet, le projet de commission nationale de déontologie des services en ligne, le projet de loi sur la cybercriminalité et le projet de décret étendant la rétention des données de connexion.

Le dossier permanent que consacre La Quadrature du Net au projet de loi Hadopi montre que cette loi procurera un bénéfice économique nul, voire négatif.

http://www.generationcyb.net/La-riposte-graduee-inefficace-et,1673

[WSJ.com] French Illegal Downloaders Face Loss of Internet Access

Critics worry the law could lead to the invasion of personal privacy, with providers eventually being forced to turn over people's Web-surfing records to the government. "The entertainment industry should not be allowed to act as the police of the Internet," said Jérémie Zimmerman, an Internet activist opposed to the law. "It's a betrayal of people's basic liberties."

Another problem, say critics, is that a whole household could be penalized for a single teenager's illegal downloading or if neighbors piggybacked on their wireless Internet connections. The entertainment industry dismisses such concerns, saying the government committee would protect people's privacy online.

http://www.emailthis.clickability.com/et/emailThis?clickMap=viewThis&etM...

[p2pnet] French "3 Strikes" law passes 2nd reading

The French national assembly has to its lasting shame caved in to corporate music and movie industry pressure to pass an anti-P2P, anti-file sharing, anti-consumer bill.
Its final acceptance would turn the country into a virtual copyright enforcement division.
However, a joint commission composed of government-nominated members of the Senate and National Assembly, must first, “reconcile differences between the texts voted by the two parliamentary chambers,” says the IDG News Service.
“Before the President signs the text into law, senators and deputies will have the opportunity to challenge its validity by referring it to the Constitutional Council.”
How far will the French people allow this farce to go before staging another revolution to drive home the reality that the interests of the people come first, not those of a tiny collection of venal companies which answer only to their shareholders?

[...]

By going this far, France sets itself in direct confrontation to the European Parliament.
“France is definitely alone in the world with its kafkaesque administrative machinery, an expensive mechanism for arbitrary punishment,” said La Quadrature du Net.

[...]

Final implementation of the law would also represent a blow to Net Neutrality not only in France, but elsewhere.

http://www.p2pnet.net/story/19709

[Ecrans] Tir à vue sur l’amendement anti-Hadopi à Bruxelles

Depuis son vote massif (88%) par le Parlement Européen en septembre dernier, l’amendement 138 témoigne du rejet, par l’Europe, d’un système de riposte graduée, comme prévu par le gouvernement français dans son projet de loi Création et Internet. Ce texte, déposé par les eurodéputés Guy Bono, Daniel Cohn-Bendit, et Zuzana Roithová stipule qu’ « aucune restriction aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs finaux ne doit être prise sans décision préalable de l’autorité judiciaire ». Aujourd’hui, ce texte, qui doit être voté en seconde lecture, par le Parlement Européen d’ici quelques semaines, est en train d’être complètement vidé de son sens.

[...] hier, les administrateurs des 27 Etats membres chargés de préparer les décisions du Conseil de l’UE (regroupés sous le terme de Coreper) sont tombés sur un accord à propos du fameux 138/46. Cette nouvelle version dit : « aucune restriction ne peut être imposée sur les droits fondamentaux des utilisateurs, sans une décision préalable d’autorités légalement compétentes. » En remplaçant « autorité judiciaire » par « autorités légalement compétentes », elle évacue l’essence même du texte, rend légal, au niveau européen, le système de riposte graduée à la française. De plus, ils ont modifié le statut de l’amendement. Il ne s’agit plus d’un article, mais d’un considérant, c’est à dire une opinion qui n’a pas à être imposée en droit national.

« Le Conseil tente de légaliser la riposte graduée française, ouvrant ainsi la porte à des justices administratives parallèles en Europe, critique Jérémie Zimmermann, de La Quadrature du Net. Des restrictions administratives sur les droits fondamentaux ne sont pas tolérables dans les démocraties européennes. »

« L’amendement 138 voté par 90% des députés européens doit être défendu jusqu’au bout !, réagit Guy Bono. Il en va de l’avenir de la démocratie européenne : comment Sarkozy compte t-il faire pour convaincre les français d’aller voter aux prochaines élections européennes s’il piétine à ce point l’avis du Parlement européen ? »

La prochaine étape est un nouveau trilogue qui doit avoir lieu ces prochains jours. Il est alors encore envisageable que le Parlement Européen, et le rapporteur, Catherine Trautmann, demandent à réintroduire le texte original.

http://www.ecrans.fr/Tir-a-vue-sur-l-Amendement-138,6838.html

[EUobserver] French National Assemby passes three-strikes internet piracy bill

La Quadrature du Net, an internet freedom pressure group, organised a campaign in which tens of thousands of websites across the country and beyond went dark in a ‘black-out' protest against the measures.

Calling the bill a 'monster', the group criticised the majority deputies as pawns of President Sarkozy, who has made the bill a point of pride: "The powerless opposition confronted a wall of ‘army boots' for the majority that were only there to vote according to the desires of the executive.

"The vote ... is a symbol of the technological ignorance of a government and a majority in the service of a blind corporatism. The industries that required the Hadopi are not close to being saved [by this law], " said Jérémie Zimmermann, spokesperson for the group.

http://euobserver.com/?aid=27910

[Les Interviews du Réseau IRCube] La Quadrature du Net

Tout d’abord, pouvez vous vous présenter? Qui êtes vous?

Je suis Jérémie Zimmermann, co-fondateur et porte-parole de La Quadrature du Net.

La Quadrature du Net est un collectif de citoyens qui informe sur des projets législatifs menaçant les libertés individuelles, les droits fondamentaux et le développement économique et social à l’ère du numérique.

La Quadrature du Net sensibilise les citoyens, les pouvoirs publics, les associations, les entreprises. Elle travaille sans exclusive à l’élaboration de solutions alternatives équilibrées.

La Quadrature du Net est soutenue par des organisations non gouvernementales françaises, européennes et internationales, dont l’Electronic Frontier Foundation, l’Open Society Institute et Privacy International.

La Quadrature du Net est une sorte de “caisse à outil” dans laquelle chacun peut piocher pour mieux comprendre les processus législatifs, se former et agir afin de faire entendre sa voix dans les débats.

logo_laquadrature-net_titre_carre_grand.png

Comment vous est venue l’idée de fonder ce collectif ?

De nombreux projet de loi ou de règlementation en matière de régulation d’Internet ont émergé, peu de temps après l’élection de Nicolas Sarkozy (certains étaient dans les tuyaux depuis un certain temps), qui présentent tous une vision commune : Internet y est présenté comme un “far west”, une “zone de non droit”, qu’il faudrait à tout prix contrôler.

Nous pensons à l’inverse qu’Internet est soumis aux même lois que le reste, et qu’il est un formidable espace d’expression et d’information qu’il faut à tout prix préserver, pour le futur de nos sociétés et de notre économie. Construire des murailles autour d’Internet, en réalité pour servir l’intérêt de quelques entreprises, pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’innovation et sur les libertés individuelles.

Or, la plupart du temps les régulations touchant à Internet émergent sur la base de mauvais prétextes : “le partage d’œuvre est la raison principale du déclins des industries de la copie” (alors que c’est à elles de se réinventer pour s’adapter aux réalités technologiques), “il faut filtrer internet pour empêcher aux gens d’accéder à des sites
pédopornographiques” (alors qu’il faut s’attaquer aux gens qui les produisent), etc. En réalité le législateur est souvent désemparé devant l’évolution des technologies. Il est de notre rôle à tous de citoyens épris de libertés et conscients des réalités technologiques de
l’informer afin d’éviter le pire.

Vous êtes très actifs sur la loi HADOPI en ce moment, pouvez-vous nous
en dire plus ?

http://www.laquadrature.net/HADOPI

Cette loi est absurde et vouée à l’échec ! Elle est une mauvaise réponse à un faux problème car elle part du principe que les échanges non-commerciaux entre particuliers sur Internet seraient la cause principale du déclin de certaines industries du divertissement. Or, ces nouveaux moines copistes, désemparés par l’arrivée d’Internet et des technologiques, n’ont pas su s’adapter depuis 10 ans, et les causes de leur crise se trouvent dans leur erreurs stratégiques (obsolescence du support CD, cout du CD, choix artistiques de plus en plus homogènes, sans parler de la baisse du pouvoir d’achat !). Avoir son modèle économique exclusivement basé sur la production de copie et le contrôle de leur diffusion à l’heure ou chacun est son propre distributeur et peut réaliser des copies à l’infini est une erreur historique, fatale.

Leur instrumentalisation de la “défense des artistes” et de “la sauvegarde de l’exception culturelle française”, alors qu’ils exploitent par leurs contrats ces artistes qui pourraient aujourd’hui s’émanciper grâce à Internet, est malhonnête.

Le dispositif qu’il proposent de mettre en œuvre, la “riposte graduée”, est extrêmement dangereuse car elle est entièrement fondée sur des missions de police privée (des acteurs travaillant pour le compte des industries du divertissement qui surveillent le réseau à la recherche de présomptions d’infractions à leurs droits d’auteur), et crée une sorte de justice parallèle, administrative, l’HADOPI. dans ce dispositif, les accusations seront suivies de sanctions allant jusqu’à 12 mois de déconnexion d’accès à Internet, sans qu’il soit possible de matériellement prouver son innocence. Des innocents seront ainsi
inévitablement condamnés.

Par ailleurs elle crée une grande inégalité car n’importe quel internaute confirmé saura très aisément la contourner (par l’utilisation de serveurs relais, de serveurs distants, l’utilisation de protocoles d’échange chiffrés ou anonymisés, des systèmes d’échanges privés, etc.) seuls les Mrs et Mme Toulemonde se feront déconnecter… sans pour autant aller acheter plus de disques et de DVD ! Cette loi n’apporte pas pas un centime de plus pour les artistes. Elle est une usine à gaz monstrueuse, qui coutera une fortune au  contribuable et finira dans les poubelles de l’histoire.

Vous avez lancé un campagne de “black-out” du Net en signe de protestation? Quel est le but de cette campagne ?

http://www.laquadrature.net/fr/guide-du-blackout-HADOPI

Ce black-out à un objectif triple: tout d’abord à créer un symbole fort en incitant chacun à peindre en noir son espace sur le net : site, blog, avatar, profil, etc.. Le noir étant la couleur de la déconnexion brutale, mais également de l’obscurantisme dans laquelle le gouvernement et les députés qui le soutiendront souhaitent plonger le Net français. Plus d’un million et demi de pages sont passées au black-out et cela a suscité l’attention des journalistes, en France et ailleurs.

Ensuite le black-out avait pour but de susciter le débat autour des enjeux de cette loi. Cela n’a pas raté. ce sont des millions de messages et de commentaires qui se sont échangés partout sur le net autour des enjeux de cette loi ! Même sur le blog officiel de l’UMP, sur le site des jeunes UMP, sur le blog de Jacques Attali (farouchement opposé à cette loi), sur tous les forums, les internautes s’opposent massivement à cette loi. Ils rejoignent ainsi le long cortège d’opposants à cette loi :
http://www.laquadrature.net/wiki/Contre_hadopi

L’objectif ultime de cette campagne était d’appeler les internautes soucieux de préserver leurs libertés de se saisir de ces enjeux pour contacter leurs députés et les informer. Cela a également été un franc succès : des milliers de coups de fil se sont déversés sur le parlement, et nos arguments ont été sans cesse répétés par les députés de tous les bancs qui les ont repris.




Quelles perspectives pour la suite ?

Il faut continuer ! A l’heure ou vous publierez cet entretien, les débats auront repris à l’Assemblée. Même si la volonté politique écrasante laisse penser que le texte sera voté coute que coute, il y a gros à parier que nos arguments continueront de retentir dans
l’hémicycle, portant par la justice et par la raison le coup de grâce à cette loi absurde, avant même qu’elle soit votée.

Ensuite il conviendra de démontrer ce que nous avançons depuis longtemps: l’inefficacité chronique de ce texte, et la nécessité d’aller de l’avant pour inventer l’après HADOPI: créer de nouveaux modes de financement de la création, basés sur l’utilisation intelligente des formidables possibilités offertes par les technologies numériques, plutôt qu’un vain combat d’arrière garde contre le progrès.

Nous fournissons en outre un outil web, “mémoire politique”, permettant de consigner les positions et les votes de chaque député sur le sujet :
http://www.laquadrature.net/wiki/Political_Memory


Il sera utile pour la suite, pour les prochains projets législatifs touchant à Internet, pour identifier les députés les plus à même de porter nos idées, et ceux sur qui il restera du travail de sensibilisation à effectuer.

Il y a également des questions cruciales en cours de débat autour du “Paquet Telecom” au Parlement Européen, ou la neutralité du réseau risque d’être sérieusement mise à mal : certains opérateurs rêvent de transformer Internet en une sorte de télévision ou de minitel, pour pouvoir choisir quels services seront accessibles… du moment qu’ils les payent. Cela signifierait la fin d’Internet tels que nous le connaissons. Par ailleurs, des projets du gouvernement français de mise en place de filtrage du réseau sont également à surveiller avec beaucoup d’attention.

Ce que nous souhaitons démontrer, c’est que chaque citoyen qui se sent concerné peut participer à préserver la plus formidable avancée pour l’humanité depuis l’imprimerie qu’est Internet. Chacun peut agir s’informant et en informant et sensibilisant autour de soi ses proches et ses élus à ces enjeux.

http://animation.ircube.org/interviews/index.php/la-quadrature-du-net/

[Framasoft] Désobéissance civile en vue à l'école ?

Jusqu’où va-t-on descendre ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser avec cette loi Création et Internet qui, chaque jour passant, l’éloigne de la solution et la rapproche du problème.

[...] Lors d’un récent communiqué, L’April s’était fort justement inquiétée d’un article introduit au Sénat [...]

« Les promoteurs du projet de loi Hadopi affichent une ambition d’instaurer de nouvelles formes de soutien aux artistes et de nouveaux modèles économiques pour revivifier la filière culturelle. Pourtant, ils occultent purement et simplement la libre diffusion des contenus et œuvres sous licences ouvertes et libres, alors qu’ils constituent une offre légale abondante pour le public donnant lieu à une rémunération de leurs auteurs. »

[...] Et de citer alors deux articles du Framablog : l’étude riche d’enseignements du cas musical Trent Reznor, et la situation un peu ubuesque dans laquelle se retrouve les enseignants lorsqu’ils utilisent des « œuvres protégées » (non copyleft) en situation d’apprentissage.

Les craintes de l’April étaient malheureusement bien fondées puisqu’aujourd’hui l’Assemblée a ni plus ni moins rejeté un amendement de pur bon sens de Martine Billard souhaitant, dans un souci de « pluralisme et neutralité » que l’article en question évoque également « les avantages pour la création artistique du téléchargement et de la mise à disposition licites des contenus et œuvres sous licences ouvertes ou libres » (pour plus de détails lire l’article de Guillaume Champeau reproduit ci-dessous ainsi que la transcription exacte de l’échange sur le site de l’April).
Comme quoi certains masques tombent définitivement.

http://www.framablog.org/index.php/post/2009/04/02/hadopi-creation-inter...

[futurezone.ORF.at] F: Nationalversammlung für Netzsperren

Die französische Nationalversammlung hat den zentralen Aspekt des umstrittenen Netzsperrengesetzes Loi HADOPI verabschiedet. Demnach kann Urheberrechtsverletzern nach zweimaliger Warnung der Internet-Anschluss gekappt werden. Nur einige Details müssen noch im Vermittlungsprozess besprochen werden. Die französische Regierung versucht nun, "Three Strikes Out" in der ganzen EU salonfähig zu machen.

[...] Die französische Bürgerrechtsorganisation La Quadrature du Net hat am Donnerstag davor gewarnt, dass der EU-Ministerrat in den aktuellen Verhandlungen im Trilog unter dem Einfluss der französischen Regierung den Zusatzantrag zu sabotieren versucht. In der Fassung des Ministerrats gibt es eine subtile Änderung. Nun soll es reichen, dass nicht mehr ein Richter, sondern nur "eine rechtlich dazu befugte Behörde" - sprich: die HADOPI - einen Eingriff in die Grundrechte der User verfügen darf. Die Organisation bezeichnet das als "archaisch" und "unakzeptabel".

Nach einer Umfrage des französischen Wirtschaftsblatts "Les Echos" wird die Umsetzung der "Three Strikes Out"-Regeln einen großen Internet-Provider rund zehn Millionen Euro pro Jahr kosten. Wenn nun auch die für die Nutzer drakonische Bestimmung wegfällt, dass sie auch nach der Sperre noch für ihren Anschluss zahlen müssen, wird das Vorhaben der Sarkozy-Partei für die Provider noch teurer.

http://futurezone.orf.at/stories/1503778/

[BBC Mundo] No más red como castigo

El Parlamento en Francia abre el debate sobre un proyecto de ley que pretende cortar la conexión a internet a los usuarios que realicen descargas ilegales en la red. [...]
Los usuarios de la red están preocupados por la posibilidad de que paguen justos por pecadores, ya que muchas computadoras están infectadas por virus, o simplemente alguien puede conectarse con facilidad a través de la red wifi (red inalámbrica) de un vecino.

"Cualquier adolescente de 12 ó 14 años puede romper el sistema de seguridad de una red inalámbrica y el titular de la línea sería castigado sin razón", indicó el portavoz de la plataforma de internautas 'La quadrature du net', Jérémie Zimmermann, en entrevista con BBC Mundo.

Otro argumento en contra del proyecto de ley es la supuesta intromisión en la vida privada y en las libertades de los internautas.
Las empresas que suministran el acceso a internet deberán proporcionar a la HADOPI los datos personales (nombre, dirección electrónica, dirección postal, etc.) de sus clientes a partir de las direcciones IP.
Por su parte, el informe aprobado por el Parlamento Europeo considera que hay que proteger la "identidad digital" de manera eficaz contra las intrusiones de agentes públicos y privados.

http://www.bbc.co.uk/mundo/internacional/2009/04/090401_1430_francia_int...

[Challenges] Piratage : qui sont les "dissidents" à droite ?

Qui sont les principaux "dissidents" de la droite sur le projet de loi Création et internet? Alors que l'examen du texte reprend à l'Assemblée nationale, lundi 30 mars, l'association La Quadrature du Net, vent debout contre ce projet de loi depuis plusieurs semaines, vient de publier un "palmarès" des députés selon leur attitude plus ou moins hostile au texte.

Chaque député s'y voit attribuer une note sur 20, basée sur plusieurs critères: son vote sur l'exception d'irrecevabilité (qui examine le caractère constitutionnel ou non du texte) et la question préalable (qui examine s'il y a ou non lieu à délibérer); son vote sur l'amendement 200, dont le but est d'affirmer l'accès à internet comme un droit fondamental; son vote sur les amendements 215 et 412, dont le but est d'adopter une "licence collective étendue", c'est-à-dire une licence globale; enfin, ses interventions en séance, notées "subjectivement" par l'association.

[...]

- les tirailleurs de l'UMP : Lionel Tardy et Alain Suguenot. Elu pour la première fois député en Haute-Savoie en 2007 en tant que candidat divers-droite face au sortant UMP, Lionel Tardy n'en est pas à son coup d'essai: en décembre, il avait fait partie des rares députés UMP à s'abstenir sur la loi audiovisuelle. Il s'est distingué depuis le début des débats en s'affichant dans une mini-manifestation du MJS devant le Palais-Bourbon et en plaidant pour le remplacement de la coupure d'accès internet par une amende. C'est aussi le cas de son collègue Alain Suguenot, future tête de liste de l'UMP en Bourgogne aux régionales, qui, lors de l'examen de la loi Dadvsi, fin 2005, avait fait voter un amendement instaurant la "licence globale".

- les francs-tireurs des petits partis : Jean Dionis du Séjour et Nicolas Dupont-Aignan. Ces deux députés, respectivement membres des groupes Nouveau Centre et non inscrit, sont les seuls de leur catégorie à se voir attribuer la moyenne par La Quadrature du Net. "NDA", qui a voté dans le passé contre le CPE et la privatisation de GDF, se voit même attribuer la meilleure note en ce qui concerne les interventions en séance (19/20), après avoir comparé les députés pro-Hadopi "aux moines copistes qui voulaient emprisonner Gutenberg et interdire l'imprimerie".

- les "chouchous" des opposants: Franck Riester, Frédéric Lefebvre et Jean-Luc Warsmann.- Ces trois députés UMP -le premier étant le rapporteur du projet- arrivent en queue de classement. Le tonitruant porte-parole de l'UMP paie sans doute autant ses déclarations hors hémicycle ces derniers mois ("L'absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes. [...] Les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs y ont fait leur nid") que durant le débat. Son collègue Jean-Luc Warsmann, lui, est le seul à écoper d'un zéro pour ses interventions en séance publique: il avait notamment estimé que l'opposition avait "manqué de respect" à Christine Albanel en s'en prenant à ses propos selon lesquels la Haute autorité créée par le texte était comparée à une "Gestapo".

http://www.challenges.fr/high_tech/20090330.CHA2490/piratage__qui_sont_l...

[l'Express] Hadopi: les internautes surveillent les députés

L'étude du projet de loi Hadopi reprend ce lundi à l'Assemblée Nationale. Sur internet la mobilisation s'amplifie à l'image de Mémoire Politique, une plateforme contributive qui permet de suivre les positions des députés.

[...]

Mais voilà maintenant qu'on peut noter les élus! Opposée à la mise en place de la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi), l'équipe de la Quadrature du net a mis en place sur une plateforme contributive Wiki un espace intitulé Mémoire Politique.

Cette base d'informations permet de trouver les contacts des députés et eurodéputés mais également de suivre leurs prises de positions sur différents projets de loi ou de directive portant sur Internet et les technologies de l'information.

"L'idée c'est d'utiliser les outils du Web pour permettre aux citoyens de suivre l'actualité et de mieux atteindre les députés", explique Jeremie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du net. Chaque député est également noté et classé: "On pondère chaque vote par un coefficient en fonction de son adéquation avec nos recommandations", continue le porte-parole.

Pour chaque article et amendement de la loi Hadopi, l'équipe de la Quadrature du Net propose une analyse et une recommandation signalisée par des + ou des - et mentionne les articles votés ou en cours d'examen.

[...]

La plate forme Wiki étant ouverte à tous, chacun est libre de laisser des commentaires ou de proposer des modifications de contenus. "Les députés peuvent, comme tout le monde, utiliser les 'discussions'", précise Jeremie Zimermann.

Dans les prises de positions, la Quadrature fait figurer les votes à l'Assemblée et au Sénat lors des séances publiques et également les posts de blogs ou les articles parus dans la presse.

[...]

Sur Mémoire politique, le projet de loi Hadopi, déjà adopté au Sénat, donne lieu pour l'instant à une note moyenne de 8.04 sur 20 aux députés. La meilleure élève est Martine Billard, membre du groupe Gauche démocratique et républicaine, avec une note de 18.48 sur 20.

La Quadrature du net n'envisage pas d'étendre sa plateforme à d'autres thèmes mais son porte parole rappelle que "ce logiciel est libre et qu'il est possible à n'importe quelle organisation de le récupérer". Avant d'ajouter, malicieux: "Pour nous, ça n'est pas du piratage, mais tout simplement aider son prochain".

http://www.lexpress.fr/actualite/high-tech/hadopi-les-internautes-survei...

[Le Monde Informatique] Les députés européens lancent une nouvelle salve contre la riposte graduée

Si les hagiographes d'Hadopi ont de quoi se lamenter, ses contempteurs se réjouissent. Le parlementaire européen Guy Bono, infatigable adversaire de la riposte graduée, estime ainsi que « malgré les pressions multiples exercées par l'UMP et les autorités françaises, les députés européens sont restés sur leur ligne : l'accès à Internet est un droit fondamental pour l'inclusion sociale. » Le discours des Verts est de la même teneur : « Ce vote illustre combien la loi Hadopi est néo-obscurantiste. Christine Albanel sacrifie la fertile liberté d'Internet qui profite à tous aux intérêts de quelques entreprises du disque. Albanel a choisi son camp : celui des entreprises, pas des citoyens. » De son côté, la Quadrature du Net adopte un ton cassant en affirmant que « le vote du rapport Lambrinidis est un véritable camouflet pour Christine Albanel, qui ne doit plus tenir debout tant l'opposition à son texte, quasi-unanime, pèse lourd. »

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-les-deputes-europeens-...

[Le Figaro] Bataille politique autour de la loi antipiratage

Le gouvernement et les artistes se mobilisent pour défendre la loi Création et Internet, dite «Hadopi», de plus en plus décriée.

La tension monte. Avec le re­tour du texte de loi création et Internet lundi à l'Assemblée nationale, c'est un sujet hautement politique qui revient devant les députés. Décriée par un front d'opposants incluant Jacques Attali, les militants et jeunes de l'UMP et le Parlement européen, la loi «Hadopi» est défendue coûte que coûte par le gouvernement et la majorité des artistes. La ministre de la Culture, Christine Albanel, est en première ligne dans la bataille, et sa collègue Nathalie Kosciusko-Morizet, en charge du numérique, a même été accusée par Dailymotion de laisser un «courant de pensée anti-Internet» se développer dans la majorité.

[...]

Le sujet est complexe car il touche au financement même de toute l'industrie de la culture. «Mes films se financent à 60 % par la vente de DVD. Mais les ventes chutent de 10 % par an à cause du piratage. Il est impossible de faire aujourd'hui les films que je faisais il y a 15 ans», a résumé Jean-Jacques Anneau. Idem pour la musique.

De leur côté, les internautes fustigent un monde de la culture n'ayant pas su se réinventer et s'adapter aux nouveaux modes de diffusion, tout en dénonçant le côté «liberticide» de la loi. «L'Hadopi échouera parce qu'elle créera des injustices, qu'elle sera contournée de cinquante façons, qu'elle coûtera une fortune au contribuable, et qu'elle ne changera rien à la crise du disque. Cette loi va en outre déconnecter le gouvernement et les députés de la jeunesse», affirme Jérémie Zimmermann, cofondateur de La Qua­drature du Net, fer de lance de l'opposition à la loi.

http://www.lefigaro.fr/medias/2009/03/31/04002-20090331ARTFIG00002-batai...

[Nonfiction.fr] Loi HADOPI : la surveillance en entraîne une autre

La Quadrature du Net vient de mettre à disposition des internautes "une Mémoire politique" qui se propose de répertorier les positions prises par les députés lors des débats à l'Assemblée nationale sur la loi Hadopi.

Face à l'intérêt notoire et à la participation des internautes dans le débat de la loi "Création et internet", le collectif de La Quadrature qui, à plusieurs reprises, a demandé aux internautes d'attirer l'attention de leurs députés sur ce projet de loi, vient d'instaurer un wiki permettant à "chaque citoyen de contrôler si le pouvoir qu'il délègue [à son député] est utilisé pour défendre ses droits et ses libertés fondamentaux ou s'il est au contraire dévoyé au profit des industries du divertissement". Pour ce faire, La Quadrature du Net a inscrit, sur chacune des fiches personnelles des députés, accessibles via la "Mémoire Politique", les idées défendues et les positions prises par ces élus au cours des différents débats législatifs, nationaux et européens. À partir des positions de chaque député, la "Mémoire Politique" évalue ces dernières afin d'établir "le degré d'approbation ou de contestation du projet de loi".

En permettant aux citoyens d'avoir un droit de regard sur les agissements des parlementaires qu'ils ont élus, la "Mémoire Politique" instaure un principe de transparence manifeste et bénéfique, qu'il ne faut pas dénigrer. [...]

* HADOPI : Qui veut surveiller et punir ?, La Quadrature du Net (23.03.2009)

http://www.nonfiction.fr/article-2340-loi_hadopi__la_surveillance_en_ent...

[l'Humanité] Loi Hadopi : l'internaute, assassin des auteurs ?

[...] la CNIL, qui n’hésitait pas à écrire dans son rapport d’avril dernier que « les seuls motifs invoqués par le gouvernement pour justifier la réponse graduée résultent dans la constatation d’une baisse du chiffre d’affaires des industries culturelles ». [...] Déplorant ainsi que le texte « ne soit pas accompagné d’une étude qui démontre clairement que les échanges de fichiers via les réseaux "peer to peer" sont le facteur déterminant des baisses des ventes ».

Le site la Quadrature du Net, un collectif de citoyens opposés au projet de loi, appelle à un « black-out » de nos sites, blogs, profils et avatars en signe de protestation. Et se retrouve en accord sur un point avec la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, la SACD, qui, à l’occasion d’une conférence de presse mardi 3 mars, a défendu le projet de loi mais noté également le caractère « peu bavard du texte sur le développement des offres légales ».

Pour Jérémie Zimmerman, cofondateur de la Quadrature du Net, le choix de la répression masque mal les faiblesses de l’industrie du disque, qui a pris beaucoup de retard en termes d’adaptation au modèle gratuit de l’Internet. Comme le dit le sénateur communiste Jack Ralite, « pour ma part, je dis "non" à cette espèce d’impérialisme des nouvelles technologies et à ceux qui s’en servent contre les hommes au lieu de les laisser ce pour quoi elles ont été inventées : servir les hommes ». Et de rappeler que, sur la plate-forme de téléchargement légal iTunes, un morceau de musique vendu 0,99 euro rapporte 0,07 euro à l’auteur par téléchargement !
[...]

http://www.humanite.fr/Loi-Hadopi-l-internaute-assassin-des-auteurs

[Politis.fr] "Riposte graduée" contre le téléchargement sur internet : ça vire au noir

Le projet de loi Internet et création (Hadopi), qui doit mettre en place la « riposte graduée », entame sa première lecture à l’Assemblée à partir d’aujourd’hui 4 mars. Mais cette solution anti-piratage sur internet à la française ne fait plus l’unanimité.

La Commission européenne, lassée par le lobbysme féroce de l’industrie, ne veut plus trop entendre parler du projet de loi instituant la « riposte graduée » pour contrer le téléchargement illégal sur internet. Certains pays comme l’Allemagne ou le Danemark se sont officiellement déclarés contre. En France, la majorité, qui jusqu’ici faisait bloc derrière la ministre de la Culture, laisse entrevoir quelques dissonances. A commencer par le blog de l’UMP. Sous un billet sondant les opinions sur les limites à la « culture gratuite », le site en ligne Numerama a relevé 114 commentaires (sur 124) explicitement opposés au projet de loi contre 8 seulement qui y sont favorables. Projet de loi « inadapté », « injuste » et « injustifié », les militants semblent plus convaincus de l’archaïsme des industriels que de l’efficacité de la loi à assurer une juste rémunération des auteurs.

Un rapport de la Commission générale des technologies de l’information, datant de cet été, avait alerté le gouvernement sur l’inadéquation du dispositif technique de pistage des pirates (via le repérage des adresses IP) : « les versions les plus récentes des clients P2P offrent des possibilités de dissimulation des adresses et des contenus » expliquait le rapport. Et de conclure que sauf à étudier avec les fournisseurs d’accès des solutions permettant de déjouer les tentatives des internautes « le mécanisme de désincitation deviendrait rapidement obsolète ». Et le coût de son fonctionnement une dépense inutile.

La vénérable ISOC (Internet Society France) a elle aussi publié un scénario de prospective allant dans le même sens. Elle y explique comment les « vrais » pirates pourraient pratiquement contourner la loi, et comment l’escalade technique pour parvenir à les sanctionner allait mener à un passage au crible de toutes les données échangées.

Le collectif la Quadrature du net souhaite rendre l’opposition à cette loi visible et a lancé une opération « black out ». Elle s’inspire de celle qui a eu lieu en janvier en Nouvelle Zélande où le ministre de la Culture a retiré son projet de loi. « Devant le ridicule d’un gouvernement qui s’entête à vouloir déconnecter du net des familles entières sans preuves valables ni procès, la Quadrature appelle les citoyens épris de liberté à procéder au "black-out" de leurs sites, blogs, profils, avatars, etc. ». Le collectif est d’autant plus en colère que la ministre a récemment annoncé son intention d’obliger les fournisseurs d’accès à limiter les accès wifi publics à une liste blanche de sites autorisés. Un internet quand tu veux, mais comme ils veulent.

http://www.politis.fr/Riposte-graduee-contre-le.html

[Clubic] Quadrature du Net : "5 gus dans un garage"... ou pas ?

Il est des rouages dont on aimerait connaitre les mécanismes. Quelques heures avant que paraissent les résultats d'une étude qui sert parfaitement le propos de la loi « Création et Internet », une dépêche AFP résume les enjeux du texte et en évoque les opposants au texte, du parti socialiste à La Quadrature du Net, collectif fondé dans le but de sensibiliser les internautes aux dérives potentielles du projet.

Intitulée « Internet: texte antipiratage à l'Assemblée pour la défense de la création », cette dépêche se conclut par une citation relative à ce collectif : « Ce sont cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne », aurait laissé entendre le cabinet de Christine Albanel selon l'AFP.

Alors que la loi Création et Internet prévoit d'envoyer des mails à la chaîne (dix mille par jour dans un premier temps) aux internautes détectés sur les réseaux d'échange de fichiers, cette déclaration peu amène ne risque-t-elle pas de servir les détracteurs du texte ? On ne le saura pas, puisque la citation a été supprimée dimanche soir.

Vers 19 heures, le site PC Inpact s'en empare, la met en avant dans le titre d'un article, et tire une seconde salve une heure plus tard, en publiant la réaction de l'un des fondateurs de la Quadrature du Net. A 21 heures, troisième actualité : la dépêche AFP publiée dimanche matin a été amendée de façon à faire disparaitre la réaction du cabinet de Christine Albanel.

Diffusée par différents médias et, de fait, soumise au jeu du cache des moteurs de recherche, la citation initiale ne disparait pas complètement, alors même que la dépêche concernée a été supprimée, ou modifiée, sur la plupart des sites qui la référençait. La capture ci-dessus montre par exemple comment est encore vue cette dépêche par Google, alors que le lien concerné mène maintenant vers un autre article où aucune mention n'est faite des « cinq gus ». La version d'origine de cette dépêche est encore visible via ce lien, sur le site du quotidien belge La Libre.

Motif de cette élision a posteriori ? Chacun interprètera cette anecdote comme il l'entend - collusion ou erreur ? Elle n'en souligne pas moins une nouvelle fois les tensions qui entourent le projet de loi « Hadopi »...

http://www.clubic.com/actualite-262678-quadrature-net-gus-garage.html

[l'Humanite] « La loi Hadopi sera vite obsolète »

Création et internet . Les propositions alternatives du collectif citoyen la Quadrature du Net font leur chemin et sont soutenues par UFC-Que choisir. Entretien avec Jérémie Zimmerman, cofondateur du collectif.

Comment est né ce collectif la Quadrature du Net ?

C’est une initiative citoyenne. Nous avions envie d’agir face à des projets législatifs et réglementaires qui pointaient le bout de leur nez après l’élection de Nicolas Sarkozy. Une vision paternaliste de l’Internet. Des technologies numériques mé-connues quant à leurs ap-ports socio-économiques mais uniquement vues comme quelque chose de dangereux à réguler et à contrôler. Nous avons voulu créer une sorte de caisse à outils pour permettre aux citoyens de mieux comprendre le processus législatif. Avec la loi « création et Internet », on nous explique que c’est la création tout entière que l’on assassine lorsque l’on télécharge une oeuvre.

Un argument que vous contestez. Mais que proposez-vous comme autres modèles de financement de la création ?

Deux pistes sont à explorer. La première ne plaira peut-être pas aux lecteurs de l’Humanité, puisque ce serait de laisser faire le marché. Pousser les producteurs à inventer des produits et des services à valeur ajoutée que les gens auront envie d’acheter. Il y a un exemple formidable avec le groupe de rock américain Nine Inch Nails. Il a mis son album sur Internet afin que chacun puisse le copier tout en proposant de très beaux CD signés, plus chers, et des produits dérivés. Ils ont tout vendu en une semaine et ont touché plus d’un million de dollars. Cela prouve que les gens seront toujours prêts à payer pour les artistes qu’ils aiment. Aux producteurs d’inventer de nouveaux services.

La deuxième solution, défendue par Philippe Aigrain, cofondateur de la Quadrature, dans son livre Internet et Création, est celle de la contribution créative. Pendant neuf ans, l’industrie du disque aux États-Unis est parvenue à faire interdire la musique à la radio sous prétexte que la radio allait tuer le disque. Puis elle a compris que c’était le contraire, plus les gens entendaient de la musique plus ils avaient envie d’en acheter. Des modes de financement indirect de la création par l’intermédiaire de la musique à la radio ont été trouvés, des financements proportionnels aux recettes publicitaires. Il est possible aujourd’hui de faire exactement la même chose avec l’économie numérique. Un prélèvement sur les accès Internet sur les revenus publicitaires des services en ligne, mais aussi sur le matériel informatique peut être mis en place. Puis un mode de répartition équitable. C’est le système de la licence globale, un système d’abonnement payé par les abonnés à Internet et donnant accès à un ensemble de contenus sans restriction.

Comment ?

Cet abonnement pourrait être d’un montant de 2 à 7 euros par mois et par foyer, et les fonds récoltés seraient ensuite répartis au prorata de ce qui est écouté, vu, consommé. L’argent généré par cette contribution créative serait redistribué aux artistes. Nous espérons que ces propositions prépareront lès-Hadopi parce que cette loi sera obsolète le jour où elle sera votée.

Entretien réalisé par Maud Dugrand

http://www.humanite.fr/2009-03-13_Medias_-La-loi-Hadopi-sera-vite-obsolete

[l'Express] Loi Hadopi: "Une mauvaise réponse à un faux problème"

Jérémie Zimmermann, de la Quadrature du Net, nous explique en quoi le projet de loi "Création et Internet", examiné à l'Assemblée à partir de mardi, est déjà obsolète.

Pourquoi êtes-vous opposés au projet de loi "Création et Internet"?

Le principe de la loi Hadopi se base sur une transmission de "preuves" immatérielles relevées à partir des adresses IP des internautes par des acteurs privés sur lesquels il n'y a aucun contrôle. Ce n'est pas une technique fiable. Ces relevés d'adresses IP peuvent être altérés et ainsi changer "l'identité" de l'ordinateur. Vous pouvez être accusé de téléchargement illégal à la place d'un autre. De plus, le réseau est surveillé par des entreprises privées sur lesquelles il n'existe aucun moyen de contrôle. Pour prouver ces défaillances, des internautes (comme The Pirate Bay) prévoient d'injecter de fausses adresses IP françaises dans le système de constation d'infractions.

Vous jugez l'Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet) inefficace. En quoi?

L'Hadopi est une usine à gaz. En cas de constatation d'infraction, elle envoie un mail, puis une lettre recommandée et enfin émet une décision d'interruption de connexion à Internet. Dans ce processus, l'internaute peut seulement formuler une "observation". La procédure ne peut pas être arrêtée en cours. Des innocents seront inévitablement condamnés. De plus, il existe des dizaines de techniques pour contourner la loi: utiliser des protocoles chiffrés, ouvrir un serveur à l'étranger pour changer d'adresse IP, et des services commerciaux existent déjà pour coutourner l'Hadopi. "Création et Internet" est une mauvaise réponse à un faux problème.

L'argument numéro un avancé par les rapporteurs du projet de loi est la protection de la création culturelle, qu'en pensez-vous?

Le texte de loi avance deux postulats qui ne tiennent pas la route. Le premier stipule que plus on partage des oeuvres entre particuliers, plus le marché de la culture (musique, cinéma...) se porte mal. Plusieurs études gouvernementales montrent l'inverse: plus les gens échangent, plus ils sont tentés au final de payer pour la culture (produits et services à valeur ajoutée, spectacle vivant...) Malgré le téléchargement illégal, le cinéma a battu des records de fréquentation en 2008. Quant à l'industrie du disque, la baisse de ses revenus n'est due qu'à ses propres erreurs. Le second postulat suppose qu'avec la "crainte du gendarme" et la dissuasion Hadopi, les gens achèterons plus de CD, de DVD et de fichiers. Je pense que les mesures de sanction inciteront, au contraire, les gens à acheter des logiciels et des services pour contourner l'Hadopi au lieu de financer la création. La loi risque d'avoir un effet pervers.

Quelle est l'alternative à cette loi?

Le projet de loi doit être rejeté en bloc à l'Assemblée. Il est obsolète avant même d'avoir été voté. Le gouvernement et les députés qui voteront ce texte iront droit dans le mur. La Quadrature du Net recommande un financement de la création par mutualisation (prélèvement sur les abonnements Internet à la charge des FAI et de l'abonné décrit dans le livre "Internet et Création" de Philippe Aigrain). J'espère que le débat à l'Assemblée servira à mettre en avant les failles du dispositif.

http://www.lexpress.fr/actualite/high-tech/loi-hadopi-une-mauvaise-repon...

[20minutes.fr] La Quadrature du Net: « La loi Création et Internet occasionnera des erreurs judiciaires »

INTERVIEW - La Quadrature du Net pense que le gouvernement va à contre-courant à propos de son projet de loi anti-piratage....

La Quadrature du Net, un collectif qui suit de près l’économie numérique, est en colère contre le projet de loi Création et Internet. Un texte qui, selon cette association, serait «voué à l’échec». Jérémie Zimmermann, ingénieur pour la Quadrature, s’explique.

Pourquoi ce projet de loi est-il voué à l’échec, selon vous?

Le texte de loi est inapplicable et contient de nombreux facteurs d’erreurs judiciaires.

Lesquels?

1. La collecte des adresses IP des ordinateurs des pirates présumés sera confiée à des sociétés privées, alors que cette mission - relever des infractions - est du ressort de la police. On n’est donc pas à l’abri de collectes d’adresses IP fantaisistes.

2. Les enquêteurs disent que l’adresse IP est comme une empreinte de pas, mais en réalité, c’est une preuve immatérielle, qui ne suffit pas à établir la responsabilité des présumés pirates.

3. La procédure prévue est un édifice vermoulu. Des innocents vont être condamnés car ils ne pourront pas contester leur responsabilité s’ils reçoivent le premier mail d’avertissement, pas plus que lorsqu’ils recevront le deuxième. Ils ne pourront en fait contester la sentence que lorsque celle-ci sera prononcée, lorsqu’après deux avertissements, ils verront leur accès au Net suspendu.

Quel autre reproche faites-vous à ce projet de loi?

Il y aura en réalité plein de moyens de contourner la loi, par exemple en achetant sur le Net des logiciels qui permettent de rendre anonyme sa connexion, pour ne pas être repéré. Sur le Net, on compte déjà 10% d’ordinateurs zombies. Au final, la loi invite les internautes à se payer ce type de logiciels ou de services plutôt que de financer la création.

Comment pourrait-on faire pour permettre à la création culturelle de perdurer?

Il faut inventer des produits à haute valeur ajoutée. Comme l’a fait le groupe Nine Inch Nails, qui a mis neuf morceaux à télécharger gratuitement sur le Net, l’album complet en téléchargement à 5 dollars, et des coffrets collectors. Les coffrets sont partis en moins de deux jours, et le groupe a gagné 1,6 millions de dollars en mois d’une semaine.

Christine Albanel dit qu'il ne peut y avoir d'offre légale satisfaisante tant que le téléchargement illégal existe...

C’est là que la ministre de la Culture exagère. Assimiler un fichier partagé à une entrée dans une salle de cinéma ou un DVD, c’est un grossier raccourci. Le même phénomène s’est produit il y a quelques années, lorsque les radios diffusaient des singles. Les maisons de disques s’émouvaient déjà, pensant que cela allait faire baisser leurs ventes d’albums. Cela a été tout le contraire. Plus on entend de musique, plus on en achète. Des études le montrent: ceux qui partagent des fichiers sur le réseau achètent davantage que ceux qui n’en échangent pas.

Recueilli par Alice Antheaume

http://www.20minutes.fr/article/309899/Culture-La-Quadrature-du-Net-La-l...

[lepays.fr] Jérémie Zimmermann : "Une loi dangereuse et inefficace"

La « Quadrature du net » fait partie des opposants les plus fervents à la loi Hadopi. Entretien avec Jérémie Zimmermann, cofondateur et porte-parole du site internet.

Pourquoi militez-vous pour le retrait de la loi Hadopi ?

La loi Hadopi est inefficace et dangereuse démocratiquement. D’abord parce que personne ne peut prouver que c’est bien vous qui avez téléchargé des oeuvres. On se base sur les relevés d’adresse IP qui sont des données immatérielles, qui n’ont pas valeur de preuve car il n’y a rien de plus facile que d’utiliser l’adresse IP de quelqu’un d’autre.

Mais cette loi vise avant tout à lutter contre la chute dramatique de la vente des CD…

Les majors feraient mieux de s’occuper des causes réelles de cette baisse des ventes au lieu de s’attaquer à leurs clients. Il n’est nulle part démontré sérieusement que le partage d’œuvres entre particuliers sur internet est la cause majeure de la baisse de la vente de CD. Il y a des tas d’explications à ce phénomène.

D’abord, le CD est mort depuis dix ans, si on analyse correctement le marché, et les majors n’ont pas encore investi sérieusement sur d’autres supports, comme le MP3.

Ensuite, les dépenses de loisirs se sont largement reportées ces dix dernières années sur les DVD, la téléphonie mobile et la vidéo. Il est normal que les gens aient moins d’argent pour les CD. En plus, le prix du CD n’a pas baissé en 20 ans alors que le prix de fabrication a chuté, ce qui veut dire que les marges ont augmenté.

« Un fan sera toujours prêt à payer pour le groupe qu’il aime »

Quant au cinéma, il a fait une année 2008 record, malgré le téléchargement illégal. Et les ventes de DVD de « Bienvenue ches les Chtis », qui a largement été téléchargé par les internautes, ont été exceptionnelles. Alors…

Que proposez-vous alors pour que les artistes puissent vivre de leur musique ?

Il y a déjà de nombreux modèles qui sont testés par des indépendants. Ils vendent des produits et des services à forte valeur ajoutée comme un CD signé à la main, ou numéroté, ou accompagné d’un cahier de 50 pages. Bref, un objet qui soit plus qu’une galette en plastique. Et ça marche.

On pourrait également imaginer fonctionner sur le modèle du fan club avec des infos exclusives ou des places gratuites pour les concerts. Ça peut marcher aussi, car un fan sera toujours prêt à payer pour le groupe qu’il aime.

Il y a également d’autres solutions possibles comme de créer une redevance, ou contribution créative, élargie aux accès à internet en échange d’une légalisation du partage de fichiers. De tels modèles sont parfaitement compatibles avec une légalisation du partage d’oeuvres, à des fins non-marchandes, entre particuliers.

La loi Hadopi mettra-t-elle fin au téléchargement illégal ?

Bien sûr que non. Les grands logiciels de P2P ont déjà une version chiffrée. Il existe aussi des outils d’anonymisation et de chiffrement des communications les rendant indétectables par l’Hadopi. On peut également utiliser une autre adresse IP que la sienne en utilisant un serveur proxy (mandataire) qui fait l’intermédiaire entre votre ordinateur et l’extérieur. Si ce serveur proxy est situé hors de France, personne ne peut rien contre vous. Certains sites européens proposent déjà, pour 5€ par mois, de vous fournir une adresse IP à l’étranger. C’est pourquoi cette loi sera totalement inefficace.

http://www.lepays.fr/article/jeremie-zimmermann-une-loi-dangereuse-et-in...

[20minutes.fr] Vous avez dit « pirate »?

Les discussions sur le projet de loi Création et Internet reprennent le 31 mars prochain. En attendant, le sens du mot «pirate» inspire les détracteurs du texte, qui tiennent à donner une petite leçon lexicale...

«Pirate»: le terme revient souvent dans les discours de Christine Albanel, la ministre de la Culture, pour désigner celui qui échange des fichiers sur des sites illégaux.[...]

Pour Christian Paul, député socialiste, le mot «pirate» n’a aucune raison d’être invoqué dans ce cadre. «Traiter un internaute de pirate est une erreur», explique-t-il à 20minutes.fr car «la piraterie relève du droit maritime et non pas du droit d’auteur». «Le seul mot de référence dans le code de la priorité intellectuelle est "contrefaçon"», appuie l’avocat Cyril Rojinsky, spécialiste du droit de la propriété intellectuelle.

Fort de cet argument, Christian Paul a proposé que les parlementaires «bannissent de leur vocabulaire» les termes «pirate» et «piraterie», qui désigne l’abordage d’un navire avec violence. Un acte puni en droit pénal français de 20 ans de réclusion criminelle. «Internet, c’est la mer», a ironisé à son tour le député centriste Jean Dionis du Séjour. Lequel préfère parler de «contrevenants» plutôt que de «pirates». Quant à Patrice Martin-Lalande (UMP), il propose «contrefacteurs».

En défendant cette distinction lexicale, les députés se font l’écho, contre le gouvernement, d’un sujet qui compte pour les associations comme la Quadrature du Net ou Renaissance numérique. Interrogées par 20minutes.fr, elles veillent à parler d’«échange de fichiers» plutôt que de «piratage».

[...] «c’est un mot violent qui diabolise l’internaute», et pourrait être un «levier pour que la sanction soit plus forte». Le gouvernement insiste sur la gravité du téléchargement illégal, et l'atteinte aux droits des artistes, mais Cyril Rojinsky pense qu'il s’agit de «susciter l’imagination et d’assimiler les internautes à des voleurs de grand chemin. Pour faire d’un délit spécifique un délit de droit commun», de l’ordre du vol.

http://www.20minutes.fr/article/311857/Culture-Vous-avez-dit-pirate.php

[April] HADOPI : Christine Albanel et Franck Riester persécutent le Logiciel Libre

Une alliance transpartisane emmenée par Martine Billard (GDR), Patrick Bloche (SRC) et Jean Dionis du Séjour (NC) s'est formée jeudi 12 mars 2009 à l'Assemblée nationale pour défendre les droits des auteurs et utilisateurs de logiciels libres. Malheureusement, Christine Albanel et Franck Riester ont rivalisé de parti pris pour s'opposer à l'abolition de discriminations majeures instaurées par la loi DADVSI.
../..
La ministre de la culture Christine Albanel et le rapporteur UMP Franck Riester ont formé un duo de choc pour refuser aux auteurs et utilisateurs de logiciels libres de jouir des mêmes droits que tous les citoyens français.

À grands renforts de mauvaise foi, ils ont prétendu que l'interopérabilité était inconstitutionnelle et contraire à la directive EUCD, et refusé de lui redonner toute la place qu'elle mérite. Les arguments pourtant solides de la tenace Martine Billard (GDR), de Patrick Bloche (SRC) et de Jean Dionis du Séjour (NC) n'y ont rien fait.

De la même manière, Christine Albanel et Franck Riester se sont obstinés à limiter le droit moral des auteurs de logiciels libres : ils ont refusé de lever la possibilité d'interdire la publication d'un code source.
.../...
« Il est incompréhensible que ceux qui prétendent défendre le droit d'auteur nient le droit moral des auteurs de logiciels libres » ajoute Benoît Sibaud, président de l'April. Toutefois, ce ne serait pas la première négation de droits fondamentaux (Voir le communiqué de presse de la Quadrature du Net : HADOPI à l'Assemblée : Une surdité coupable) à laquelle se livreraient les promoteurs de ce projet de loi. Ce n'est pas non plus la dernière. « Il ne fait désormais plus aucun doute que ce projet de loi va nier en bloc les droits des auteurs et utilisateurs de logiciels libres, et imposer à tous un filtrage des contenus et une surveillance de leurs communications numériques. Nous appelons tous les députés et l'ensemble des citoyens à s'y opposer par tous les moyens en leur pouvoir » conclut-il.

http://www.april.org/fr/hadopi-albanel-et-riester-persecutent-le-logicie...

[PC INpact] Le sort de la neutralité du net inquiète les acteurs du Web

Alors que les débats sur le Paquet Télécoms se poursuivent, les gros acteurs du web (Dailymotion, eBay, Skype, Google, YouTube, PriceMinister, et Yahoo!) se sont ligués pour appeler d’une même voix le Parlement européen à maintenir « la neutralité du net ». Un sujet brûlant alors que la seconde lecture du texte doit intervenir au cours du mois d’avril.

Ces acteurs voient dans ces multiples risques une « atteinte aux droits des consommateurs en permettant aux fournisseurs d’accès à l’internet (FAI) de restreindre l’accès à des sites internet, des applications ou en leur permettant de prioriser, en fonction d’accords de partenariat, certains contenus ».

91% des consommateurs ne veulent pas de limitation ou restriction d'accès [Dans une étude du cabinet Synovate]

Une étude qui fait suite aux inquiétudes de la CNIL Européenne

[...] Déjà, le Contrôleur Européen aux données personnelles s’était déjà préoccupé des diverses tentatives destinées à malmener la neutralité du web sur fond de dégradations de la qualité. Les FAI implantent déjà dans leur contrat des clauses pour tenir compte de ce risque, en se référant au concept de management du trafic.

Du coup, certains voudraient en profiter pour détourner ces impératifs liés à la sécurité des réseaux vers d’autres missions de sauvegardes d’intérêts privés. La Quadrature du Net avait ainsi pointé des « des amendements soutenus par AT&T, des « pratiques de gestion du réseau » afin de déterminer à quels contenus, services et applications les utilisateurs pourraient accéder en priorité. La Quadrature prenait quelques exemples : « Imaginez quelques scénarios qui pourraient devenir réalité dans un futur proche si la « discrimination du net » était autorisée par le « Paquet Télécom » : vous êtes connecté à Internet par un opérateur qui vient de fusionner avec Vivendi-Universal. Lorsque vous essayez de regarder une vidéo de Sony ou de Warner Bros, elle est incroyablement lente. Seules les vidéos d'Universal sont fluides. Les opérateurs pourraient distordre la concurrence pour favoriser leurs propres services. (…) Vous êtes accusé par l'industrie musicale d'avoir téléchargé de la musique sans autorisation. L'utilisation de logiciels pair-à-pair est automatiquement restreinte ou devient extrêmement lente. Les FAI, sous la pression des industries du divertissement, se substitueraient à l'autorité judiciaire. »

[...] C’est d’ailleurs ce que subissent les abonnés en téléphonie mobile dite illimitée qui sont privés de VoIP ou de P2P sous le prétexte de bonne gestion des réseaux.

http://www.pcinpact.com/actu/news/49800-neutralite-web-internet-amendeme...

[La Voix du Nord] Questions à Jérémie ZIMMERMAN, co-fondateur de La Quadrature du Net

Pourquoi êtes-vous contre l’adoption de cette loi ?

« Parce qu’elle est inefficace, inapplicable et dangereuse. Elle va mettre des pouvoirs de police entre les mains de particuliers – les professionnels des secteurs concernés – qui devront constater des infractions présumées. Celles-ci seront fondées sur des preuves immatérielles (les adresses IP des utilisateurs) contre lesquelles il est impossible de se défendre. »

Ce projet de loi se veut pourtant « pédagogique », avec l’envoi d’e-mails d’avertissement avant la suspension de l’abonnement Internet...

« On ne pourra pas contester l’infraction mais simplement répondre à ces e-mails par des constatations. Cela ne suspend à aucun moment la procédure.
C’est uniquement la sanction prononcée que l’on pourra contester, l’infraction devant les tribunaux, ce qui reviendra cher en frais d’avocats. »

Le ministère de la Culture prend tout de même des précautions en proposant à l’internaute des logiciels de protection...

« Pour tenter de rendre l’Hadopi (la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet) compétente, ils ont créé une nouvelle obligation de protection de sécurisation de son accès Internet… Or, pour que cette obligation soit valable, ils doivent fournir les moyens de se protéger. L’Hadopi maintiendra donc une liste de logiciels de sécurisation dont personne ne sait rien. Ils seront potentiellement des logiciels espions, des logiciels qui protégeront l’utilisateur contre lui-même. Ils seront toujours contournables, et probablement inefficaces, pour peu qu’ils existent un jour. Cela ne tient pas debout. »

Mais il faut tout de même bien envisager de rémunérer les artistes pour leur travail…

« Au mot rémunération, je préfère celui de financement. Rémunération colle trop au système actuel. Or ce n’est pas le seul mode envisageable. Avec l’Hadopi, on part de deux postulats faux. Premièrement, que c’est le téléchargement qui est responsable de la chute des ventes de l’industrie du disque.

Deuxièmement, que sa pénalisation fera augmenter les ventes de disques. Or, nombre d’études montrent que c’est faux. Cette industrie du disque est celle qui voulait interdire la diffusion de musique à la radio. Force est de constater qu’on a trouvé un modèle qui marche, indirect et mutualisé. Une autre façon de faire serait de prélever l’argent à la source, sur les abonnements Internet ou de téléphonie mobile. C’est la Contribution créative, mais ce n’est qu’une des voies. Une autre serait de dépasser le modèle de la vente à la copie pour proposer des produits à forte valeur ajoutée, que les gens auraient de nouveau envie d’acheter. Le problème c’est que l’industrie de la musique ne s’est pas adaptée au numérique. » •

PROPOS RECUEILLIS PAR J. L.

http://www.lavoixdunord.fr/journal/VDN/2009/03/16/PLUS/ART1601283.phtml

[VSD.fr] Loi « Création et internet » : Pourquoi elle agace les internautes ?

Pour lutter contre le téléchargement illégal, le prolet de loi « Création et Internet », dont l'examen par les parlementaires se poursuivra fin mars, propose d’encourager le développement de l’offre de téléchargement payant en coupant la connexion Internet des « pirates » récidivistes.

Selon l’association « La Quadrature du net », acteur de la mobilisation contre ce texte en France, la loi est inapplicable. Elle en a souligné les failles dans un livre (« Internet et Création ») disponible en ligne. Son auteur, Philippe Aigrain défend la légalisation des échanges entre internautes sans but de profits.

VSD. En dehors des médias sur internet, on n'avait jusqu'à présent peu parlé de la loi «Création et Internet». Alors qu’un sondage TNS Sofres estimait que 37% de la population a déjà « piraté », le débat n’interesse-t-il que les «geeks» ?

Philippe Aigrain. Ce n’est pas une affaire de «geek». Le débat souffre d’avoir été tronqué dès la mise en place de la commission Olivennes en 2007 (qui a inspiré le projet de loi -Ndlr). Il a été décidé à ce moment-là qu’il n’y aurait qu’une approche étudiée, celle de la riposte graduée. À l’époque, les médias parlaient pourtant beaucoup de « licence globale » (un prélèvement calqué sur le mode de la redevance télé-Ndlr) mais tout de suite, l’idée a été écartée.

De plus en plus de parlementaires commencent à se poser des questions sur la pertinence de cette loi et le font savoir. On constate d’ailleurs à cette occasion que le débat n’est pas partisan. Les voix s’élèvent aussi bien à gauche qu’à droite. En revanche, c’est sûr qu’il y a chez une grande partie de la classe politique un problème de méconnaissance des enjeux d’internet. Évidemment, c’est un domaine qui a des composantes techniques et juridiques qui le rendent à priori compliqué. Mais surtout le débat a été artificiellement biaisé par l’utilisation de métaphores mensongères.

Le meilleur exemple est le slogan : « le piratage, c’est du vol.» Il n’est ni question de « piratage », ni de « vol ». Mais à force de répétition, les défenseurs de la loi ont imposé ce vocabulaire qui entrave le débat en ne donnant qu’un point de vue.

VSD. Est-ce dû à la puissance des lobbys de l’industrie culturelle en France ?

Philippe Aigrain. Il n’y a pas une opposition entre les gens du Web et les groupes d’intérêts. On assiste ici à un problème d’arbitrage démocratique entre un point de vue portée par des citoyens et un autre porté par des groupes puissants. Le problème, c’est que ces groupes rencontrent un écho particulier, au détriment de l’avis citoyens, chez les gens qui légifèrent. Au plan politique, on constate une volonté de contrôle sur Internet. Cette problématique concerne Internet, mais révèle une situation globale du rapport entre politique et société. Le projet devait être discuté à partir d’aujourd’hui.

VSD. Pourquoi les politiques retardent-ils encore le moment de s’atteler à ce texte ?

Philippe Aigrain. Le calendrier législatif est ce qu’il est. Nous n’avons pas à interpréter ce report. En revanche, la mobilisation, de plus en plus active ces derniers jours, risque de s’amplifier. Si l’intention est de faire retomber la protestation, ça ne fonctionnera pas. C’est justement l’occasion de mobiliser. La Quadrature se propose de rassembler une contestation et pas de forcer qui que ce soit à prendre position dans son sens comme l’a prétendu le ministère de la culture dans un communiqué. Notre rôle est de mettre en ligne des arguments, des propositions d’actions (comme la possibilité d’afficher page noire en signe de protestation : le black-out)... pas de parler à la place des quelque vingt millions d’internautes français.

VSD. À court terme, quel avenir pour cette loi ?

Philippe Aigrain. C’est peut être la 10e loi sur le téléchargement illégal et il y en aura d’autres. Les avis sont divergents sur l’issue du débat. La loi peut être si amendée et modifiée qu’elle aura fait disparaître l’idée de base de « riposte graduée ». Ou bien la loi est votée dans un état proche de ce qu’elle est aujourd’hui. Et son échec sera irrémédiable au moment de passer le test constitutionnel, ou le test technique. En tout cas, il ne sera pas possible de l’appliquer en l’état et l’on peut imaginer que d’autres lois inapplicables suivront. Jusqu’à ce que les parlementaires débattent enfin de toutes les possibilités.

Propos recueillis par Marie-Adélaïde Scigacz

http://www.vsd.fr/contenu-editorial/l-actualite/les-indiscrets/1300-loi-...

[20minutes.fr] Vous avez interviewé Guy Bono

VOS QUESTIONS – L'eurodéputé vous a répondu sur le projet de loi Création et Internet, les élections européennes et le PS...

Un amendement, déposé par l’eurodéputé socialiste Guy Bono dans le cadre de la discussion sur le «paquet Télécom», met le projet de loi Création et Internet (dite Hadopi) en danger. En septembre, il a effectivement fait passer au parlement européen l'interdiction aux fournisseurs d'accès de divulguer des données privées sans l'accord de la justice. Un amendement qui vide le projet de loi française de sa substance.

Après les représentant de la Sacem (qui défendent ce projet de loi), l'eurodéputé en question (qui, par ailleurs, n'est pas reconduit par son parti pour les prochaines européennes) a répondu à vos questions sur Hadopi, les élections à venir et les luttes internes au PS.

[...]
Drizzt : Que pouvons-nous faire, simples internautes, pour faire bouger les choses? La plupart des députés étaient absents ces derniers jours (ce que je trouve honteux) dernière malgré les mails et contacts suggérés par la Quadrature du net, et aucune manifestation n'est prévue à ma connaissance.

Guy Bono : La forte mobilisation citoyenne a déjà porté ses fruits au Parlement européen, pourtant majoritairement de droite.

Les citoyens doivent continuer d'interpeller leurs élus, en particulier ceux de droite, qui ont le sait sont tenus par Nicolas Sarkozy qui veut faire passer ce texte coûte que coûte. Le PS votera de son côté contre le projet de loi.

Après il reste la rue et les urnes...
[...]

http://www.20minutes.fr/article/309953/Chats-Vous-avez-interviewe-Guy-Bo...

[EUobserver] French websites blacked out to protest piracy bill

La Quadrature du Net (Squaring the Net), a French internet civil liberties pressure group backed by the Open Society Institute and the Electronic Frontier Foundation, has successfully organised a 'Black-out' protest, in which web designers, bloggers and others on the internet darken their web pages in protest at the bill.

The group says it is difficult to put a precise figure on the number of blacked-out sites, but say the number of unique domains joining the protest has reached over 12,000 and the number of URLs (web addresses) is at over 500,000. "To be safe, we are just saying 'tens of thousands," Jeremie Zimmerman, a spokesperson with La Quadrature du Net, told EUobserver.

http://euobserver.com/871/27769

[Marianne] Hadopi : la Quadrature du Net pointe « l'inculture technologique » du cabinet d'Albanel

Jérémie Zimmermann, cofondateur du collectif anti loi Hadopi La Quadrature du Net, a souhaité répondre aux déclarations du cabinet de Christine Albanel : non, son association n'a pas créé d'adresses ip pour bombarder de mail les députés, oui la campagne écran noir a été un succès et oui, il existe d'autres moyens de rémunérer les artistes sans empêcher l'échange de fichiers.

Suite à notre article sur la confrontation entre le ministère de la Culture et les anti-loi Hadopi de la Quadrature du Net, un des fondateurs de l’organisation, Jérémie Zimmermann, a souhaité répondre à certaines déclarations des représentants du cabinet de Christine Albanel et apporter des précisions sur leur action.

http://www.marianne2.fr/Hadopi-la-Quadrature-du-Net-pointe-l-inculture-t...

[FRANCE 2] Loi Hadopi : "le texte n'est pas adapté"

Le texte de loi anti-piratage "date et n'est pas tellement adapté", estime Pierre Kosciusko-Morizet, frère de Nathalie

L'association pour le commerce et les services en ligne (Acsel), que préside le pdg de Priceminister.com, a demandé mardi un "moratoire de six mois" sur la mesure de suspension de l'accès à internet.

Les députés PS ont annoncé qu'ils allaient voter contre la loi Hadopi. "Cela ne fait pas débat", affirme à l'AFP l'un de leurs orateurs, Christian Paul, qui dénonce notamment "une atteinte aux libertés publiques et individuelles", avec "la mise en oeuvre sans précédent d'un système de surveillance généralisée de l'internet". Les sénateurs socialistes, eux, ont voté pour.

Des députés de l'UMP réticents [...]

Un collectif de citoyens, la Quadrature du Net, encourage les internautes à envoyer aux députés [des] mails [...]

http://info.france2.fr/france/52298588-fr.php

[Libération] ET COUIC ! La loi qui sanctionne le téléchargement illégal

Le texte examiné par l'Assemblée prévoit la coupure de l'accès au Net. Un système basé sur la répression alors que de nouvelles offres légales émergent.

Franck Riester (rapporteur du projet de loi) ) : Toutes les garanties ont été prises en matière de libertés publiques

Lionel Tardy : On ne peut pas vouloir étendre le haut débit et suspendre Internet

Christian Paul : Criminaliser toute une génération est une impasse



[France Soir] Je télécharge et je n'arrêterai pas - Cette loi est inefficace

Plusieurs solutions ont déjà été trouvées pour contourner le projet de loi création et Internet

Jérémie Zimmermann, ingénieur et cofondateur du collectif de citoyens La Quadrature du Net souligne les failles du texte soumis aux députés.

FS: Que pensez-vous du projet de loi Création et Internet ?

JZ: Ce projet de loi est inefficace, inapplicable et dangereux (...)

FS: Sera-t-il possible de la contourner ?

JZ: De mille et une façons ... Certains serveurs relais ont déjà prévenu qu'ils vont créer de fausses adresses IP afin de brouiller les enquêteurs ...

(...)

[La Tribune] Dernière chance pour endiguer le piratage en ligne


La tribune nous a fait l'honneur d'une UNE ce 10 mars 2009 ! ainsi que les pages 2 et 3 où nos remarques et points de discorde d'avec C.Albanel sont clairement et simplement décrits !

(...)

Ce texte est-il liberticide ?

OUI : Autre critique des opposants au texte, tels La Quadrature du Net : il n'est pas possible de contester en justice l'envoi de courrier par Hadopi - l'internaute peut seulement faire appel de la suspension de l'abonnement. Enfin, le repérage des adresses Internet est confié à des acteurs privés, les sociétés d'ayant-droit sur les oeuvres, et à leurs agents.

Le dispositif sera-t-il efficace ?

NON : Le dispositif repose sur le repérage des adresses Internet des internautes qui échangent des fichiers sur les réseaux P2P. Mais cette adresse peut être usurpée, masquée, ou correspondre à plusieurs internautes (wifi, cybercafés...) De fausses adresses peuvent facilement être introduites dans les réseaux P2P, entrainant des mises en accusation abusives et l'accumulation d'erreurs judiciaires. A court terme, la loi deviendrait ainsi inapplicable. En outre, les fichiers échangés sur les réseaux P2P pourraient devenir cryptés. Et d'autres techniques de piratage existent : sites de streaming, forums de discussions ...

(...)

[ladépêche.fr] Internet : les pirates dans le collimateur

Le Net drapé de noir pour s'opposer
Face à la loi « Création et internet », le Net se mobilise. Dans leur grande majorité, les internautes sont vent debout contre le texte de Christine Albanel, la ministre de la Culture et de la Communication. Les internautes contestent en premier lieu les chiffres du piratage présentés par les industriels qui ne sont que des estimations parfois grossièrement surévaluées. Mais c'est sur le terrain des libertés individuelles que la grogne se fait le plus entendre et le risque de censure qui pourrait toucher certains sites. La perspective de voir les points d'accès publics wifi ne pouvoir accéder qu'à une « liste blanche » de sites web choque les internautes.
Pour protester, l'humour est de mise comme les clips vidéos de l'UFC-Que Choisir intitulés « Dédé va couper » où l'on voit un policier incarnant l'Hadopi prêt à couper l'accès à au net. Plus sérieusement, le collectif « La Quadrature du Net », appelle à un « black-out » de l'internet français en fournissant des banderoles noires à afficher sur les blogs et sites web. Une idée absurde pour plusieurs blogueurs en vue ou la ministre qui a raillé hier «5 gus dans un garage» (sic) Mais la mobilisation peut payer. En Nouvelle-Zélande, seul pays à avoir adopté une riposte graduée similaire à celle discutée ce mardi en France, les internautes ont fait reculer leur gouvernement.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/03/10/571086-Internet-les-pirates-d...

[lejdd.fr] La loi Hadopi critiquée par tous

L'examen du projet de loi "Création et Internet" débute mardi à l'Assemblée. Mais avant même qu'il soit débattu, le texte est fustigé par la moitié de la classe politique et plusieurs organismes publics. L'opposition mais aussi une partie de l'UMP, reproche à la ministre de la Culture d'avoir conçu une loi floue et coûteuse, qui représente un grave danger pour les libertés individuelles.

Financements flous, décret européen contradictoire, autorité administrative critiquée... Le projet de loi de Christine Albanel est fustigé avant même d'exister. L'avis qu'a rendu en mai 2008 la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) n'a pas arrangé les choses. Selon ces spécialistes, l'effet réel du piratage sur les ventes n'a jamais été chiffré. D'autant que la Cnil, qui appuie là où ça fait mal, note que ce projet de loi, "répressif", risque de toucher des citoyens dont le pouvoir d'achat est au plus bas... Le ministère de la Culture ne s'est jamais exprimé sur cet aspect.

Un argument repris par les internautes qui défendent ardemment la protection des données privées, relatives donc aux téléchargements -légaux ou illégaux - effectués. Le débat, complexe, entre la protection des libertés individuelles et celle des droits d'auteurs concerne de plus en plus: selon un récent sondage TNS-Sofres pour le quotidien gratuit Métro, 37% des Français ont procédé au moins une fois à des téléchargements illégaux. Mais Jérémie Zimmermann, du site de "la Quadrature du Net", à la pointe de la contestation, considère le projet de loi "déjà obsolète". Interrogé par lexpress.fr, il considère le projet comme "une mauvaise réponse à un faux problème". Comme beaucoup, il craint surtout que "des innocents soient injustement condamnés".

http://www.lejdd.fr/cmc/media/200911/la-loi-hadopi-critiquee-par-tous_19...

[SUDOUEST.COM] INTERNET Une loi à l'abordage des pirates

Très actif, le collectif La Quadrature du Net a lancé le mois dernier une opération « black-out », en invitant les bloggers à peindre la page d'accueil de leurs sites Internet en noir (avec un message protestant « contre une loi absurde, inapplicable et dangereuse qui met en péril l'innovation et les libertés fondamentales ») et à abreuver leurs députés de mails et appels téléphoniques pour leur demander de voter contre le projet de loi.

Dénonçant le lobbying opéré par La Quadrature du Net (et son cofondateur Philippe Aigrain, auteur du livre « Internet et Création »), Christine Albanel a répliqué en annonçant dimanche le lancement d'une campagne d'information auprès de ces mêmes parlementaires, qui recevront tous les jours une lettre électronique défendant son texte.

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/article/524975/mil/4265058.html

[France 24] Polémique autour du projet de loi contre le téléchargement illégal

Quel est le but du projet de loi ?

Présenté par la ministre de la Culture, Christine Albanel, il vise à enrayer (sans prétendre pouvoir stopper) le téléchargement illégal des œuvres culturelles - musique et films surtout - et de soutenir, de ce fait, les ayant droits.

[...]

Qui s'y oppose ?

1. 44 députés européens, [...] 2. Certains députés de l’opposition (le socialiste Patrick Bloche parle d’un "pari perdu d’avance", Didier Mathus d’un "flicage généralisé des internautes"). Plusieurs députés de l'UMP ont également exprimé des réserves. Certains ont même déposé des amendements. 3. Les opérateurs qui, à l’exception de Numericable, ont tous protesté contre la proposition de couper l’Internet.[...] 4. La CNIL, chargée de veiller à la protection des données à caractère personnel et concernant la vie privée.
[...]

5. Nombre d’internautes qui font valoir qu’ils trouvent les sanctions proposées complètement disproportionnées par rapport à l’infraction. On relèvera en particulier le collectif citoyen "Quadrature du Net", qui appelle à un « black-out » du réseau.

[...]

http://www.france24.com/fr/20090309-loi-creation-internet-peer-peer-hado...

[Tribune de Genève] La France enclenche la « riposte gradué »

En examen dès aujourd’hui, une loi prévoit de sanctionner les internautes «pirates» en… les privant de connexion!

- La loi de Sarko. Le principe de la «riposte graduée», pour lequel Nicolas Sarkozy et sa ministre de la Culture, Christine Albanel, se sont fortement engagés, est contesté par tous ceux qui voient dans Internet un espace de liberté et d’innovation plutôt qu’un régime contrôlé digne de Big Brother.

Ainsi de La Quadrature du Net (www.laquadrature.net), un «collectif de citoyens» qui a publié en ligne un dossier très complet sur la riposte graduée. Au moment où l’idée d’une licence globale, soit la possibilité de télécharger tous les contenus numériques moyennant un forfait mensuel, commence à faire son chemin, rappelle le site, la France veut imposer une loi qui ne prévoit pas «une nécessaire adaptation du droit d’auteur aux nouveaux usages», mais révèle «la méconnaissance profonde qu’a le gouvernement des enjeux du numérique».

La résistance s’organise aussi à Bruxelles. Les eurodéputés examinent ces jours-ci en deuxième lecture un Paquet Télécom dont plusieurs volets, s’ils devaient passer, rendraient la loi «Création et Internet» incompatible avec le droit européen. Notamment l’amendement 138 du socialiste français Guy Bono. Il établit que seule l’autorité judiciaire, et non une autorité administrative, peut restreindre les droits et libertés fondamentales des citoyens. Eliminé par Nicolas Sarkozy lorsqu’il présidait l’Union européenne – contre le vote de 88% des eurodéputés! – l’amendement vient d’être réintroduit dans le Paquet Télécom.

Les désirs répressifs de l’industrie du disque se heurtent en effet à un obstacle légal: en droit suisse, «on ne peut identifier des personnes en partant d’une adresse IP (ndlr: l’adresse de la connexion Internet) que dans le cadre d’une procédure pénale», rappelle Daniel Menna, porte-parole du préposé fédéral à la protection des données. Or, c’est justement pour éviter les lourdeurs (et les coûts) d’une telle procédure qu’est née l’idée de la riposte graduée…

Les débats diffusés en direct de l’Assemblée nationale sur le site hadopi.numerama.com

http://www.tdg.ch/actu/hi-tech/france-enclenche-riposte-graduee-2009-03-09

[Le Figaro - Economie] Loi sur le piratage : le Web est vent debout contre le texte

La grande majorité des internautes jugent le texte injuste et dangereux.

Une loi «stupide», «liberticide», un «machin arbitraire», «déjà obsolète» et qui «ne parviendra jamais à empêcher la culture et la création de s'enrichir par le partage»… Difficile, presque impossible, même, de trouver sur Internet un site ou un blog favorable au projet de loi «Création et Internet» ou «loi Hadopi». Dans leur immense majorité, les internautes sont hostiles à cette loi. Par principe pour beaucoup, par crainte d'un web aseptisé, contrôlé, censuré, pour de nombreux autres.

Signe de ce rejet généralisé, la mauvaise surprise survenue à l'UMP. Sur son blog, le parti majoritaire avait lancé un débat sur le téléchargement. Près de 300 personnes ont répondu, quasiment toutes pour dire leur désaccord avec le projet de loi. Les arguments employés vont bien au-delà de la simple question du piratage. «Ce projet de loi remet en question des principes fondamentaux de notre démocratie, tels que la liberté individuelle, le droit à un procès équitable, la protection des données individuelles», écrit un internaute.

[...] En pointe du combat, l'association La Quadrature du Net évoque ainsi un «retour à un réseau centralisé, contrôlé par l'État, aussi effrayant qu'inapplicable». Du téléchargement, le Web est passé au terrain des libertés, avec lequel il ne badine pas.

Mais comment protester dans le monde virtuel ? Dans un premier temps, l'UFC-Que choisir a tenté l'humour avec une série de vidéos baptisées «Dédé ça va couper», où un policier moustachu et désagréable incarnait l'Hadopi. Drôle, mais pas assez efficace pour La Quadrature, qui a lancé une autre initiative : habiller sites et blogs de noir. Une tactique empruntée à la Nouvelle-Zélande, où le gouvernement a tenté de faire passer une loi similaire, avant de céder sous la pression des internautes, qui avaient rendu leurs sites inaccessibles.

[pour Maître Eolas] «les débats promettent d'être mouvementés. D'autant que l'opposition a une vraie carte à jouer : un projet de loi mal fichu, impopulaire et qui ne résulte pas d'une directive européenne, donc [que] le Parlement est totalement libre de ne pas adopter»
http://www.lefigaro.fr/economie/2009/03/09/04001-20090309ARTFIG00304-loi...

[Le Monde] Téléchargement : les députés divisés sur la loi création et Internet

[...] Trois ans après une bataille homérique sur le téléchargement lors de la discussion de la loi sur les droits d'auteur et droits voisins dans la société de l'information (Dadvsi), et trois mois après un examen tranquille, au Sénat, du nouveau projet du gouvernement pour lutter contre le piratage sur Internet des musiques et des films, l'Assemblée examine à son tour le texte création et Internet.

Le nouveau dispositif repose sur un principe simple: "la réponse graduée", préconisée dans le rapport final de la mission menée en 2007 par Denis Olivennes, alors patron de la Fnac.

[...]

Les menaces aux libertés constitueront leur premier angle d'attaque du texte. "C'est une mise sous surveillance générale du Net, une usine à gaz répressive, s'indigne Christian Paul (PS, Nièvre). Les abonnés mis en cause ne pourront se défendre qu'une fois la sanction prise. Et que feront les collectivités, entreprises, universités, qui disposent de bornes Wi-Fi ? Restreindre l'accès par des mots de passe ? C'est la fin du libre accès. Etablir une “liste blanche” des sites acceptables ? Ce serait une censure inadmissible."

[...]

Un pari perdu d'avance : là réside le second et principal argument des socialistes, et des opposants au projet réunis au sein du collectif la Quadrature du Net. "En 2005, le gouvernement avait tout misé sur les DRM, ces verrous installés sur les CD et DVD, s'amuse Patrick Bloche (PS, Paris). Ils ont disparu d'eux-mêmes. Là, il combat le peer to peer alors que les internautes sont déjà passés au streaming, l'écoute sans téléchargement. On aura toujours une technologie de retard. Au lieu de chasser les pirates, on ferait mieux de construire le modèle économique de demain."

[...]

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/03/09/telechargement-les-depu...

[slate] Hadopi: une loi plus CONTRE Internet que POUR la création

[...] le débat a été placé dès le départ sur des bases politique et idéologique. Et que ce soit la loi DADVSI en 2005-2006 ou la loi Création et Internet d'aujourd'hui, il ne faut pas s'étonner si les discussions perdurent sur ce malentendu. Et qu'on n'arrive pas à sortir de l'hypocrisie et la mauvaise foi induites par l'affrontement idéologique entre les méchants capitalistes des Majors d'un côté et les gentils anarcho-téléchargeurs de l'autre. D'autant qu'en caractérisant ce week-end de «gus dans un garage» les membres de l'association La Quadrature du Net qui refuse ce texte de loi, l'Etat retombe dans les travers de la suffisance vis-à-vis des acteurs du net.

http://www.slate.fr/story/hadopi-une-loi-plus-contre-internet-que-pour-l...

[France 2] La loi sur Internet à l'Assemblée

Adopté au Sénat à la quasi-unanimité en octobre dernier (seul le PCF s’est abstenu), le projet de loi pourrait connaître un parcours plus compliqué à l’Assemblée nationale. Les députés PS, craignant notamment une atteinte aux libertés, veulent voter contre. [...]

Même la majorité n’est pas unanime sur le sujet. La ministre de la Culture, Christine Albanel, devra convaincre certains députés UMP, comme Lionel Tardy qui préféreraient une amende plutôt qu'une coupure de l'abonnement. Le député de Haute-Savoie, déjà épaulé par les UMP Marc Le Fur, Alain Suguenot, a été rejoint dans sa lutte par Jean Dionis du Séjour, porte-parole du groupe duNicolas Sarkozy et Denis Olivennes lors de la remise du rapport de l'ex PDG de la FNAC (AFP) Nouveau Centre sur ce texte, et par les socialistes Patrick Bloche et Didier Mathus.

[...] Acteur majeur de la contestation, La Quadrature du Net, qui se définit comme un collectif de citoyens soucieux de lutter contre les "menaces sur les libertés individuelles", mène campagne depuis des mois contre ce texte jugé "inepte". Animé par Jérémie Zimmermann, un ingénieur-consultant, le site appelle "ses soutiens à contacter sans relâche leurs députés" pour qu'ils rejettent le projet.

Pour ce qui est de l’efficacité, le collectif affirme que le problème sera simplement reporté puisque « les internautes qui partagent utiliseront des outils plus discrets ». Surtout, il estime que « les artistes ne toucheront pas un centime de plus » avec l’adoption de loi et la mise en place du dispositif.

Le parlement européen s’est invité dans le débat français sur la «riposte graduée » en votant un amendement qui met à mal l’idée d’une Autorité administrative ayant le pouvoir de couper l’abonnement internet. [...] cet amendement qui dit : « aucune restriction ne peut être imposée à l'encontre des droits fondamentaux et des libertés des utilisateurs finaux, sans décision préalable des autorités judiciaires, notamment conformément à l'article 11 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne sur la liberté d'expression et d'information, sauf si la sécurité publique est menacée ».

Cet amendement contre lequel Paris a tenté de lutter auprès de la Commission doit à nouveau être voté par le Parlement européen.

Pour le député européen, le texte gouvernemental va beaucoup plus loin que la simple défense des industries culturelles : « je me demande si le gouvernement ne cherche pas, avec cette loi et l'autorité Hadopi, à généraliser la récolte d'informations et également le fichage des internautes. A partir du contrôle des réseaux qui sera opéré par l'autorité Hadopi, et les fournisseurs d'accès Internet, on aura forcément les profils des utilisateurs : leur âge, leur orientation sexuelle, leurs opinions, etc., qui pourront être opérés et fichés».

[...] une enquête de Que Choisir affirme que ce sont 80% des internautes qui auraient téléchargé de la musique. Cependant l'enquête de Que Choisir semble montrer que les conséquences du téléchargement ne sont pas aussi catastrophique pour l'industrie culturelle que ce que certains veulent bien dire ("Il ressort de notre étude que, d'une manière générale, les achats de CD et de DVD ne sont pas affectés par l'intensité du copiage sur les réseaux P2P. Cela peut s'interpréter comme une indépendance des deux pratiques ou plus vraisemblablement, par la neutralisation de deux logiques contradictoires : substitution des achats d'originaux par le copiage, complémentarité/"cumulativité" des deux pratiques").

http://info.france2.fr/dossiers/france/52265360-fr.php

[Arrêt sur images] Hadopi : les "cinq gus" répondent à Albanel

« Ce sont cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne ». C'est avec ces mots que le cabinet de la ministre de la culture Christine Albanel décrit l'association La Quadrature du Net dans une dépêche de l'AFP. La réponse de la part des opposants au projet de loi Création et Internet ne s'est pas faite attendre.

Sur le site créé spécialement pour l'occasion www.cinqgusdansungarage.org, La Quadrature du Net riposte avec une touche d'humour : « Nous sommes flattés de tant d'attention de la part du ministère ! Cela prouve que l'action des nombreux citoyens épris de liberté qui contactent leurs députés commence à porter ses fruits. Cela révèle la peur de la ministre de se retrouver confrontée aux réalités techniques et à l'opinion des citoyens. Quelque chose nous dit qu'elle n'a pas fini de nous faire rire !

Internet et les technologies numériques, dont le cabinet de la ministre démontre sa méconnaissance totale dans cette loi imbécile, ont été en grande partie inventés par des gus dans des garages ! C'est peut-être un juste retour des choses : l'arrivée dans le débat des gus dans les garages après des années de lobbyistes dans les cabinets ministériels. »

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=3591

[PC INpact] La Quadrature ? "5 gus dans un garage" pour le cabinet d'Albanel

Dans un colloque organisé par l'UMP, des députés demandaient une véritable guerre de communication contre les opposants au texte, mais aussi une réaction énergique au mitraillage d'emails anti-hadopi que reçoivent les parlementaires et enfin, que les artistes devaient monter au front. C'est par deux dépêches AFP que la ministre a répondu à cette commande groupée. [...]

Message entendu à la lettre, par le cabinet de Christine Albanel. La première bataille de communication décidée par la rue de Valois nous est apprise dans une dépêche AFP du jour : la ministre annonce qu’à son tour elle va adresser tous les jours une lettre électronique pour expliquer aux parlementaires le projet de loi. « Chaque lettre électronique comprendra le témoignage d'un artiste qui s'exprimera sur l'importance de la protection des droits d'auteur et le rôle de cette loi pour sauver la diversité culturelle ». On y trouvera des « informations claires, de brefs argumentaires et de réponses aux questions que les internautes de bonne foi peuvent se poser face au dispositif prévu ».

Dans une autre dépêche AFP (deux dépêches font deux fois plus de bruit), la ministre est venue reprendre les critiques mis en évidence par l’UMP : «[les députés sont] actuellement inondés par les campagnes de désinformation conduites par des groupes de pression libertaires et minoritaires ». Le nom de la Quadrature du Net résonne évidemment. Commentaire du cabinet de Christine Albanel : « ce sont cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne ».

http://www.pcinpact.com/actu/news/49573-hadopi-riposte-communication-qua...

[PC INpact] Réaction de la Quadrature du Net aux propos du ministère

Nous avons contacté Jérémie Zimmermann, porte-parole et cofondateur de la Quadrature du Net suite aux propos du cabinet de Christine Albanel selon qui, la Quadrature, serait « cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne ».

Jérémie Zimmermann : « nous sommes flattés de tant d'attention de la part du ministère ! Cela prouve que l'action des nombreux citoyens épris de liberté qui contactent leurs députés commence à porter ses fruits. Cela révèle la peur de la ministre de se retrouver confrontée aux réalités techniques et à l'opinion des citoyens. Quelque chose nous dit qu'elle n'a pas fini de nous faire rire !

Internet et les technologies numériques, dont le cabinet de la ministre démontre sa méconnaissance totale dans cette loi imbécile, ont été en grande partie inventés par "des gus dans des garages" ! C'est peut-être un juste retour des choses : l'arrivée dans le débat des "gus dans les garages" après des années de "lobbyistes dans les cabinets ministériels".

Il faut continuer à informer ses députés, en prenant bien soin d'envoyer des mails personnalisés, et surtout en téléphonant et sollicitant des entretiens ! »

http://www.pcinpact.com/actu/news/49574-christine-albanel-jeremie-zimmer...

[TV5 - AFP] Internet: texte antipiratage à l'Assemblée pour la défense de la création

[les modifications entre les deux versions sont en italique]

PARIS, 8 mars 2009 (AFP) - 08/03/2009 8h13 - L'Assemblée examine en début de semaine un texte contre le piratage des oeuvres culturelles sur internet prévoyant jusqu'à la suspension de l'abonnement de l'internaute en cas de récidives, au nom de la défense des droits d'auteurs dans un contexte de crise, notamment du disque.

La ministre de la Culture Christine Albanel va défendre, à partir de mardi ou mercredi, ce projet de loi "Diffusion et protection de la création sur internet", qui insiste ["selon le gouvernement" dans la VERSION II] sur la "pédagogie" et la dissuasion.

Ce texte a fait la quasi-unanimité au Sénat fin octobre. Mais à l'Assemblée, les députés PS veulent voter contre, [...] Par ailleurs, la ministre devra tenter de convaincre certains députés UMP, [...]

Les députés PS s'apprêtent à voter contre le texte. "Cela ne fait pas débat", affirme à l'AFP l'un de leurs orateurs, Christian Paul.

Il dénonce notamment "une atteinte aux libertés publiques et individuelles", avec "la mise sans précédent d'un système de surveillance généralisée de l'internet". [...]

Ce texte a fait la quasi-unanimité au Sénat fin octobre. Mais à l'Assemblée, les députés PS veulent voter contre, [...] Par ailleurs, la ministre devra tenter de convaincre certains députés UMP, comme Lionel Tardy ["(Haute-Savoie)" dans la VERSION II] [...]

["Trente-sept pour cent des internautes français reconnaissent avoir déjà téléchargé illégalement ou utilisé des contenus piratés, selon un sondage réalisé par TNS Sofres/Logica pour Metro, à paraître lundi." dans la VERSION II]

Les députés PS s'apprêtent à voter contre le texte. "Cela ne fait pas débat", affirme à l'AFP l'un de leurs orateurs, Christian Paul.

Il dénonce notamment "une atteinte aux libertés publiques et individuelles", avec "la mise sans précédent d'un système de surveillance généralisée de l'internet". [...]

VERSION I (8h13)

[...] "On est dans une contradiction terrible", a déclaré à l'AFP le rapporteur Franck Riester, pointant le "silence assourdissant" de Solférino sur ce dossier.

Un collectif de citoyens, la Quadrature du Net, encourage les internautes à abreuver les députés de mails hostiles à cette loi. "Ce sont cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne", relativise le cabinet de Mme Albanel.

VERSION II (18h36) corrigée en catimini

[...] "On est dans une contradiction terrible", a déclaré à l'AFP le rapporteur UMP Franck Riester.

Un collectif de citoyens, la Quadrature du Net, encourage les internautes à abreuver les députés de mails hostiles à cette loi.

Le ministère de la Culture a riposté dimanche en lançant une "campagne d'information" auprès des parlementaires qui recevront tous les jours une lettre électronique défendant le texte, avec des témoignages d'artistes et de professionnels.

Copie d'écran de la VERSION I tirée d'un article de PCInpact :

http://www.tv5.org/TV5Site/cinema/afp_article.php?idArticle=090308081205...

[April] L'HADOPI filtrera aussi le Logiciel Libre. L'April condamne.

L'April a pris connaissance du rapport communiqué par le Conseil Général des Télécommunications (CGTI) au ministère de la Culture. Elle constate que ce rapport clarifie l'interprétation du projet de loi HADOPI en énonçant clairement qu'une des finalités est d'imposer des logiciels propriétaires de filtrage sur le poste client.

L'April note que ce rapport a été présenté par Jean Berbinau, actuel secrétaire général de l'inutile ARMT qui se rêve en secrétaire général de la liberticide HADOPI. Pour accéder à cette promotion, ce dernier n'hésite pas à proposer ce que demandent depuis des années les producteurs de disques et de films : l'obligation pour les internautes désireux de garantir leur sécurité juridique d'installer des logiciels propriétaires filtrant leurs communications. Ce qui avait pu être évité dans la loi DADVSI revient donc au travers du projet HADOPI. [...] sous l'impulsion de Jean Berbinau, le CGTI relaie les demandes surréalistes des lobbies du divertissement, faisant par là même le jeu des éditeurs de systèmes propriétaires que sont Microsoft et Apple et plus généralement de l'« informatique déloyale » du « Trusted Computing Group ». Voudrait-on rendre les logiciels propriétaires obligatoires qu'on ne s'y prendrait pas mieux.

En résumé, tout comme il n'est pas possible d'empêcher un utilisateur de logiciels libres de faire des copies privées, il n'est pas possible de lui coller ouvertement un mouchard filtrant. Dès lors, avec l'HADOPI, les utilisateurs de systèmes libres se retrouveront dans une insécurité juridique discriminatoire intolérable.

L'April appelle donc tous les citoyens attachés au Logiciel Libre à immédiatement contacter leurs députés pour qu'ils s'opposent au déjà disproportionné projet HADOPI, et dont une finalité inavouable est maintenant clairement établie : les soi-disant moyens de sécurisation n'ont rien à voir avec la sécurité informatique ; il s'agit d'une dénomination hypocrite désignant des logiciels propriétaires obligatoires destinés à filtrer arbitrairement les communications des utilisateurs.

http://www.april.org/fr/lhadopi-filtrera-aussi-le-logiciel-libre-lapril-...

[AFP] Les opposants au texte anti-piratage cherchent à faire monter la pression

PARIS, 5 mars 2009 (AFP) - Les opposants au projet de loi contre le piratage en ligne cherchent à faire monter la pression à quelques jours de son examen par l’Assemblée, en envoyant notamment aux députés des courriels hostiles au projet.

La Quadrature du Net, qui se définit comme un collectif de citoyens soucieux de lutter contre les "menaces sur les libertés individuelles", mène campagne depuis des mois contre ce texte jugé "inepte". Déjà adopté par le Sénat en octobre dernier, le projet de loi "Création et internet" devrait être examiné le 10 mars par les députés. Il vise à dissuader les internautes de télécharger illégalement des oeuvres, d’abord en leur envoyant des avertissements, puis en suspendant leur abonnement à internet en cas de récidives. Animé par Jérémie Zimmermann, un ingénieur-consultant, le site laquadrature.net appelle "ses soutiens à contacter sans relâche leurs députés" pour qu’ils rejettent le projet. Le site leur mâche le travail en leur fournissant les coordonnées des députés et leurs adresses mail. Il souligne qu’"un coup de fil est cent fois plus efficace qu’un courrier électronique". Et fournit des éléments de langage à l’internaute : "la loi est inefficace, inapplicable et dangereuse", "la sanction est brutale et disproportionnée". La Quadrature du Net appelle les internautes à signaler à leur député "qu’ils regarderont la séance en direct sur internet et analyseront les votes". [...]

http://www.france-info.com/spip.php?article261413&theme=69&sous_theme=69

[PCINpact] Loi antipiratage : le piège de la présomption de culpabilité

La loi antipiratage Création et Internet, ou comment un projet va subrepticement mettre en place une présomption absolue de culpabilité, un filtrage protocolaire des réseaux, une surveillance active des usages, tout en malmenant l’économie numérique du logiciel.

La Quadrature du net, un collectif citoyen œuvrant pour les libertés numériques a regretté qu'hier, la ministre de la Culture n’ait su expliquer « comment il serait possible de faire confiance (…) à des « preuves » immatérielles d'infractions relevées par des acteurs privés surveillant le réseau. En effet les relevés d'adresses IP effectués par les syndicats professionnels et enquêteurs privés travaillant pour les industries du divertissement ne permettent en aucun cas de prouver la contrefaçon qu'ils sont censés détecter ».

Et pour cause. Le projet Création et Internet instaurera la riposte graduée dès avant l’été 2009. Le mécanisme est connu : un abonné dont l’adresse IP aura été repérée en phase d’échange illicite sur les réseaux P2P recevra d’abord un mail, puis une lettre recommandée avant la suspension de son accès internet jusqu’à un an si son IP persiste à être repérée.

Son infraction ne sera pas le téléchargement illicite, déjà puni de la contrefaçon, mais le défaut de surveillance de sa ligne. Ainsi donc, la simple présence d’une adresse IP suffira à l’HADOPI pour conclure à un défaut de sécurisation ayant permis en façade, un échange illicite. Une infraction par imprudence ou mieux : par négligence.

Mais, se met ici en place un véritable régime de présomption qui, nous allons le voir, est irréfragable c'est-à-dire non renversable.

[...]

http://www.pcinpact.com/actu/news/49176-presomption-culpabilite-responsa...

[Numérama] La Quadrature du Net appelle à un blackout de l'internet français

L'opération symbolique a fait reculer la Nouvelle Zélande. "Devant le ridicule d'un gouvernement qui s'entête à vouloir déconnecter du Net des familles entières sans preuves valables ni procès", dénonce la Quadrature du Net, le collectif "appelle les citoyens épris de liberté à procéder au « black-out » de leurs sites, blogs, profils, avatars, etc.".

[...]

"C'est un signal fort qui illustre la bêtise et la dangerosité de cette loi", estime Jérémie Zimmermann, le porte-parole de la Quadrature du Net. ".La "riposte graduée" fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent".

[...]

http://www.numerama.com/magazine/12141-La-Quadrature-du-Net-appelle-a-un...

[SVM] Appel black-out du web contre la loi Hadopi

Le collectif de la Quadrature du Net, opposant au projet de loi Hadopi et signataire de la pétition SVM contre ce même projet, invite tous les opposants à la riposte graduée à draper leur site Web de noir en signe de protestation.

[...]

Pour la Quadrature du Net, il s'agit de rendre visible, sur la toile, l'opposition à ce projet et notamment au dispositif de riposte graduée qui prévoit la coupure de l'accès à Internet des internautes coupables de téléchargements illicites. "C'est un signal fort qui illustre la bêtise et la dangerosité de cette loi. La "riposte graduée" fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent" explique, le porte-parole de La Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann.

http://www.svmlemag.fr/actu/04114/hadopi-quadrature-du-net-appel

[Échos du Net] Un Black-Out contre l'HADOPI

Pour marquer son opposition à la loi Création et Internet, La Quadrature lance un appel aux citoyens internautes intéressés à procéder à un black-out de leur sites, blogs, profil, avatars,...

[...]

Le collectif veut procéder de la même manière que l'Internet néo-zélandais qui a organisé un "black-out". Le gouvernement néo-zélandais est revenu sur un projet de loi qui intégrait une "riposte graduée" comme ce qui se trouve dans la loi Création et Internet, débattue le 4 mars à l'Assemblée Nationale.

[...]

"C'est un signal fort qui illustre la bêtise et la dangerosité de cette loi. La "riposte graduée" fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent." déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net. [...]

http://www.echosdunet.net/dossiers/dossier_3267_un+black-out+contre+hado...

[La République du Centre] Loi antipiratage : appel au black-out du Net

La fronde des internautes s'organisent, à quelques jours de l'examen par les parlementaires du projet de loi antipiratage.
Le collectif "la Quadrature du Net" invite les internautes français à manifester leur désaccord avec le texte en drapant de noir leur site, blog ou avatar.

La Quadrature du Net, qui se présente comme un défenseur des droits fondamentaux et des libertés individuelles, lance un appel au "black-out" du Net français afin de manifester leur opposition aux propositions de la loi Hadopi, comme la riposte graduée et la liste blanche de sites autorisés.

"La riposte graduée fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent", déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole du collectif. "Le gouvernement a déclaré qu'il imposerait de filtrer tous les accès Wi-Fi publics à une "liste blanche" de sites autorisés (...). Il faut réagir en montrant l'immensité de ce web décidé à ne pas devenir définitivement noir".

[...]

http://www.larep.com/high_tech-9623.html

[LePost.fr] Le web fait son black out contre la loi Création et Internet - LePost.fr

La Quadrature reprend donc le principe lancé en Nouvelle-Zélande, qui devait aussi adopter le principe de la riposte graduée. Mais face à la mobilisation des internautes, le projet a été suspendu. Ce jeudi, de nombreux internautes ont donc changé leur avatar contre un carré noir, parfois assorti d'un message anti Hadopi.

[...]

Plus de 303 sites ou blogs ont évoqué le black-out, se félicite la Quadrature du Net. Et ce ne sont là que les sites qui se sont signalés.

[...]

La mobilisation des internautes fera-t-elle flancher les députés ? Réponse à partir du 4 mars, date du début des débats à l'Assemblée nationale.

http://www.lepost.fr/article/2009/02/26/1437829_le-web-fait-son-black-ou...

[Neteco] Création et Internet : début des débats le 10 mars

L'examen du projet de loi Création & Internet par l'Assemblée nationale a finalement été retardé au mardi 10 mars, apprend-on aujourd'hui à l'issue de la conférence des présidents.

Autrement nommé loi Hadopi, du nom de la Haute Autorité qu'il institue (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), ce projet de loi suscite de nombreuses réactions sur Internet, du fait de nombreuses zones d'ombre dans les modalités d'application des principes qu'il préconise, à commencer par une « campagne de black-out », orchestrée par le collectif La Quadrature du Net.

http://www.neteco.com/261582-creation-internet-debut-debats.html

[Blog Le Figaro] Black-out, or not black-out ? Le web s'interroge

Faut-il relayer l'appel à un black out du web pour protester contre la loi Hadopi, dont l'examen par l'Assemblée devrait commencer dans les prochains jours ? La question est sujette à controverse.

En pointe dans le combat contre la loi, l'association La Quadrature du Net a lancé l'idée d'un black-out : insérer bannières et logos noirs sur les sites français pour marquer son opposition à cette loi. Une idée reprise du mouvement lancé en Nouvelle-Zélande contre une loi étrangement similaire à Hadopi. Mouvement qui avait payé, puisque la loi n'était finalement jamais passée.

[...]

En France, lundi matin, on compte 1.518 sites qui se sont inscrits pour participer à ce black-out sur la page wiki dédiée de la Quadrature du Net. C'est beaucoup, mais ce n'est pas un raz-de marée, du moins pas encore. Outre l'affichage d'un bandeau noir, qui peut également être une page noire à l'entrée sur le site, le principe de la mobilisation est également de contacter son député pour lui expliquer son geste ou sa motivation. Et d'expliquer à ses lecteurs pourquoi cette loi est dangereuse, ce que beaucoup font d'office.

http://blog.lefigaro.fr/hightech/2009/03/black-out-or-not-black-out-le.html

[01Net] Richard Stallman : « La loi Création et Internet est cruelle »

A quelques jours de l’examen de la loi au Parlement, le père du logiciel libre propose des révisions du droit d’auteur et des pistes pour garantir les revenus des artistes et les libertés des internautes.

Que pense le père du logiciel libre de la loi antipiratage du gouvernement français ? Beaucoup de mal. Richard Stallman s’en est expliqué vendredi 27 février 2009, à Nanterre , lors d’une conférence intitulée “ Droit d’auteur et libertés numériques ”, organisée à l’initiative de La Quadrature du Net, un collectif de défense des libertés individuelles et des droits fondamentaux.

« Si cette loi était votée, il ne faudra pas changer vos comportements quotidiens par peur d'être déconnecté, sinon ils auraient gagné, a exhorté l'apôtre du logiciel libre dans un français très correct. C'est une loi injuste et cruelle. »

[...] Et de citer l'exemple de la chanteuse canadienne Jane Siberry qui reçoit en moyenne plus d'un dollar par morceau téléchargé. « C'est plus que les 99 cents demandés par les maisons de disques », conclut Richard Stallman. Preuve qu'il faut arrêter de traiter les internautes comme des voleurs.

http://www.01net.com/editorial/404166/richard-stallman-la-loi-creation-e...

[Le Point]Black-out : contre la loi Hadopi, repeindrez-vous votre cyberespace en noir ?

Qui dit nouvelles technologies dit également nouveaux moyens de contestation. Les grèves et les actions antipub font désormais place à la "black-out attitude" sur la Toile. À l'heure où le projet de loi Création et Internet, déjà approuvé le 30 octobre 2008 au Sénat, doit être débattu à l'Assemblée nationale, l'association La Quadrature du Net lance son offensive.

[...]

Selon Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du net, "l'objectif n'est pas simplement de mener une grève à la japonaise, bandeau noir au bras. Il s'agit d'attirer l'attention sur cette loi en proposant une analyse du texte législatif et en appelant les gens à contacter leurs députés, afin de peser dans le débat parlementaire".

[...]

"La gratuité n'existe pas, poursuit Jérémie Zimmermann, la connexion se paie, l'ordinateur se paie, le temps passé à télécharger aussi. Tout comme les supports vierges sur lesquels on s'acquitte d'une taxe pour copie privée destinée à financer la création. On pourrait imaginer la même chose pour l'ordinateur et l'accès internet. C'est d'ailleurs l'objet du livre de Philippe Aigrain Internet et Création . "

[...]

http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/black-out-contre-l...

[ZDNet] Richard Stallman: la loi Création et Internet, exemple de menottes numériques

Vendredi 27 février, Richard Stallman est venu à Nanterre* pour une conférence intitulée "Droit d'auteur et libertés numériques". Devant plus de 200 personnes, l'inventeur de la licence GNU a argumenté (en français) contre les « menottes numériques » que sont les DRM et autres limitations
technologiques ou légales à la connaissance.

(...)

Pour une réforme radicale du droit d'auteur

Partisan du partage et de l'ouverture de la connaissance, et pas seulement dans le domaine logiciel, Richard Stallman propose une forte modification des droits d'auteur: passage dans le domaine public 10 ans après la publication d'une oeuvre. « La plupart des livres aux Etats-Unis sont vendus après deux ans à prix réduit et après trois ans sont introuvables. »

à l'invitation de la Quadrature du Net et du Réseau des acteurs du multimédia de Nanterre.

http://www.zdnet.fr/blogs/2009/03/01/richard-stallman-la-loi-creation-et...

[Metro] Loi antipiratage : appel au black-out du Net

La fronde des internautes s'organisent, à quelques jours de l'examen par les parlementaires du projet de loi antipiratage. Le collectif "la Quadrature du Net" invite les internautes français à manifester leur désaccord avec le texte en drapant de noir leur site, blog ou avatar.

"La riposte graduée fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent", déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole du collectif. "Le gouvernement a déclaré qu'il imposerait de filtrer tous les accès Wi-Fi publics à une "liste blanche" de sites autorisés (...). Il faut réagir en montrant l'immensité de ce web décidé à ne pas devenir définitivement noir".

http://www.metrofrance.com/fr/article/relaxnews/2009/02/26/811_200902261...

[Top-logiciel] La Quadrature du Net appelle à une grève du Net !

Pour protester contre la loi Hadopi, la Quadrature du Net appelle à une grève de l'Internet et propose aux éditeurs de contenus web d'intégrer un bandeau noir sur leurs sites.

La contestation passe par la mise en place d'un visuel, un rectangle noir, avec l'inscription « le Net en France ». La phrase disparaît rapidement pour être remplacée par le noir, complet, pour symboliser le Blackout : une manière de parler de la coupure de connexion qui menace les adeptes du téléchargements avec la loi « Création et Internet ». Vous pouvez intégrer l'idée dans vos blogs, sites web, avatars. Différentes tailles sont en effet à votre disposition, de façon à vous laisser le plus de flexibilité possible sur l'emplacement. Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du collectif.

http://www.top-logiciel.net/news-article.storyid-3246.htm

[CRéATIF] - Les accès publics wi-fi sous contrôle d'une liste blanche ?

C’est la surprise du jour. A l’occasion de son audition par la Commission des lois et des affaires culturelles, Christine Albanel a sorti de son chapeau une idée qui en dit long sur la vision qu’a le gouvernement d’Internet. Pour éviter que les accès Wi-Fi ne puissent être utilisés pour pirater des oeuvres sur Internet, la Ministre de la Culture a proposé que les accès publics soient configurés comme des "portails blancs".

[...]

Comme le décrit Benjamin Bayart , Président de FDN (fournisseur d’accès associatif) dans sa conférence "Internet libre ou Minitel 2.0" lors des Rencontres mondiales du Logiciel libre en 2007 :

C’est une grave incompréhension du web qui depuis sa création est un réseau d’échanges ouvert, où les internautes de plus en plus nombreux inventent de nouveaux usages, mettent en ligne des contenus personnels, associatifs, culturels, ou de biens communs, au fur et à mesure de l’avancée des outils technologiques et du haut débit.

[...]
Rejoignez la campagne de black-out du net

La quadrature du Net, une initiative de Philippe Aigrain et Jérémie Zimmermann, appelle aujourd’hui les auteur, éditeurs, webmestres de site web français à procéder à un black-out volontaire de leurs sites jusqu’à l’examen de la loi par l’assemblée nationale en mars.

[...]

http://www.creatif-public.net/article1113.html

[Nonfiction.fr] Appel au "black-out" du net !

À 6 jours de l'examen par l'Assemblée nationale de la loi "Création et Internet", dite loi HADOPI, La Quadrature du Net n'a de cesse d'intensifier son combat contre l'application de ce projet, qu'elle juge "inutile" et "dangereux".

Après avoir montré, dans un communiqué publié sur leur site en début de mois, les faiblesses et les dangers de "la riposte graduée", La Quadrature du net appelait les internautes à se mobiliser en contactant leurs députés. Désormais, elle poursuit son combat en invitant les utilisateurs du net à procéder au "black-out" de leurs sites, blogs, profils...

[...]

http://www.nonfiction.fr/article-2229-appel_au_black_out_du_net_.htm

[01net] Appel au black-out du Net contre la loi antipiratage

Les esprits s'échauffent à quelques jours de l'examen par les députés du projet de loi antipiratage, prévu le 4 mars.
[...]
« La riposte graduée fera condamner des innocents, sans preuve valable et sans procès. Elle ne fera pas gagner un centime de plus aux artistes et ne changera rien aux problèmes stratégiques et structurels à l'origine de la crise que traversent les industries qui la demandent », s'insurge Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net sur le site du collectif.
[...]
La Quadrature du Net invite tous ses sympathisants à « peindre leurs sites, blogs, profils, courriers, commentaires ou avatars de la couleur noire du black-out » et à signaler leur démarche à leur député.
[...]
L'initiative s'inspire de celle menée en Nouvelle-Zélande par les opposants au projet de riposte graduée envisagée par le gouvernement local. La Quadrature rappelle que la mobilisation des opposants au projet avait fini par obtenir son retrait. Elle espère évidemment une issue équivalente en France.

http://www.01net.com/editorial/403998/appel-au-black-out-du-net-contre-l...

[Blogs ZDNet] APPEL HADOPI : «black-out» du Net français - Blogs

Le collectif La Quadrature du Net vient de lancer un appel contre le projet de loi HADOPI.

Je cite : “Devant le ridicule d’un gouvernement qui s’entête à vouloir déconnecter du Net des familles entières sans preuves valables ni procès, la Quadrature appelle les citoyens épris de liberté à procéder au « black-out » de leurs sites, blogs, profils, avatars, etc. Comme en Nouvelle-Zélande, seul pays avec la France où la « riposte graduée » devait être imposée par la loi, pour finalement être repoussée : pour protester contre cette loi imbécile et sa « liste blanche » de sites autorisés, le Net français doit agir et se draper de noir.”

Si vous vous sentez concerné(e) par cette action, rendez-vous sur le site de La Quadrature du Net pour en savoir plus.

http://www.zdnet.fr/blogs/2009/02/25/appel-hadopi-black-out-du-net-franc...