« PPL Prostitution » : une pierre de plus à l'édifice de la censure