Lettre ouverte aux députés et sénateurs : Surveillance, état d'urgence, jusqu'où irez vous ?