La surveillance de masse, trou noir des libertés