Support La Quadrature du Net!

[RépublicainLorrain] Carte blanche à Jérémie Zimmermann

Carte blanche à Jérémie Zimmermann, co-fondateur de La Quadrature du Net, à propos de Prism, cette affaire de surveillance généralisée du Net par les Américains :

L’affaire Prism apporte la preuve irréfutable de cette surveillance massive et généralisée par les services de renseignements américains (NSA, FBI…). La spirale sécuritaire paranoïaque, depuis le 11 septembre 2001, a sans cesse étendu leur pouvoir au-delà de tout contrôle citoyen. Cela démontre également que les entreprises géantes du web (Google, Skype, Apple, Facebook, Microsoft) collaborent directement à cette surveillance massive.

Cela pose de graves questions de société sur notre rapport à la technologie. Nous ne pouvons faire confiance à ces entreprises pour protéger nos données personnelles et donc protéger nos libertés fondamentales. La protection de la vie privée est une composante essentielle de nos démocraties.

On constate, depuis assez peu de temps, l’émergence de technologies dont les modèles reposent sur le contrôle de nos données personnelles et de nos usages. Je pense à ces services hyper-centralisés comme Google, Facebook… Leur modèle économique est d’aspirer toujours plus de données, ou encore à ces ordinateurs-téléphones qui ne vous laissent pas choisir quel logiciel utiliser. D’une ère où la technologie était amie, où les ordinateurs obéissaient à nos commandes, on est entré dans l’ère des ordinateurs ennemis qui œuvrent contre nos usages et nos libertés.

Pourtant, il existe des technologies pour rendre les individus plus libres. Il s’agit : 1/ des services décentralisés où les données restent sous le contrôle des utilisateurs ; 2/ des logiciels libres qui permettent à l’utilisateur de comprendre et de contrôler la machine ; 3/ le chiffrement point à point des communications qui permet de s’assurer du secret de ses communications.

Ces trois principes existent depuis des années et sont disponibles à tous. Par définition, ils existent pour être auto-apprises. Leur prise en main active est la seule solution pour s’émanciper de ces technologies qui contrôlent. Là est le prix de la liberté.

Seulement, pour beaucoup, ces technologies apparaissent comme « trop compliquées » ou inaccessibles. Pris au piège de la facilité, du confort d’utilisation, ils réalisent aujourd’hui que ce confort cachait en réalité la surveillance généralisée qui est une des composantes du totalitarisme.

http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2013/06/25/jeremie-zimmermann