Le projet de loi « Terrorisme », symbole de la déliquescence politique ?