Les citoyens, alibi des « labs » HADOPI